Partagez | 
 

 ✰ if you can wait 'til i get home, then i swear come tomorrow, this will all be in our past. (allan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
☞ CONNERIES : 166
☞ AVATAR : chris pine. ♥

MessageSujet: ✰ if you can wait 'til i get home, then i swear come tomorrow, this will all be in our past. (allan)   Mar 1 Juil - 9:32

Allan Stefan Hawkins
chris pine ♥️
On dit bonjour quand on est poli, si tu n'es pas joli, soit un peu poli, c'est ce que ma maman m'a toujours dit. Il faut toujours écouter ses parents, sauf quand ils radotent, là tu peux passer. Les parents ne disent pas toujours la vérité, ils ont été jeunes avant comme toi et moi, wait, tu as quel âge déjà toi ? Eh bien, il faut croire que je ne suis pas poli. En même temps, pourquoi est-ce que je le serai ? Je sens que de toute façon, tu vas abuser de mon temps pour me poser tout un tas de questions inutiles. Tiens, tu vois, tu commences. J’ai trente-et-un ans, je suis né le deux décembre mille neuf-cent quatre-vingt-deux. Ouais, j’te donne même des infos dont tu n’as pas besoin pour remplir ta fiche. Je vois, oui je vois je te dis, si je te dis que je vois c'est que je vois, mais tu es natif d'ici ? Pardonne-moi, ma mémoire me joue des tours et puis je suis sûr que tu es un alien. Je n’suis pas un alien, je suis né à Wollongong tout comme mes parents et mes grands-parents. Eh ouais, je suis australien pure souche. Ah tu vois, qu'est-ce que je disais, j'ai toujours raison, oui et même quand j'ai tort, j'ai raison. C'est une chose à savoir, le chef a toujours raison. Tu dois me comprendre pour ça ? Que tu sois en haut ou en bas de l'échelle, tu me comprends, n'est-ce pas ? Ouais, je te comprends. Et pour information, j’suis en haut de l’échelle. Tu vois, tu as un grand PDG d’entreprise devant toi. J’suis dans la publicité et j’ai des boîtes un peu partout en Australie. Tu contrôle Wollo ? C’est bien, mais faut voir plus grand mon p’tit. Qu'est-ce que je disais, le pouvoir est maître de tout, j'aime avoir du pouvoir, pas toi ? C'est plaisant de savoir que les gens ne peuvent rien faire contre toi, oh mais je te rassure j'ai des défauts comme tout le monde et toi ? J’en ai aussi. Il parait même que je suis un vrai con, c’est ce que les gens disent en tout cas. Je suis un tout petit peu égocentrique. Oui égocentrique, pas égoïste, ce n’est pas la même chose. Je suis un peu jaloux aussi et plutôt rancunier mais ça, c’est de famille. Je tacherai de m'en souvenir, je ne voudrais pas te contrarier et faire sortir le Hulk qui est en toi. Je suis sûr que tu dois avoir des qualités ? Tu ne peux pas juste être idiot et vert. Je suis assez attentionné, j’aime prendre soin des gens que j’aime. Tu comprends pourquoi on ne peut pas dire que je suis égoïste maintenant ? Je suis loyal et depuis peu fidèle, si je t’assure. Oui bon je me suis peut-être trompé... Effectivement tu es bon à jeter, qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? Au fait c'est quoi déjà ton patronyme ? Oui ton identité si tu préfères. Mais je t’emmerde ! Tu te crois mieux peut-être ?! Pff… Je m’appelle Allan, Allan Hawkins. Mon deuxième prénom est Stefan en honneur à mon imbécile de père. Ouais, c’est la joie chez nous. Non ça me dit rien, je me demande si Joey pourrait s'occuper de toi. C'est une bonne personne, unique en son genre, je suis sûr qu'elle t'apportera beaucoup, ta vie va être différente à présent, elle va briller et les gens vont t'adorer. Justement en parlant de gens, tu as peut-être déjà quelqu'un qui t'adore ? Je suis marié mais je ne suis pas sûr qu’on puisse dire qu’elle m’adore. Non, c’est clair, je dois plutôt me débrouiller pour éviter le divorce, ça n’va pas être de la tarte ! Oh je vois, en fait non je vois pas, tu es étrange mon ami. Tu es pressé ? Tu penses que j'en ai fini avec toi ? Et bien figure toi que non, si tu devais renaître en quelque chose tu opterais pourquoi ? On est tous pressés, le temps c’est de l’argent mon ami. J’opterai pour un oiseau parce que voler, ça doit être cool. Intéressant, moi j'aimerai revenir en étant une chèvre, ça doit être sympa de brouter toute la journée. Enfin tu me diras chacun ses préférences, tiens en parlant de ça, tu aimes quoi ? J’suis hétéro, si c’est ça que tu voulais savoir. Ou plutôt Andyphile. Je t'aurai bien dit comme moi, mais je ne vois pas l'intérêt de préféré telle espèce à une autre. Mais oui nous avons bientôt fini, calme toi. Une dernière pour la route, si tu devais opter pour un super héros, tu prendrais qui ? Je ne suis pas un grand fan de super héros, j'ai cru comprendre que les BDs, c'est grave ton truc, bah c'est pas trop le mien. Quant aux films qui sont sortis, je t'avoue ne pas en avoir vu beaucoup. Quand je regarde la télé, c'est surtout pour mater du sport. Choix vraiment... Oh je n'avais pas vu l'heure, tu es libre, merci d'avoir pris le temps de répondre à mon questionnaire.

parlons un peu

Aujourd'hui je n'ai pas envie d'être original, je sais que cela peut-être étrange, mais je vais me comporter comme n'importe quel spécimen se trouvant dans cette ville. Oui je peux le faire, la preuve, pourquoi tu es venu t'installer là ? Bon si tu es natif d'ici, il y a bien une raison qui t'a poussé à rester ? Il paraît que l'herbe est toujours plus verte ailleurs, tu ne trouves pas ? Je suis né à Wollongong mais je n’y ai pas toujours vécu. J’ai fait mes études en Europe histoire d’échapper à mon père et à ses abus de pouvoir, je suis finalement rentré au bout de deux ans pour retrouver mon frère et Piper qui représentaient tout pour moi, je ne me voyais pas vivre loin d’eux. Et puis, j’ai rencontré Andy, elle a travaillé pour moi pendant environ un an et quand elle est partie pour Sydney, je l’ai suivie. Je reviens tout juste à Wollo dans le but de la reconquérir. Oui, nous sommes mariés mais elle est persuadée que je l’ai trompée … et je t’assure que c’est faux !

Est-ce que tu aimes les tomates ? Moi pas vraiment, tiens c'est quoi ton plat favoris et celui que tu détestes. Oh puis soyons fous, quel légume tu vénères et celui qui te fait horreur ? Je ne suis pas un grand fan de tomates, ou de légumes en général. Mais après avoir vécu pendant huit mois avec une végétarienne, j’ai dû me faire une raison. Au final, ce n’est pas aussi horrible que ça. Heureusement qu’elle n’a pas essayé de me convertir parce qu’honnêtement, je ne sais pas si je pourrai vivre sans un bon steack de temps en temps.

Question bonus, quelle est la première chose que tu fais en te levant et bien sûr la dernière en te couchant ? Surprend-moi ! Hm, le matin, quand je me lève, je vais machinalement mettre la cafetière en marche puis, je vais pisser. Ce n’est pas très original, je sais mais en même temps, je ne suis pas du matin, faut pas trop m’en demander. Le soir par contre, ça dépend. Si je suis seul, je me brosse les dents et puis hop, dodo. Mais si Andy est avec moi, entre le brossage des dents et le moment où je vais dormir, il peut s’en passer des choses … toutes sortes de choses.
(c) taz

T'es quel genre de Minion ?
Voici venu le temps des rires et des chants sur l'île aux minions, c'est tous les jours la fête et les potatoes. Et toi tu es qui ? edoxe pour te servir mais tu peux m'appeler Marine. Ah ! Non... jamais entendu parler, désolé de t'avoir fait une fausse joie. Tu n'es pas d'ici, ce monde t'es inconnu, n'est-ce pas ? Tu as tout à fait raison, je viens de la planète Mars mais chuuut, ça reste entre nous.    Hum... Effectivement, c'est pas tout proche, mais tu passes souvent par ici ? Le plus souvent possible, c'est vraiment sympa ce p'tit coin, tu ne trouves pas ?    Et bien tu m'en vois fort heureux et tu penses quoi de mon royaume ? J'en penses qu'il y fait bon vivre et puis tes minions ... ils sont vraiment trop ... mignooons!    Tu m'en vois fort heureux ! Finalement je vais te garder, tu m'as l'air fort sympathique. Une dernière chose a ajouté ?  J'aime les papys boiteux !!   

Code:
<span class="avatarpris">☓</span> chris pine • [i]allan hawkins[/i].


Dernière édition par Allan Hawkins le Jeu 3 Juil - 12:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 166
☞ AVATAR : chris pine. ♥

MessageSujet: Re: ✰ if you can wait 'til i get home, then i swear come tomorrow, this will all be in our past. (allan)   Mar 1 Juil - 9:32

Silence maraud, je parlemente.
when i was a child i was a jedi

« KILLIAN ! Ca suffit tu m’entends ?! » Je tends l’oreille pour comprendre ce qui se passe dans le salon mais après que papa ait crié après Kiwi, plus aucun son ne me parvient avant quelques minutes. On frappe à la porte de ma chambre et je peux entendre mon petit frère sangloter dans le couloir. Je laisse mes devoirs de côté pour aller lui ouvrir, il entre et se jette sur mon lit, enfouissant sa tête dans mon oreiller pour étouffer ses pleurs. Si papa l’entend, ça va mal aller. Je referme la porte puis, je vais m’assoir à côté de lui. « Pourquoi tu pleurs ? » lui demandé-je en passant ma main sur son dos. « Maman…elle…elle est pas…là. Et papa, il…il a ou…oublié. » Je soupire. Ce n’est pas qu’il a oublié, c’est juste qu’il s’en moque. En dix ans, je ne me rappelle pas une seule fois où il a pensé à mon anniversaire. Mais, au moins d’habitude, maman est là. C’est elle qui s’occupe de ce genre de détails, du gâteau, des cadeaux … de nous. Ouais, c’est horrible à dire mais pour notre père, nous ne sommes que des détails de son existence. Il n’y a que lui qui importe. Ca a toujours été comme ça et ça le restera. « T’en fais pas, je suis sûr que maman a tout prévu et que si tu ne peux pas souffler tes bougies aujourd’hui, tu pourras les souffler demain. » Kiwi se redresse en reniflant. « Tu crois ? » Je lui souris et il s’essuie les yeux du revers de sa manche, puis vient se blottir contre moi. Toc. Toc. Toc. Je regarde par la fenêtre, attiré par le bruit de cailloux contre le verre et découvre Piper dans notre jardin. Elle n’a vraiment peur de rien. Je me lève suivit par Kiwi et ouvre la fenêtre. « Opération pirate lancée ! » chuchote-t-elle le plus fort possible. J’acquiesce. C’est parti ! J’attrape la main de Killian et le tire derrière moi. « Qu’est-ce que tu fais ? » me demande-t-il mais je ne lui réponds pas. Je me contente de lui faire signe de ne pas faire de bruit. Papa est toujours dans le salon et s’il ne change pas ses habitudes, il ne nous surprendra pas en train de sortir. La porte d’entrée fait trop de bruit quand on l’ouvre alors on passe par la porte-fenêtre de la cuisine. Piper nous attend avec un grand sourire. On fait le tour de la maison puis on part se réfugier dans le jardin de monsieur et madame Jenkins, comme à chaque fois qu’on se cache de papa. Une fois qu’on est sûr qu’on ne risque plus rien, les yeux de Piper croisent les miens, et avec de grands sourires, on se jette sur Kiwi. « Joyeuuuux anniversaiiiire !! » lui crie-t-on en cœur. Surpris, il lâche un petit cri et tous les trois, on explose de rire. Piper, Kiwi et moi, nous sommes les trois mousquetaires et rien ne pourra jamais nous séparer. Aucun de nous n’a le même âge, ni les mêmes amis ou les mêmes centres d’intérêts. Et alors ?! Parfois au collège, on me dit que j’dois être un attardé pour trainer avec des p’tits comme ils disent mais ils sont bêtes. De toute façon, je n’suis pas un attardé. J’suis le meilleur de la classe et eux, ils sont juste jaloux ! Surtout qu’en plus, Piper peut leur botter les fesses quand elle veut et que Kiwi plus tard, il leur piquera toutes leurs copines ! On verra bien dans dix ans s’ils feront toujours les malins.

Faire le mur, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Surtout que les deux parents sont à la maison ce soir. C’est plutôt rare ces temps-ci, j’me demande ce qu’ils mijotent. Bon aller, c’est comme quand on était gamin, on se glisse silencieusement dans la cuisine pour sortir par la porte fenêtre. Easy. « …véritable cancre ! » Hein ? Je m’arrête en chemin et me cache derrière la porte du salon. « Stefan, ce n’est qu’un gamin un peu perdu ! » Ce n’est quand même pas de moi qu’ils parlent ? De Kiwi ? C’est forcément l’un de nous deux, ils s’engueulent en chuchotant pour que l’écho de leurs voix n’atteignent pas le premier étage. Si seulement ils se doutaient que je suis juste derrière la porte. « Allan n’est pas perdu, lui ! Et ils ont eu exactement la même éducation ! » Bizarrement, j’aurai préféré que ce soit de moi qu’ils parlent. Je n’aime pas l’idée de papa dénigrant mon Kiwi comme ça. « Mais Killian n’est pas Allan ! Tu ne peux pas attendre mieux de sa part, la barre a été placée beaucoup trop haut ! » Oh non, ce n’est quand même pas de ma faute tout ça. Pitié, papa répond quelque chose. « Je ne vois pas le mal à vouloir que mes deux fils soient parfaits. » déclare mon père sur un ton tout ce qu’il y a de plus normal. Il est sérieux là ? D’après lui, je serais parfait alors que mon frère, non ? Mais c’est quoi ce bazar ?! « Voyons Stefan, c’est pourtant évident. Killian ne se sent pas à la hauteur alors il ne fait même pas les efforts d’essayer. » Mais sérieusement, ils débloquent ou quoi ? Papa est un homme imbu de lui-même qui n’a d’amour que pour sa petite personne et maman passe son temps au boulot pour ne pas avoir à passer son temps avec l’homme qu’elle a épousé. Ils ne nous connaissent pas, ils ne voient que ce qu’on veut bien leur montrer. Faire semblant de s’intéresser à leurs gamins … ils sont pathétiques. « Raison de plus pour l’envoyer en pension ! Au moins, là-bas, il n’y aura pas son frère pour lui faire de l’ombre. » En pension ? De l’ombre ? MAIS WHAT THE FUCK PUTAIN ! J’ouvre en grand la porte, celle-ci vient claquer contre le mur et mes deux parents se tournent vers moi, surpris. « Mais vous vous entendez causer ?! D’après toi, j’suis parfait papa ? Tout ça parce que je me plie à chacune de tes exigences ?! Mais putain, dans quel monde est-ce que tu vis ?! » Mon père ouvre de grands yeux, choqué. Il va pour parler mais je lève la main, lui signalant de se taire. A ma grande surprise, il s’exécute sans broncher. « Je suis exactement celui que tu veux que je sois mais contrairement à Killian, je ne suis pas moi-même ! Lui au moins, il fait ce qu’il a envie. Il n’a pas peur de toi ! Il est intelligent, tellement qu’il s’ennuie en classe mais comment pourrais-tu le savoir, hein ? L’école, ça ne l’botte pas et qui pourrait le lui reprocher, si ce n’est toi ? Il est courageux et a un putain de grand cœur ! Il tient tout de maman, malheureusement, moi j’suis comme toi. Je rentre dans la case du fils parfait mais j’suis qu’un lâche. Le putain d’reflet d’mon père ! » On dirait que ses yeux vont sortirent de leurs orbites, il entrouvre légèrement la bouche et lève son bras pour me frapper mais maman l'intercepte avant l’impact. Son regard est noir autant pour moi que pour papa. Mais je sais qu’elle pense comme moi, même si elle a trop peur pour l’admettre. « Ose envoyer Kiwi en pension et j’te jure que j’me casse d’ici. » balancé-je juste avant de quitter la pièce puis de sortir par la porte d’entrée de la maison que je prends bien le soin de claquer derrière moi. Qu’il aille se faire foutre, on s’en prend pas à Kiwi !

life is mine

« On peut parler ? » demandé-je à mes parents en entrant dans le salon. Mon père lève les yeux de son journal et soupire, tandis que ma mère m’offre un grand sourire et me fait signe de venir m’assoir. Je soupire à mon tour puis m’exécute. Papa pli son journal puis le pose sur un coin de son fauteuil, il croise les bras sur sa poitrine et enfin, je sais que je peux commencer. « J’ai respecté ma part du contrat, je me suis inscrit en fac de droit et j’ai complété mon premier semestre comme vous me l’aviez exigé. » Je marque une petite pause avant de poursuivre. « Maintenant, j’aimerai que vous respectiez la vôtre et que vous me laissiez faire ce que je veux de ma vie. » Mon père décroise ses bras et se penche en avant comme s’il n’était pas bien sûr d’avoir bien entendu ce que je viens de lui dire. « Je ne crois pas non. » lâche-t-il enfin. « Stefan … vous aviez un accord. » souffle maman. « Si le droit ne lui plaisait pas, il pouvait faire ce qu’il voulait à la place du moment qu’il y avait mis vraiment du sien. » poursuit-elle calmement. Mon père commence à rire et je sais déjà où est-ce qu’il va en venir. « Parce que tu l’as vu y mettre du sien toi ? » Maman soupire. « Stefan/ » Je ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase, je me lève et m’emporte. « Laisse-le maman, c’était couru d’avance. Etre à une place du major de ce semestre, ce n’est pas y mettre du sien. Si je m’étais vraiment donné à fond, j’aurai été le meilleur ! N’est-ce pas papa ? » Cette fois, c’est à mon tour de rire. « Ecoute, j’ai essayé ok ? J’ai fait de mon mieux pour que tu sois fier de moi et si ça ne suffit pas … tu sais quoi ? Eh bah j’te dis merde ! » Mon père se lève et me gifle, et à la force qu’il a mis dans son coup, j’en déduis que ça fait longtemps que ça le démange. Je me contente de lui sourire faisant abstraction de la douleur. « Merci de rendre ça encore plus facile. Maintenant, je n’ai plus à m’en vouloir de ce que je m’apprête à faire. » Je quitte la pièce et monte à l’étage, puis redescends quelques minutes plus tard trainant ma valise derrière moi. Je tends deux lettres à maman. « Il y en a une pour Kiwi et une autre pour Piper, je peux compter sur toi pour les leur remettre ? » lui demandé-je un petit sourire sur les lèvres. Elle acquiesce malgré l’énorme surprise que je peux voir dans son regard, me prend les deux enveloppes puis m’enlace très fort. « Et où crois-tu aller comme ça ? » lâche mon père rouge de colère. « Parce que ça t’intéresse ? » répondis-je juste avant de quitter la pièce puis la maison. « Allan ! » Je l’entends gueuler mon prénom mais il est déjà trop tard. J’ai fait mon choix.

De : Piper W.
A : Allan H.
Objet : ...

« Désolé de t’annoncer ça dans une lettre mais je pars en Europe, Stefan me rend dingue et je ne peux plus continuer comme ça. J’ai besoin de vivre ma vie comme je l’entends et non comme il l’aimerait. Je suis vraiment désolé Piper. Prends soin de Kiwi pour moi. Je t’aime. »
Je ne sais même pas quoi te dire. Je ne t’aurais jamais cru capable d’un coup pareil. Je me demande même si tu as conscience de l’égoïsme dont tu fais preuve. Tu veux vivre ta vie comme tu l’entends ? Tu as bien raison. Mais est-ce que c’était vraiment nécessaire de partir sans même un au revoir ? Et est-ce que tu réalises que tu abandonnes Killian avec un père que tu as bien pris le soin de mettre hors de lui, juste avant de partir ? Il t’en veut, Allan. Je ne l’avais encore jamais vu aussi en colère. J’espère que tu sais ce que tu fais parce que tu viens de perdre ton frère. Bref, fais bon voyage.
Bye. Piper.

the return of the prodigal son

Je regarde par le hublot de l’avion en respirant profondément. Cela fait maintenant deux ans que je n’ai pas remis les pieds en Australie, ni même que je n’ai revu ma famille. Et je dois avouer que j’appréhende assez. Killian n’a pas répondu à un seul de mes mails et pourtant, je lui écrivais toutes les semaines. Je sais qu’il m’en veut. Piper me l’a très bien fait comprendre à maintes reprises mais je ne peux pas défaire ce qui a été fait. Je dois assumer les conséquences de mes actes. J’espère juste qu’il les a lus et qu’il sait que je n’ai pas cessé de penser à lui. L’appareil atterrit et, suivant les autres passagers, je sors de l’avion, puis me dirige vers l’intérieur de l’aéroport où je vais pouvoir récupérer mes bagages. Je n’en ai pas tellement, j’ai voyagé léger. Je quitte l’aérogare et m’arrête une seconde le temps de repérer un taxi de libre. « Hawkins ! » Surpris, je me retourne et découvre une jolie blonde qui me fonce dessus. Elle s’arrête à quelques centimètres de moi totalement essoufflée. « J’ai cru que … que je n’arriverai jamais à temps. » Elle inspire profondément en se penchant légèrement en arrière, je m’approche d’elle et la prend dans mes bras. « C’est bon de te voir mais ce n’était pas la peine de venir me chercher. » J’ai à peine le temps de terminer ma phrase qu’elle a déjà relâché son étreinte et qu’elle me frappe. Ahah ! Elle n’a pas changé. « Bien sûr que si ! Et puis, pourquoi est-ce que tu m’as donné tous les détails de ton vol si tu ne voulais pas que je vienne, hein ?! » Hm, elle n’a pas tort mais je ne pensais vraiment pas qu’elle le ferait. « Bon alors, tu viens ou tu comptes coucher ici ? » Elle me tire par le bras et je la suis sans broncher jusqu’à sa voiture. Jusqu’à maintenant, je n’avais pas vraiment réalisé à quel point l’Australie m’avait manqué… à quel point, Piper m’avait manqué.

« Tu réalises que c’est pas en fixant la maison comme ça que tu vas miraculeusement te téléporter à l’intérieur, pas vrai ? » me lance Piper, un sourire sur les lèvres. Je soupire puis ouvre la portière. « Ça va être ma fête. Souhaite-moi bonne chance ! » Je l’embrasse sur la joue avant de m’extirper du véhicule. Il est temps d’assumer. Ça ne va pas être de la tarte ! Je traine les pieds jusqu’à la porte d’entrée alors que je peux entendre Piper redémarrer et s’éloigner peu à peu. Je grogne puis je presse mon doigt contre le bouton de la sonnette. La porte s’ouvre et je m’efforce d’afficher un grand sourire. C’est Killian. Il me regarde de haut en bas, puis de bas en haut et finalement, il referme la porte. Bon … Je refais un essai et cette fois, c’est maman qui vient m’ouvrir. « Allan ?? » s’exclame-t-elle en clignant des yeux pour être sûre de ne pas rêver. « Oui maman, c’est moi. » Elle lâche la porte pour m’ouvrir en grand ses bras. Je m’approche d’elle puis me penche pour pouvoir la prendre dans mes bras. « Tu m’as tellement manqué ! Tu aurais pu écrire plus souvent quand même ! » Lorsqu’elle me laisse enfin me redresser, elle m’invite à entrer. « Stefan est là ? » demandé-je avec un peu d’appréhension. Elle secoue la tête. « Est-ce que tu comptes rester ici ? » J’hausse les épaules, je n’en sais rien. Je n’y ai pas trop pensé à vrai dire. Je pensais vraiment me retrouver nez-à-nez avec mon père et qu’il m’interdirait de rentrer à la maison. « Je vais préparer ta chambre. » annonce maman toute contente. « C’est pas la peine, je vais me débrouiller. » Elle fait mine de ne pas m’écouter et pars au sous-sol chercher des draps propres. Je soupire puis regarde tout autour de moi. Rien n’a changé. Cette maison est toujours la même. Je retire mes chaussures et les range dans l’armoire avant de monter à l’étage poser mes quelques affaires dans ma chambre. J’aurais pensé que Kiwi se serait approprié les lieux mais non. Tout est resté intact.

Stefan est rentré mais je ne pense pas qu’il ait remarqué ma présence. Comme à son habitude,  il est directement allé monopoliser le fauteuil dans le salon sans se préoccuper de ma mère ou de mon frère. Au final, que je sois à la maison ou non, ça ne change rien. Surtout pour Kiwi qui m’ignore royalement. Ça va être folklorique ce soir ! « Les garçons, à table ! » annonce maman en forçant un peu sur sa voix. La porte de la chambre de Killian s’ouvre et il en sort. Il passe devant moi sans même m’adresser un regard. Ok … « Quatre couverts ? » demande mon père sur un ton lasse alors que je ne suis pas encore arrivé dans la salle à manger. « La petite Piper vient encore dîner avec nous ? » Je m’arrête juste derrière la porte et souris. Il n’a jamais été un grand fan de Piper, elle dit trop facilement ce qu’elle pense et il a tendance à en prendre pour son grade. « Maman t’a pas dit ? » lance Killian. « Le fils prodige est de retour ! » Il fait une petite courbette et pousse la porte de sorte à ce que notre père puisse me voir. Le choc est tel qu’il laisse échapper son verre de vin qui vient s’éclater sur le sol. Il entrouvre la bouche mais ne dit rien, il reste juste comme ça pendant un moment. Killian, lui, est déjà assis en train de grignoter un bout de pain. On dirait presque qu’il attend le spectacle. Maman s’active pour nettoyer les bouts de verre et le vin sur le sol mais Stefan l’arrête d’un signe de la main. « Laisse donc. Allan va nettoyer. » Un sourire se dessine sur mes lèvres, je croise mes bras sur ma poitrine. « Moi ? Nettoyer derrière toi ? J’suis pas ta boniche. » Maman, qui s’était arrêtée pendant un instant, reprend ce qu’elle était en train de faire. Elle sait déjà que ça ne mènera nulle part. Mais je ne suis pas d’accord. Je m’accroupi, lui attrape le bras et la force à se relever. « Non maman, ce n’est pas à toi de faire ça. IL a fait tomber son verre, alors IL va ramasser les débris. » Elle recule d’un pas ou deux alors que papa, lui, s’avance. La gifle part mais je l’évite de justesse, et lui assène un coup dans la mâchoire. Sonné l’espace de quelques secondes, il finit par revenir à lui et me foncer dessus. Ses deux mains autour de mon cou. « Killian, réagit ! » l’implore maman mais non, il ne bouge pas. Il continue simplement de bouffer son morceau de pain en souriant. « CA SUFFIT MAINTENANT ! » Munie de son balai, elle commence à nous taper dessus, papa me lâche pour la regarder surpris. « Le dîner est prêt ! Vous allez cesser vos bêtises et vous mettre à table ! On va passer un bon moment en famille et si j’en vois un seul qui n’y met pas du sien, ça va mal aller ! Compris ?! » Woah, maman en colère ? C’est une première. Même Killian n’en revient pas, ça se voit à sa tête. Papa soupire alors que je hoche la tête, puis on s’installe chacun d’un côté de la table. « Bien ! » Elle nous sert l’un après l’autre, puis nous tend ses mains pour le bénédicité. Killian tente d’y déroger pour pouvoir continuer à m’ignorer sans avoir besoin de prendre ma main mais le regard noir de maman lui fait rapidement changer d’avis.


Dernière édition par Allan Hawkins le Mar 1 Juil - 15:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 166
☞ AVATAR : chris pine. ♥

MessageSujet: Re: ✰ if you can wait 'til i get home, then i swear come tomorrow, this will all be in our past. (allan)   Mar 1 Juil - 9:32

Silence maraud, je parlemente.
a woman can change your world

« Allan, réveille-toi. » Hm ? J’ouvre péniblement les yeux alors qu’une jolie demoiselle me secoue doucement. Je me redresse et la regarde perplexe. Qui est-elle ? Aucune idée, mais elle me tend mon téléphone. « C’est la quatrième fois en dix minutes qu’on t’appelle. » Ah ça, c’est mon frère. J’attrape le portable, bingo ! Et je sais qui est cette nana, ma secrétaire. Ouais, même au pieu, elle continue de filtrer mes appels. « Huit heures. C’que t’es matinal ! » Il rit. Bah vas-y fou-toi de moi, j’dirai rien ! « J’suis pas encore couché surtout. J’aurai b’soin d’un service. » Je m’assoie sur le bord du lit et inspire profondément, j’ai un de ces maux de crâne moi… « Dis toujours ? » « Tu te souviens d’Andy ? » Est-ce que je connais un Andy, même ? Non, je ne crois pas. Je grogne. « C’est une amie et aussi l’une de mes danseuses. » Une fille ? Et une danseuse en plus ? Intéressant. « Elle a décidé de s’occuper de sa sœur et un boulot de jour serait plus approprié. J’me disais que tu pourrais peut-être l’aider. Après tout, tu m’dois bien ça. » Il en a pas marre de jouer la carte du petit frère abandonné ? J’croyais qu’on avait dépassé ce stade. J’sais qu’il ne me porte pas dans son cœur, j’suis pas fiable selon lui mais faut pas déconner non plus. Je grogne une nouvelle fois. « Cet aprem, quinze heures. » finis-je par lâcher juste avant de raccrocher. Je balance mon téléphone avant de me rallonger. La jolie brune vient se coller à moi et dans un souffle, je laisse échapper un « au fait, t’es virée » puis je me rendors.

Lorsque mademoiselle Cohle sort de mon bureau, je me rassieds et passe mes mains derrière ma tête, satisfait. J’ai le sentiment que ça va être amusant. Cette fille est un pur canon et en plus, elle n’a rien d’une idiote. Ça va rendre la chasse encore plus attrayante. Flynn ouvre la porte sans prendre la peine de s’annoncer et vient prendre place en face de moi. « Mais dis donc, c’était qui cette nana ? » me demande-t-il avec un regard rêveur. « Bas les pattes, celle-là, t’y penses même pas. » « Non, sérieux, c’est qui ? » Un sourire triomphant sur le visage, je lui réponds : « Une amie de mon frère et ma nouvelle secrétaire. » Il explose de rire. « Pour ça, faudrait déjà que t’arrive à déloger Gladys du poste ! » Il me regarde puis devient soudainement très sérieux. « Nooon … comment t’as fait ? Cette nana, c’est une vraie nonne et elle est totalement contre l’abus de pouvoir des patrons ! » « C’était une vraie nonne. » Il ouvre la bouche en grand mais la referme, puis il attrape une gomme sur mon bureau et me la balance à la tronche. « T’es vraiment un sale con ! » « Ouais, je sais. » J’ai une sale réputation, j’en ai conscience mais honnêtement, je m’en fiche. Quant à Gladys, elle ne risque pas de se plaindre puisque je lui ai trouvé un job en ville. Même paye, plus près de chez elle. Parfait quoi. Je suis un sale con, c’est vrai mais contrairement à ce que les gens pensent. J’ai un cœur. Comme le dirai Piper, Killian et moi sommes exactement les mêmes. Généreux, attentifs et loyaux. La seule différence entre lui et moi, c’est que lui croit en l’amour. Moi non. Ce n’est qu’une idée abstraite inventée par l’homme pour se sentir un peu mieux. « Bon alors, dis-moi tout. » Je jette un coup d’œil à ma montre. Dix-sept heures. Je n’ai plus aucune réunion de prévue mais il est encore un peu tôt pour rentrer. « Andy Cohle, ancienne danseuse de Killian. Je n’suis pas sûr qu’elle soit vraiment qualifiée pour le poste mais elle n’est pas bête, elle s’adaptera rapidement. Et puis, au pire, je sais que tu n’seras pas loin pour lui venir en aide. » Flynn sourit bêtement et je lui renvoie la gomme qu’il m’a précédemment jeté dessus. « Elle a un petit ami si j’ai bien compris, elle vit ou vivra très prochainement avec sa petite sœur et hm … elle est super canon ! » « Tu sais c’qu’on dit ! Tant qu’elle n’a pas la bague au doigt, fonce ! » Il a tout compris.

C’est en trainant les pieds ce soir que je rejoins ma petite bande au bar du coin. Bizarrement, je n’ai aucune envie de faire la fête. De boire, peut-être mais de m’amuser ? Non merci. Rah mais qu’est-ce qui m’arrive encore ?! « C’est pas trop tôt ! » me balance Piper alors que je m’assieds près d’elle. « Tu m’dois vingt dollars, je t’avais dit qu’il viendrait ! » J’arque un sourcil en regardant Killian filer un billet à Flynn. « Vous avez parié sur moi, sérieusement ? » Je soupire alors qu’ils se marrent. Je fais signe à la serveuse, pas besoin de lui dire ce qu’on veut, elle le sait déjà. Plus habitués que nous, tu fais pas. « Bah ouais, avec le départ d’Andy, on s’est dit que tu serais trop dévasté pour te bouger d’ton canapé. » Je regarde Flynn avec un air mauvais. « Me regarde pas comme ça, j’vous ai pas espionnés, c’est Kiwi qui nous a tenu au jus. » Hm. Je soupire avant d’attraper mon verre de Jack Daniels et d’en avaler le contenu d’une traite.  « Woah, vas-y mollo ! On déconnait, mon pote. » Ouais, peut-être mais en attendant, ils ont touché un point sensible. Je m’en fiche qu’Andy s’en aille… pas vrai ? Et puis pourquoi est-ce que ça me ferait quelque chose d’abord ? Ce n’est qu’une fille comme les autres. Exactement. Une nana tout ce qu’il y a de plus ordinaire. « Aller, on trinque ! A un an ininterrompu de drague ! » Mais il veut mourir ma parole ? Je frappe Flynn à l’épaule et il glousse. Oups, j’y suis peut-être allé un peu fort. « Mais attends, c’est que t’es vraiment de mauvaise humeur, en plus ! » Piper attrape mon visage d’une main et affiche de grands yeux ronds. « Kiwi, j’crois qu’ton frère est amoureux ! » Pardon ?! Je me lève brusquement, envoyant valser la main de Piper, je sors deux billets de ma poche et les balance sur la table. « Allez vous faire foutre ! » lâché-je avant de me diriger vers la sortie, Killian sur mes talons. Une fois dehors dans la ruelle, je frappe bêtement dans un mur. Ah bordel, qu’est-ce qui m’arrive ?! « Al’, ça va ? » me demande mon petit frère en posant sa main sur mon épaule. « Ouais, ouais. » Il soupire avant de me faire pivoter face à lui. « Ecoute, j’sais qu’on est pas les meilleurs frères du monde mais si tu veux mon avis, j’pense que tu tiens à elle plus que tu ne veux bien l’admettre. J’sais que tu crois pas en l’amour et toutes ces conneries mais avoue que tu ne t’es jamais retrouvé dans un état pareil … » Je lève les yeux au ciel et il me sourit. « Part à Sydney, va la rejoindre. T’as une boîte là-bas en plus, nan ? » Une main sur chacune de mes épaules, il m’oblige à le regarder. « J’te déteste. » … de m’avoir donné cette idée foireuse. « Je sais, frangin. » Il cale son front contre le mien, me cogne gentiment le ventre avec son point puis retourne dans le bar. Je fais quoi ? J’le fais ? J’le fais pas ? Oh puis merde !

fuck it!

Aoutch, ma tête. Je me redresse tout doucement dans le lit, je cligne péniblement des yeux et regarde tout autour de moi. Je ne sais pas ce qu’on a fichu hier soir mais la chambre d’hôtel est sens dessus-dessous. Andy est allongée près de moi et je ne peux m’empêcher de repousser l’une de ses mèches derrière son oreille pour mieux voir son visage. C’est là que je le remarque. J’ai un anneau au doigt ! Pendant un moment, je place mes deux mains devant moi, cherchant à me rappeler laquelle est la droite et laquelle est la gauche. Bordel, c’est la gauche ! Je me lève à pas feutrés pour aller me réfugier dans la salle de bain. Aller Allan, souviens-toi ! Fais marcher ta tête ! Une douche froide, ouais, je vais essayer ça. Je tire le rideau de douche et manque de faire un arrêt cardiaque en découvrant Flynn endormi dans la baignoire. Mais qu’est-ce qu’il fait là, lui ?! Je le secoue et il ne tarde pas à se réveiller. « Hein ?! C’pas moi ! » Je plaque ma main sur sa bouche pour lui faire comprendre de parler moins fort. Andy dort et je ne veux pas la réveiller. « Qu’est-c’que tu fabriques ici ?! » Il regarde autour de lui, puis hausse les épaules. « J’avais pas assez de thunes pour m’payer une chambre et je n’avais pas envie d’assister à vos ébats… Donc ta chère baignoire m’a accueilli à bras ouverts. » Je me plaque ma main sur le visage et essayant de rester calme. « Qu’est-ce que tu fiches à Sydney ? » articulé-je entre mes dents. Les yeux de Flynn s’illuminent comme un sapin de Noël et il entreprend de sortir de la baignoire … pas une mince affaire, croyez-moi. Si je n’étais pas complètement à la ramasse, je crois que j’serai totalement plié. Mais qu’est-ce qu’il est con ! Enfin libéré, il s’assoit sur le rebord, pose ses coudes sur ses cuisses et prend un air idiot. « Tu n’te souviens pas de ta soirée, pas vrai ? » Je lève les yeux au ciel devant le sourire qu’il affiche. Ce n’est pas drôle ! « T’as d’la chance, j’m’en souviens ! » Je pose mes fesses à côté de mon meilleur ami puis j’attends. J’attends de savoir ce que j’ai fichu cette nuit. « Déjà, ce que tu dois savoir, c’est que je suis le meilleur meilleur ami qui soit ! Tu m’as appelé à vingt-trois heures me demandant de venir à Sydney et à une heure trente, j’étais là. » C’est moi qui l’ai appelé ? Hm… ok. « Quand je suis arrivé, vous étiez déjà prêts, du coup, on a pu commencer tout de suite et/ » « Commencer quoi ? Attends … t’es pas en train d’me dire que c’est toi qui est à l’origine de cette chose ?! » Je lui montre ma main puis mon doigt et là, il explose de rire. Je dois lui mettre ma main devant sa bouche pour qu’il la mette en sourdine. Sérieux Flynn, ta gueule ! « Nan, vous êtes à l’origine de cette chose. Moi, j’suis juste celui qui a officialisé tout ça. » Oh punaise ! L’an dernier, sa sœur a insisté pour que Flynn soit celui qui célèbre son mariage… du coup, ça veut dire qu’il est accrédité et que je suis … je suis marié ?! « Oh la vache ! » Flynn sourit puis pose une main dans mon dos. « Et ouais, mec. T’es marié. » Je plaque mon front contre son épaule et on reste un moment comme ça, puis je me lève. « Bon, j’vais annoncer la bonne nouvelle à ma … femme ? » Woah, c’que ça fait bizarre à dire. « Qu’est-ce que tu vas faire ? » me demande-t-il soudainement un peu plus sérieux. « Je n’sais pas, je vais voir avec elle ce qu’elle en pense. » Un immense sourire en coin apparait sur son visage et je comprends immédiatement ce qu’il essaye de me dire. Je pense déjà comme un homme marié. En même temps, je l’aime tellement. Je souris puis sors de la salle de bain, je m’assieds sur le bord du lit et réveille Andy en l’embrassant dans le cou. Elle ouvre les yeux et me sourit. A ce moment-là, je suis le plus heureux des hommes. « Salut, toi. » Je l’embrasse sur le front puis prends sa main gauche dans la mienne. « Je crois qu’on est mariés, choupette. » Je ne sais pas si elle va flipper, ou même si elle s’en souvient mais moi … moi, je suis heureux.

Je crois que dans toute ma carrière, c’est bien la première fois que je vire une secrétaire pour harcèlement sexuel. Ouais, j’en suis même sûr. Qui l’aurait cru ? Pas moi en tout cas. Flynn a raison, Andy m’a rendu sage. Moi, anciennement l’homme de plusieurs femmes, maintenant marié et fidèle. C’est Kiwi et Piper qui doivent bien se marrer. Le plus surprenant, c’est que je ne me sens pas piégé du tout, ça me semble … totalement naturel. J’ouvre la porte d’entrée de notre appartement et pose mes affaires sur une chaise de la cuisine. Tiens, c’est bizarre, c’est vachement silencieux ce soir. « Andy ? » Pas de réponse. Je sors mon portable pour voir si elle ne m’a pas appelé ou envoyé de sms. Non. Je vérifie la messagerie du fixe, pareil. Bon, là c’est étrange. Je l’appelle, ça sonne puis messagerie tout de suite. Elle zappe mes coups de fils ? C’est nouveau ça. Je n’sais pas trop pourquoi mais j’le sens pas. Je vais dans la chambre, sa table de nuit est dépouillée de tout objet. Je check l’armoire, ses affaires ont disparues… Woah, elle me fait quel coup, là ? Je commence un peu à paniquer, à la recherche d’un mot qu’elle m’aurait laissé mais il n’y a rien. Elle est partie. Je me laisse tomber dans le canapé. Je ne comprends pas… J’attrape mon téléphone. « Killian, t’as eu des nouvelles d’Andy ?! » Pas de bonjour, ni rien. Pas le temps pour ça, je suis … ah, j’aime pas ça ! « Killian ? Ça doit être sérieux pour que tu m’appelles comme ça. » Je lève les yeux au ciel. Bien sûr que c’est sérieux ! « T’en as eu ? » « Non, pourquoi ? Allan, qu’est-ce qui s’passe ? » me demande-t-il un peu inquiet. Oh bordel. Je passe une main dans mes cheveux, en expirant très fort. « Je crois qu’elle m’a quitté. Elle est partie, elle a pris toutes ses affaires, elle ne répond pas quand je l’appelle, elle … » Ah non … interdiction de craquer, manquerait plus que ça ! « Qu’est-ce que t’as fait ? » Quoi ? Mais pourquoi faudrait-il que j’ai fait quelque chose de mal ? J’ai rien fait ! Elle est juste partie sans rien dire … « Mais rien ! » Le silence qui suit m’indique que Kiwi me croit. Il me croit mais il est aussi vachement embêté parce que lui non-plus ne comprend pas. « Qu’est-ce que j’vais faire ? » Comment j’vais faire ? Qu’est-ce que j’peux faire ? Bordel !

Je n’ai jamais été une aussi grosse loque. Je me trouve pathétique … mais comment reprendre mon ancienne vie maintenant que je suis passé du côté marié de la force ? Et puis est-ce que j’en ai envie d’abord ? Non. J’veux retrouver ma femme. Si seulement elle me laissait la voir, ou même simplement lui parler mais non. J’dois passer par Kiwi et Piper. Et encore, sur les deux, y’en a qu’un seul qui me croit innocent. Andy est persuadée que je l’ai trompée avec ma secrétaire. Enfin mon ancienne secrétaire puisque je l’ai virée pour harcèlement. Apparemment, Andy m’aurait vu en train de l’embrasser sur mon bureau. Sauf que je ne l’ai jamais embrassée ! Je l’ai stoppée net avant que quoi que ce soit ne se passe. Elle a insisté et je l’ai virée, c’est aussi simple que ça. Oh punaise … je ne sais vraiment pas quoi faire. Elle refuse d’écouter Kiwi et je n’ose même pas lui envoyer Flynn, elle n’en ferait qu’une bouchée. Quant à Jane, je ne sais pas trop ce qu’elle croit, elle veut simplement le bonheur de sa sœur, ce que je comprends. Mais bordel, son bonheur est avec moi ! Faut que mon frère arrive à la convaincre que je suis le gentil dans l’histoire, après tout, ils sont assez proches donc ça pourrait fonctionner… J’veux juste pouvoir lui parler, qu’elle écoute ce que j’ai à lui dire. Oui, je sais, je pourrai aussi rentrer à Wollo pour lui forcer la main mais, même si c’est mon genre, je ne veux rien faire qui pourrait l’énerver encore plus contre moi. Ah … quelle vie ! Le téléphone sonne, je lève mes fesses du canapé et vais décrocher. « Allan Hawkins ? » « Bonjour, je suis le Dr. Keynes de l’hôpital de Sydney, je cherche à joindre Andy Cohle. Je suis le médecin qui l’a opérée après son accident. » L’hôpital de Sydney … ? Cohle … ? Accident … ?! « Andy n’est pas à la maison pour le moment mais je suis son mari, je peux peut-être prendre un message ? » Je n’arrive pas à croire que personne ne m’aie prévenu qu’il lui était arrivée quelque chose ! Et elle n’utilise plus mon nom de famille. Est-ce que ça signifie qu’elle pense au divorce ? C’est vraiment un cauchemar… « Oui, vous pourrez lui dire qu’elle a oublié sa prescription d’antidouleurs, elle peut venir la récupérer auprès de ma secrétaire. » Je crois que j’ai vraiment manqué un épisode. « Je voulais aussi vous dire qu’elle a de la chance d’avoir quelqu’un avec elle. Perdre à la fois son rêve et un bébé, c’est une sacrée épreuve à traverser surtout quand on est seule. Bien, bonne journée. » Il raccroche mais je ne peux décoller le téléphone de mon oreille. La bouche ouverte, je reste planté comme un con pendant au moins dix minutes. Il a dit … bébé ? Genre le truc tout petit qui passe son temps à pleurer et faire caca toute la journée ? Et puis, c’est quoi cette histoire de perdre son rêve ?! Le rêve d’Andy est devenir danseuse professionnelle … Oh merde ! Je lâche le téléphone, cours dans la chambre, attrape le plus gros sac que je trouve, fourre tout ce que je peux dedans, enfile ma veste et pars en courant jusqu’à ma voiture. Direction Wollo ! Elle ne veut pas me voir ? Rien à foutre, elle va me voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ✰ if you can wait 'til i get home, then i swear come tomorrow, this will all be in our past. (allan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

✰ if you can wait 'til i get home, then i swear come tomorrow, this will all be in our past. (allan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» WW et diabète ????
» Le FIL de VpV... Oh wait ! du culte soralien !!
» If you are not too long, I will wait here for you all my life. || Eros A. Desbois
» [résolu] Affichage d'une Popup "Merci de patienter" (Please Wait) lors du traitement des données
» Pad high trek

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WOLLONGONG :: ∞ Mais je n’ai aucune envie d’aller chez les fous ! :: 
La question est qui es-tu toi ?
 :: 
tout le monde est fou, ici
-