Partagez | 
 

  Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
☞ CONNERIES : 108
☞ AVATAR : A big blonde wolf ♥

MessageSujet: Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥   Mer 9 Juil - 23:38


andy&allan


« Mais non t'en fais pas. Oui je vais bien, je n'ai juste plus de pneus.» J'adore Piper, mais en ce moment je trouve qu'elle s'inquiète un peu trop pour moi. C'est presque maladif, elle se comporte comme une mère poule. En même temps, c'est la seule au courant, enfin c'était la seule au courant, à présent mon cher et tendre époux est au courant de tout. Fichu médecin. « Je vais rentrer à pieds, mais si ça va aller et puis j'en ai besoin.» C'est bien ma veine, il fallait que mon pneu crève et bien sûr je n'ai pas de pneus de secours. Je m'y connais tellement en matière de voiture, qu'on pourrait me dire ce qu'on veut que j'y croirais surement. Je préfère rouler en vélo, c'est plus économique et écologique surtout, seulement là, je n'ai pas le droit. Je dois me reposer, ordre du médecin, j'ai dû acheter une voiture à Sidney, mettre ma vie dans le coffre et rouler. Je n'ai jamais été fan des voitures et là j'en ai encore plus la preuve : elles ne servent à rien. « Merci.» Je raccroche et range mon téléphone. Je dois attendre maman Piper à présent, elle n'était pas obligée. J'aurai très bien pu rentrer à pieds, ce n'est pas si loin que ça.  Trois kilomètres à tout casser, j'ai déjà vu pire... Tout ça me manque, l’exercice, le sport, l'action, l'adrénaline, sentir mon corps bouger, vivre. J'ai l'impression d'être vieille, d'être morte tout simplement. Ce qui est clairement ridicule puisque je vis, je suis en vie, je devrais m'estimer heureuse, mais j'y arrive pas. On m'a enlève quelque chose, je me le suis enlevée toute seule, j'aurai été plus concentré, rien ne serait arrivé. J'ai trop forcé et voilà le résultat. Moins de concentration et plus d'acharnement, ça ne mène à rien. Il faut vraiment que j'arrête d'être têtue parfois. Jane a raison, je ressemble bien à mon père pour ça. Ah non ! On ne recommence pas, on change de pensée. Pensées positives. Certes je dois attendre Piper, elle m'a dit qu'elle allait se dépêcher, mais je dois l'attendre. Heureusement que je suis patiente, la patience est maître de la vie, un truc du genre. Je peux tout de même marcher, mauvaise idée, si elle me voit en train de marcher, elle risque de me piquer une crise. Mieux vaut pas l'énerver, je vais rester tranquillement à côté de ma voiture. Oui voilà, là je ne dérange personne. Pas de passant, enfin à l'exception de ces petits vieux et de ces gens. Wollongong dans toute sa splendeur, rien d'exceptionnel en soit. Ah mon téléphone vibre, message de Jane. "On mange ensemble ce soir ?" Ce soir ? Est-ce que j'ai un truc de prévu ? Apparemment non, réponse positive pour la petite soeur. Je suis sûre qu'elle a encore préparé un discours, ça m'énerve de lui mentir, mais je n'ai pas le choix. Elle m'en voudra, mais je ne peux pas prendre de risque. Je suis sa grande soeur, ce qui lui reste, je ne peux pas lui dire que j'ai perdu l'une de mes raisons de vivre, que ma vie part en fiasco total. Que je ne suis plus sûre de rien. Non je ne peux définitivement pas lui dire ça. C'est mon rôle à présent de la protéger et je me dois de ne rien dire, garde la tête haute, tes ennemies ne doivent pas connaître tes faiblesses. Jane n'est pas mon ennemie, mais mon entourage ne doit pas savoir ô combien je souffre. D'abord parce que ce n'est pas primordial et qu'ensuite ils ont mieux à faire que de s'occuper de moi. Et pour finir, si c'est pour les avoir sur le dos, non merci. Papa m'a toujours dit qu'on pouvait compter sur nous même lors des combats, c'est mon combat et je ne compte pas demander de l'aide. J'ai demandé celui de Piper, mais rien de plus, je ne veux pas qu'elle s'en mêle plus, trop de responsabilité... Non il faut que je remette juste de l'ordre dans ma vie... « Oh non !»

Je fulmine sur place. Qu'est-ce qu'il fait là ? C'est une blague ? Si c'est le cas, je ne trouve pas ça drôle. Et voilà qu'il s'avance vers moi. « J'attends Piper, tu peux partir.» « Bonjour à toi aussi.» Je n'ai pas envie de te parler. Je n'ai pas envie de te voir. Je n'ai pas envie que tu me touches. Je l'évite, autant son regard que le moindre contact avec lui. Je bouge derrière la voiture. « Andy... c'est Piper qui m'envoie !» Je le fixe ! Oh non ! Elle n'a pas osé. Mon téléphone vibre et je peux lire un simple "désolé". Oh tu peux l'être Piper ! J'attrape mon sac et commence à marcher. « C'est bon, je peux rentrer à pieds !» Je le dépasse, je vois bien à sa tête que ça lui plait pas et bien nous sommes deux ! Hors de question que je monte en voiture avec lui et puis quoi encore. « Andy !» Oui c'est mon prénom, merci je le connais moi aussi. Je continue ma route, j'entends sa voiture. Il va pas lâcher le bout. « Montes, tu vas pas rentrer à pieds.» Il roule au pas, mais je m'en fiche. Je ne lâcherai pas, les mains croiser sur ma poitrine, je tente le moins possible de boiter. « Andy arrêtes et montes ! Tu souffres, tu vas pas t'infliger une douleur en plus à cause de moi ?» J'en serais capable. « Montes, je promets de rien dire.» Je me stoppe et souffle un bon coup. Il n'a pas tort, je ne vais pas lui donner se plaisir d'avoir une douleur de plus à cause de lui. Enfin non, il n'est pas responsable. Je me tourne vers la voiture, j'hésite... Je souffle un bon coup et montre. « Ne vas pas croire que tu as gagné.» Je le fixe un instant, il semble satisfait de lui, je déteste lorsqu'il sourit ainsi. « De toute façon, je sors du cabinet de mon avocat.» MENSONGE !!! Il n'est juste pas obligé de le savoir, son sourire s'efface aussitôt et il reporte son attention sur la route. Il m'a promis de ne rien dire. J'abuse... Je commence à jouer avec ma bouche, je dis quoi ? C'est la première fois que l'on vit un silence... gênant. Andy fait quelque chose, je souffle un bon coup. « Je voulais m'excuser pour la dernière fois... Tu n'es pas responsable. J'étais fatiguée et te voir m'a fait un choc, je ne pensais pas ce que j'ai dit.» Là je suis gentille et en plus, je ne mens pas. Je dis la vérité, je ne peux pas le blâmer pour mon erreur, j'aurais dû faire attention. « J'aurais pas dû passer mes nerfs sur toi et j'aurais dû te dire dès le départ que... pourquoi j'étais partie. Désolé pour ça, mais que tu es eu un truc ou pas avec ta secrétaire n'efface en rien... Enfin désolé.» Tu parles un peu trop Andy, un peu beaucoup, bon la dernière fois c'était lui qui a parlé. Là c'est à mon tour. Oui enfin on va se taire à présent, je tourne la tête pour le regarder, il est concentré sur sa route. Bon sang, je le déteste d'avoir toujours cet effet sur moi...  
©clever love.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 166
☞ AVATAR : chris pine. ♥

MessageSujet: Re: Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥   Ven 11 Juil - 13:32


andy&allan
La semaine dernière a été assez riche en rebondissements et j’avoue que je m’en serais bien passé. J’ai pensé à rentrer à Sydney après être passé voir Andy mais je me suis ravisé. Je ne suis pas encore prêt à laisser tomber. Et puis comme ça, je vais pouvoir en profiter pour remettre un peu d’ordre dans ma boîte à Wollongong, parait qu’il y a eu un peu de relâchement … enfin, selon Flynn tout du moins. Je vais me pencher là-dessus. Et puis, c’est certainement mieux pour moi de rester à Wollo à me concentrer dans mon boulot plutôt que de rentrer à Sydney où je sais que tout va pour le mieux et finir par passer mes journées en tire-au-flanc à l’appartement. De toute façon, je ne pense pas que Kiwi m’aurait laissé repartir aussi facilement. Je soupire, écartant mon fauteuil à roulettes du bureau et faisant un ou deux tours sur moi-même. Je me noie dans toute cette paperasse administrative et on ne peut pas dire que cette pièce soit le meilleur endroit pour rester concentrer. C’est ici que j’ai rencontré Andy pour la première fois. Enfin, non … disons que c’est là que l’on s’est officiellement présentés. Grrr… il faut que j’arrête de laisser mon esprit divaguer ou je n’en finirai jamais. Je me replonge dans mes dossiers quand mon téléphone sonne. C’est sûr, je n’en finirai jamais. « Allan ? C’est Piper. » Hm … je dois avouer que je suis surpris. Elle sait que je lui en veux, et elle n’est pas du genre à faire les premiers pas, surtout qu’elle s’est excusée. « Andy a crevé, je suis sensée aller la chercher mais j’ai eu un problème au boulot et je n’peux pas bouger… » Et c’est moi qu’elle appelle ? Moi, la seule personne qu’Andy ne veut surtout pas voir. M’ouais, ça sent le plan diabolique ça. Je soupire. Est-ce vraiment une bonne idée ? De toute façon, elle refusera de me laisser la raccompagner. Telle que je la connais, elle va m’ignorer et faire son chemin à pieds comme si je n’existais pas. Mais d’un autre côté, si je n’y vais pas, elle va rentrer à pieds de toute façon. Et ce n’est pas bon de marcher autant dans son état. « Envoie-moi l’adresse par sms. » finis-je par répondre. Elle me remercie rapidement puis raccroche. Je regarde la montagne de papiers qui surplombe mon bureau, je me tâte à les ranger avant de partir mais je me décourage avant même d’avoir commencé. Je verrai ça plus tard. Mon portable vibre, c’est Piper qui m’envoie l’adresse. C’est parti. J’attrape ma veste et mes clés, puis direction le parking.

Quinze minutes, il ne me faut pas plus de temps pour arriver à l’endroit indiqué par Piper. Je me gare juste devant la voiture d’Andy et baisse ma vitre. « J'attends Piper, tu peux partir. » Andy se tient juste à côté de la portière. Et j’avais raison, je suis bien la dernière personne qu’elle aurait aimé voir lui venir en aide. Je soupire. « Bonjour à toi aussi. » lui dis-je en m’extirpant du véhicule. Je tends la main sans trop savoir ce que je compte faire mais de toute façon, ça n’a pas d’importance puisqu’elle évite habilement mon geste. Bon. « Andy... c'est Piper qui m'envoie. » Au même moment, son téléphone vibre, elle baisse les yeux sur le petit écran et je peux voir à son regard noir, qu’elle n’est pas contente du tout. Piper, je ne sais pas si tu avais vraiment un problème au boulot ou non, mais tu risques gros ma vieille. Andy attrape son sac et commence à marcher. Sérieusement ? « C'est bon, je peux rentrer à pieds ! » Je lève les yeux au ciel. « Andy ! » Elle ne se retourne pas. Je soupire puis monte dans ma voiture et démarre. Je vais la suivre au pas et l’obliger à monter. Elle ne va pas rentrer à pieds, et puis quoi encore ?! Je descends la vitre. « Montes, tu vas pas rentrer à pieds. » Mais non, elle continue de clopiner le long de la route, les bras croisés sur sa poitrine. Elle se comporte comme une enfant, c’est … presque mignon. « Andy arrêtes et montes ! Tu souffres, tu n’vas pas t'infliger une douleur de plus à cause de moi ! » Oh je sais qu’elle en serait capable. La preuve, elle refuse de m’écouter quand je lui dis que je n’ai strictement rien fait avec ma secrétaire. Peut-être que si elle me laissait une chance de tout lui expliquer, elle comprendrait qu’elle s’est trompée et hop, ça ferait déjà un problème de moins à régler. « Montes, je promets de rien dire. » Ce n’est pas très malin de ma part ça … comment est-ce que je vais tenir sans dire un seul mot, j’veux dire c’est Andy quand même ! Je doute qu’elle ait changé au point de ne plus être tentée de m’envoyer des piques surtout si elle sait que je ne peux rien répondre. Ah merde. Elle s’arrête net, se tourne vers la portière passager, hésite. Je la regarde soupirer, respirer à fond et puis finalement, elle finit par monter. Bien. « Ne vas pas croire que tu as gagné. » Je lève les yeux au ciel. Comme si le fait de la faire monter dans ma bagnole pour la raccompagner chez elle tout en jouant la carte du mutisme ressemblait à une victoire … je vais en prendre plein la gueule surtout, oui ! M’enfin bon, c’en est peut-être une toute petite après tout, donc je lui souris avant de presser un peu plus la pédale de l’accélérateur. Et nous voilà partis. « De toute façon, je sors du cabinet de mon avocat. » Et bim ! Prends-toi ça mon coco ! Je lui jette un léger coup d’œil, elle semble contente d’elle. Un mensonge ? Fort probable … m’enfin de tout façon, je m’en fiche. Si elle m’envoie les papiers du divorce, je ne les signerai pas. Point final. Je reporte mon attention sur la route. On en a pour vingt minutes, une demi-heure. Peut-être plus s’il y a des embouteillages. Si je commence maintenant à réagir dès qu’elle ouvre la bouche, je n’suis pas sorti de l’auberge. Aaarh. Promesse de merde. Un silence un tantinet gênant s’installe. M’ouais, j’m’en fiche, j’ai pas l’droit de parler. « Je voulais m'excuser pour la dernière fois... Tu n'es pas responsable. J'étais fatiguée et te voir m'a fait un choc, je ne pensais pas ce que j'ai dit. » Ah ? Là, ça dévient déjà un peu plus intéressant. J’acquiesce d’un signe de tête, j’accepte ses excuses. Même si dans le fond, je me sens toujours aussi responsable de tout ce qui lui est arrivée. Je pense d’ailleurs que ce sentiment ne s’en ira jamais totalement. Je suis un lâche, j’aurai dû me battre, peut-être que ça aurait fait toute la différence. « J'aurais pas dû passer mes nerfs sur toi et j'aurais dû te dire dès le départ que... pourquoi j'étais partie. Désolé pour ça, mais que tu es eu un truc ou pas avec ta secrétaire n'efface en rien... Enfin désolé. » Je regarde rapidement dans mon rétroviseur, personne ne nous suit, alors j’appuie franchement sur la pédale de frein. Qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ? Pas le passage de nerfs, ça je m’en fiche. J’suis son mari, c’est normal qu’elle se défoule sur moi de temps en temps, j’suis là pour ça. Mais qu’est-ce qu’elle veut dire par « que tu es eu un truc ou pas avec ta secrétaire n’efface en rien… » ? Et qu’est-ce que ça n’efface pas ? Elle comptait partir de toute façon ? Et puis comment ça fait que qu’il se soit passé quelque chose ou pas n’ait pas l’air d’avoir de l’importance ?! Ca a de l’importance bordel ! C’est quoi ce bazar ?! Je verrouille manuellement les portes de la voiture, je ne peux peut-être pas en placer une mais elle ne va pas s’échapper de cette mono-conversation. Je la regarde avec de grands yeux et je sais qu’elle a compris ce qui me dérange dans ce qu’elle vient de dire. Elle me connait par cœur, ou tout du moins, c’est censé être le cas. Elle a intérêt à m’expliquer tout ça et tout de suite !
©clever love.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 108
☞ AVATAR : A big blonde wolf ♥

MessageSujet: Re: Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥   Lun 21 Juil - 16:44


andy&allan



Mentir c'est mal, surtout que je n'ai jamais été une professionnelle des mensonges, mais là je n'ai pas le choix. Il faut que je garde la face, je ne suis peut-être pas douée, mais Allan n'a jamais trop su si je disais la vérité ou pas. Pour parfaire un bon mensonge, il faut prendre une chose réel et en ajouter, généralement plus c'est gros et plus on y croit. Pourquoi est-ce qu'il me croirait pas ? Il sait que je ne veux plus de lui dans ma vie, bon ce n'est pas réellement vrai, je lui laisse juste croire. Et voilà ! Rien qu'être en voiture avec lui me perturbe. Rajoutons à ça que depuis qu'il est passé chez moi, je dors plus pareil. Tout me manque. C'est atroce et il m'énerve ! Il n'avait pas le droit de se pointer, de mettre son odeur partout chez moi et de repartir. Ce n'est pas parce qu'on est marié qu'il peut se permettre tout cette chose. Bon à dire vrai, il peut se le permettre, tout comme il a le droit de me demander comment je vais MAIS non il ne doit pas le faire. Je ne suis pas partie pour qu'il revienne. Andy tu dérailles. Ce que tu dis n'à vraiment plus de sens, c'est sa faute, à chaque fois qu'il est dans les parages, je débloque. Pas que je débloquais avant, mais autrement, là c'est différent. J'avais appris à vivre sans lui, sans son sourire, son odeur, son regard, sa façon de m'appeler, sans lui et voilà qu'il revient. Je suis censée faire comment moi à présent ? Il n'y a pas un livre qui parle de ça, encore moins un qui dirait comment reprendre le cours de ta vie lorsque celle-ci est littéralement fichue. Oui bon peut-être qu'il en existe sur ce sujet, mais perdre son rêve et en retrouver un dans la foulée, j'en vois pas l'intérêt. Non, mais c'est vrai, mon rêve était de danser pas de jardiner ou je ne sais quoi. Là je ne peux plus danser, j'ai mal partout... Je ne reconnais plus mon corps, j'ai l'impression que c'est celui que de quelqu'un d'autre. Je crois que c'est ce qui me fait le plus mal, ne plus me reconnaître. Je dois rester forte malgré tout, ne pas baisser les bras, d'autres ont connus et vus pire que ce que je vis. Je n'ai pas le droit de me plaindre, j'ai encore mes deux jambes, mes deux bras, mon corps en soit, je suis en vie et ma santé se refait. D'autres n'ont pas se privilèges. « NON MAIS T'ES MALADE !!!» Je tourne la tête vers mon cher et tendre, pourquoi est-ce qu'il a fait ça ? Ah oui merde il ne peut plus parler et moi j'ai perdu le fil de mes pensées. « Tu comptes nous tuer ou quoi ? Je savais que j'aurais mieux fait de rentrer à pieds.» Il faut que je sorte d'ici... « Allan ouvre !» Non, mais il me fait quoi là ? Il m'enferme dans la voiture à présent, de mieux en mieux. Et vas-y qu'il me lance son regard, non insiste pas, je ne m'expliquerai pas. « Je... AAAAH ! Tu m'énerves !» Je ne dirais rien de plus. Je croise les bras sur ma poitrine et m'enfonce dans le siège. Je ne dirais rien, tu peux me fixer, je ne dirais rien. Je sais que je fais ma moue boudeuse, mais je m'en fous. Il ne peut rien dire pas vrai ? Et je ne dirais rien. Et puis je ne vais pas m'expliquer sur ce que j'ai dit, j'y arriverai pas ! C'est trop facile ça. Pourquoi ça serait à moi de m'expliquer ? J'ai rien fait ? Enfin si j'ai fait des choses, mais là... Ah non, mais quand je dis qu'il me perturbe. Ce mec me rend dingue. Il faut qu'il arrête de contrôler mon esprit ou je ne sais quoi. Je ne reviendrais pas sur mon avis, enfin je crois. J'ai été claire, ou peut-être pas. Oh j'en sais rien. Oh puis zut ! « C'est bon tu peux parler !» Je tourne la tête, ce n'est pas bon que je le regarde en ce moment. Je ne sais déjà plus ce que je dis, pourtant ça me paraît claire. « Tu veux que je te dise quoi de plus ? Je me suis excusée, tu veux quoi de plus ? Je suis sincère lorsque je te dis que ce n'est pas de ta faute. Crois-le ou non.» Je ne vais pas me mettre à genoux non plus. Mes mots ont dépassés ma pensée, c'est plus facile de l'accuser lui, que de reconnaître mes torts. Je n'étais pas concentrée, j'étais ailleurs, résultat ma vie est fichue. Et pour couronner le tout, je ne pourrais sans doute plus jamais avoir d'enfants, je me suis jamais posée la question de savoir si je voudrais une famille un jour ou l'autre, mais de savoir... Ça change tout. C'est plus facile d'aimé un animal qu'un humain. Pourquoi je pense à ça ? Oh il m'énerve !
©clever love.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 166
☞ AVATAR : chris pine. ♥

MessageSujet: Re: Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥   Mer 10 Sep - 10:13


andy&allan
La voiture est arrêtée sur le bord de la route et Andy n’a pas l’air d’avoir apprécié ce freinage précipité. « NON MAIS T'ES MALADE !!! » me crie-t-elle tout en me regardant stupéfaite. Malade, moi ? Non pas du tout, par contre, elle, je commence un peu à m’interroger sur son état mental. Elle est vraiment pas claire et là, j’ai besoin de savoir ce qu’il se passe, j’ai besoin de savoir ce qu’elle a dans la tête. « Tu comptes nous tuer ou quoi ? Je savais que j'aurais mieux fait de rentrer à pieds. » Elle est en colère, mais honnêtement, je m’en fiche complètement. Ca suffit maintenant, fini de jouer au chat et à la souris. J’ai le droit à des explications. Elle m’a quittée, et si ce n’est pas à cause de mon ancienne secrétaire alors je veux savoir pourquoi. J’ai le droit de savoir. Elle ne peut pas juste continuer à me fuir comme elle l’a fait jusqu’à présent. Je la regarde s’exciter contre la portière sans rien dire, de toute façon, elle peut faire ce qu’elle veut, elle n’arrivera pas à l’ouvrir. « Allan ouvre ! » m’ordonne-t-elle mais je ne m’exécute pas, je me contente de secouer négativement la tête. Je la regarde avec insistance, attendant qu’elle m’explique ce qu’elle a voulu dire. Je sais très bien qu’elle comprend ce que je veux. « Je... AAAAH ! Tu m'énerves ! » Je soupire en la regardant se repositionner normalement sur son siège, face à la route, les bras croisés sur sa poitrine. Je détourne mon regard de son visage, je m’enfonce dans mon siège puis j’active mes feux de détresse. Je sens qu’on va en avoir pour un moment. La dernière fois, elle a gagné, j’ai laissé tomber et je suis parti. Cette fois-ci, je ne lâcherai rien. J’en ai vraiment marre de tout ça. Si elle veut le divorce, très bien mais je veux une raison, et une bonne ! « C'est bon tu peux parler ! » Ah ? Je tourne la tête croisant son regard et je lui souris tristement. Elle ne comprend pas. Je n’ai pas besoin de parler, tout ce que je veux, c’est écouter. Je veux qu’elle me parle, qu’elle me crie dessus, qu’elle m’insulte … peu importe, du moment que ça m’aide à comprendre. « Tu veux que je te dise quoi de plus ? Je me suis excusée, tu veux quoi de plus ? Je suis sincère lorsque je te dis que ce n'est pas de ta faute. Crois-le ou non. » Je soupire. Décidément, elle ne comprend vraiment rien. Je détache ma ceinture, déverrouille la voiture et sors du véhicule. J’étouffe.

Les fesses posées contre le capot de la voiture, je respire profondément. Vous avez déjà eu la sensation de ne plus rien comprendre à rien, voire même d’avoir débarqué dans une réalité alternative où toute votre vie se barre littéralement en sucette ? Moi, c’est la première fois et j’ai horreur de ça. Avant Andy, je n’aurai jamais ressenti ça. Non, avant, j’étais toujours en position de pouvoir, personne n’avait d’ascendant sur moi, je faisais ce que je voulais quand je le voulais sans me préoccuper de qui que ce soit. L’amour, je n’y croyais pas. Un mythe. Une idée inventée par l’Homme pour ne plus se sentir seul. Je ne me sentais pas seul, j’étais bien. J’avais mon petit monde, Flynn, Piper et je commençais même à récupérer la confiance de mon frère. Mais non, j’me suis juste fait avoir. J’suis tombé amoureux et depuis, je ne me suis jamais senti aussi seul … quelle ironie. Je soupire, fermant les yeux. J’entends la portière s’ouvrir puis se refermer. Andy est finalement sortie de la voiture. « Tu sais, je n’veux pas de tes excuses. Je n’sais même pas pourquoi tu t’excuses, en fait. Je n’comprends plus rien Andy. » Je pivote sur moi-même pour la regarder. « Si c’n’est pas d’ma faute, alors quoi ? T’avais prévu de me quitter de toute façon ? Tu n’m’aimes plus … ? » Je baisse la tête, la regarder me fait mal, je suis triste à un point qu’elle n’a pas idée. La voir ainsi me blesse, et le pire c’est qu’elle est totalement fermée. « Aide-moi à comprendre, s’il te plait. Tu veux que j’te laisse tranquille ? Que j’accepte le divorce ? Très bien, mais donne-moi une raison, une vrai raison. » Je relève finalement les yeux. Aller Andy, s’il te plait. Dis-moi quelque chose, n’importe quoi. Je veux comprendre. Pourquoi est-ce que notre chemin à tous les deux devrait s’arrêter maintenant…
©clever love.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le cœur d’une femme est un océan de secrets. Allan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la première femme commandant d’un navire de la marine belge
» Je suis une faible femme :(
» la sage femme françoise...Mon parcours avec les sages femmes
» Surpris au lit avec une femme mariée, il fuit par la fenêtre
» quel sage femme me conseillez vous en Rp????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WOLLONGONG :: ∞ Wollongong, New South Wales :: 
Coniston
 :: 
Gladstone Avenue
-