Partagez | 
 

 Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
☞ CONNERIES : 32
☞ AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Sam 5 Juil - 22:05

Rory Zéli Forman
Lucy Kate Hale
On dit bonjour quand on est poli, si tu n'es pas joli, soit un peu poli, c'est ce que ma maman m'a toujours dit. Il faut toujours écouter ses parents, sauf quand ils radotent, là tu peux passer. Les parents ne disent pas toujours la vérité, ils ont été jeunes avant comme toi et moi, wait, tu as quel âge déjà toi ? J'ai 25 ans et vu que je suis jolie j'ai pas besoin d'être polie, c'est toi qui l'a dit. Enfin ta maman, mais c'est pareille, bref tu m'as comprise quoi ! Je vois, oui je vois je te dis, si je te dis que je vois c'est que je vois, mais tu es natif d'ici ? Pardonne-moi, ma mémoire me joue des tours et puis je suis sûr que tu es un alien. Je crois pas être un alien... je suis même presque sûr d'être 100% humaine mais bon... y a toujours un risque d'apprendre des choses incroyables sur son passé n'est-ce pas ? Mais en attendant l'histoire veut que je sois née à Woonona pas très loin d'ici.Ah tu vois, qu'est-ce que je disais, j'ai toujours raison, oui et même quand j'ai tort, j'ai raison. C'est une chose à savoir, le chef a toujours raison. Tu dois me comprendre pour ça ? Que tu sois en haut ou en bas de l'échelle, tu me comprends, n'est-ce pas ? Oh je te comprends de n'importe quel niveau de l'échelle sauf qu'on va avoir un problème parce que moi aussi j'ai toujours raison donc si un jour on est en désaccord bien... Sache que c'est toi qui aura tord ! Sinon dans la vie je suis technicienne dans l'audiovisuel, je m'occupe du cadrage et du montage et un jour même que je serais une réalisatrice connue, si, si tu verras ! Qu'est-ce que je disais, le pouvoir est maître de tout, j'aime avoir du pouvoir, pas toi ? C'est plaisant de savoir que les gens ne peuvent rien faire contre toi, oh mais je te rassure j'ai des défauts comme tout le monde et toi ? Non moi je suis parfaite ! Bon d'accord j'en ai peut-être un petit peu... il paraitrait que j'ai une grande gueule - même si moi je trouve pas que ça soit un défaut mais bon - je dis ce que je pense et pas forcément avec beaucoup de tact, non pour le tact faut aller voir dans un autre famille, pas vraiment un truc à la Forman ça, moi j’ai pas le temps pour ça. Je suis un peu chiante par moment, têtu, hyperactive, j'accepte difficilement non comme une réponse. Je tacherai de m'en souvenir, je ne voudrais pas te contrarier et faire sortir le Hulk qui est en toi. Je suis sûr que tu dois avoir des qualités ? Tu ne peux pas juste être idiot et vert. Je suis énergique ! Mais tu vois dans le genre très énergique, moi me poser c’est pas trop mon truc, sauf quand je regarde un film bien sûr, mais sinon je cours toujours partout, j’ai toujours deux-cents-cinquante-milles projets, deux-cents-cinquante-milles truc à faire. C’est que tu comprends, pour faire bouger les choses on peut pas juste rester le cul posé sur une chaise ! Il faut s’activer un peu ! Et moi, il y a plein de chose que j’aimerais faire bouger. Je suis plutôt engagé comme fille. Je défends la veuve et l’orphelin, tout ça, tout ça, je manifeste (parfois de façon un peu trop contestataire ce que me vaut quelque petit soucis). Sinon j’adore faire la fête, tester plein de truc, dépasser les limite. C’est qu’on ne vit qu’une fois tu comprends ? Je vais pas te sortir YOLO ! parce que c’est un peu pourri comme expression mais c’est l’idée. Alors tant pis si je dois prendre des risques ! Je les prends et j’aime ça. J’adore débattre avec les gens, parler, échanger mon avis, je parle beaucoup en fait, peut-être trop. Mais malgré tout ça, je ne me prends pas trop au sérieux, c’est pas parce que je manifeste pour les droits de la femme que je suis pas capable de déconner quand j’en ai envie. Et j’en ai souvent envie. Que te dire d’autre… Je suis pas très, très douée avec les garçons. Tellement prise dans mes idées féministes que la plus part du temps je dois leur faire un peu peur. Le truc c’est que j’ai rien contre les gens qui sont libéré sexuellement parlant et qui couche à droite à gauche, c’est juste que c’est pas mon truc. Moi j’ai envie de connaitre les gens, pas de coucher avec ! Enfin si le sexe c’est bien mais c’est pas mon but dans la vie. Et de toute manière je suis un peu autiste de ce côté-là, je suis incapable de me rendre compte quand quelqu’un me drague alors. Touts les mecs avec qui je suis sortie étaient avant tout des amis à moi que je connaissais bien. Je suppose que j’ai besoin de ça pour être en confiance, sinon j’ai l’impression que je vais me faire avoir. Je suis peut-être un peu trop sur la défensive ou je sais pas quoi mais bon…. Quand je vois l’état de Scertaine de mes connaissance pour des histoires de mec, je me dis que c’est peut-être pas plus mal. J’ai pas envie de souffrir par amour. Enfin voila, je sais pas quoi te dire d’autre moi. Je pense qu’il faut me fréquenter si tu veux vraiment apprendre à me connaitre ! Oui bon je me suis peut-être trompé... Effectivement tu es bon à jeter, qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? Au fait c'est quoi déjà ton patronyme ? Oui ton identité si tu préfères. tu crois que je vais dévoiler mon identité secrète comme ça moi ! Non mais t'es fou ou alors t'as jamais rien compris au film de super héros ! Bon ça va je rigole ! Je vais te le dire mon nom, j'm'appelle Rory Zéli Forman et oui une Forman de plus que veux tu, on est partout ! Non ça me dit rien, je me demande si Ross pourrait s'occuper de toi. C'est une bonne personne, unique en son genre, je suis sûr qu'elle t'apportera beaucoup, ta vie va être différente à présent, elle va briller et les gens vont t'adorer. Justement en parlant de gens, tu as peut-être déjà quelqu'un qui t'adore ? Tout le monde m'adore ! Non mais tu crois quoi ? Je suis tellement formidable comme fille c'est logique ! Sinon je m'étais un peu mise en tête que quoi qu'il m'arrive dans la vie Link Bing serait toujours mon plus grand fan et m'adorerait coute que coute. Mais depuis que j'ai foutue le camp de la ville on a un peu perdu contact. Faudra que je retourne le voir histoire de tester ma théorie même si j'ai bien peur qu'il soit passé à autre chose depuis le temps. Oh je vois, en fait non je vois pas, tu es étrange mon ami. Tu es pressé ? Tu penses que j'en ai fini avec toi ? Et bien figure toi que non, si tu devais renaître en quelque chose tu opterais pourquoi ? Non, non je suis pas pressée, tout va bien, j'ai tout mon temps ! Et si je devais renaitre en quelque chose, je renaitrais en caméra ! C'est trop bien une caméra, ça voit plein de truc de fou ! Intéressant, moi j'aimerai revenir en étant une chèvre, ça doit être sympa de brouter toute la journée. Enfin tu me diras chacun ses préférences, tiens en parlant de ça, tu aimes quoi ? euh ben j'aime bien les chèvres aussi si c'est ta question... En même temps tu verrais la chèvre de ma meilleure amie ! Après ça personne ne pourrait plus ne pas aimer les chèvre ! Bon après je crois comprendre que c'était pas vraiment le sens de ta question donc je vais te dire que moi j’aime les hommes, les vrais ! Enfin plus ou moins quoi… Mais oui je dois bien le reconnaitre des abdos bien dessinés, ça me fait plus fantasmer qu’une paire de sein. Même s’il m’arrive quelque fois d’embrasser des filles quand j’ai trop bu. J’crois pas que ça soit de l’homosexualité refouler, non j’fais ça en toute amitié… Je t'aurai bien dit comme moi, mais je ne vois pas l'intérêt de préféré telle espèce à une autre. Mais oui nous avons bientôt fini, calme toi. Une dernière pour la route, si tu devais opter pour un super héros, tu prendrais qui ? Ben je serais Wonder woman of cours ! Non en pour certain je le suis déjà donc ça semble logique ! Si, si demande à Link tu verras ! Choix vraiment... Oh je n'avais pas vu l'heure, tu es libre, merci d'avoir pris le temps de répondre à mon questionnaire.

   
parlons un peu

    Aujourd'hui je n'ai pas envie d'être original, je sais que cela peut-être étrange, mais je vais me comporter comme n'importe quel spécimen se trouvant dans cette ville. Oui je peux le faire, la preuve, pourquoi tu es venu t'installer là ? Bon si tu es natif d'ici, il y a bien une raison qui t'a poussé à rester ? Il paraît que l'herbe est toujours plus verte ailleurs, tu ne trouves pas ? Je crois que l'herbe est verte un peu près partout si tu veux tout savoir. Sauf au Sahara mais le sable est jaune c'est pas mal non plus... La première fois que j'ai débarqué ici c'est parce que mes parents ont déménagé, j'avais 10 ans donc je les ai suivi, logique non ? Mais faut pas croire, j'ai pas mal bougé depuis, je suis même allée jusqu'à Hawaï et j'ai passé cinq ans à Sydney. Et puis y a pas très longtemps j'ai trouvé un boulot ici pour réalisé un clip du coup je suis de retour. En vrai Wollongong et ses habitants me manquait un peu. Après je sais pas combien de temps je vais rester... On verra bien...

    Est-ce que tu aimes les tomates ? Moi pas vraiment, tiens c'est quoi ton plat favoris et celui que tu détestes. Oh puis soyons fous, quel légume tu vénères et celui qui te fait horreur ? je vénère pas les légumes, c'est bizarre comme question ! J'adore les aubergine mais je leur est pas dressé un autel dans ma cuisine non plus ! Et par contre j'enverrais bien tout les artichauts de la planète rôtir en enfer mais bon c'est personnelle entre eux et moi, on n'a jamais pu se saquer.

    Question bonus, quelle est la première chose que tu fais en te levant et bien sûr la dernière en te couchant ? Surprend-moi ! Ben que je me lève je prends une douche parce que sinon j'ai la tête dans le cul pour toute la journée ! Et quand je me couche généralement je traine sur internet à regarder des vidéos pourris jusqu'à ce que mes yeux se ferment et que je m'endorme.
   
(c) taz

   
T'es quel genre de Minion ?
Voici venu le temps des rires et des chants sur l'île aux minions, c'est tous les jours la fête et les potatoes. Et toi tu es qui ? Marmotte encore et toujours Ah ! Non... jamais entendu parler, désolé de t'avoir fait une fausse joie. Tu n'es pas d'ici, ce monde t'es inconnu, n'est-ce pas ? je suis pas d'ici mais je suis arrivée sur terre il y a un petit bout de temps, je commence à m'y habituer Hum... Effectivement, c'est pas tout proche, mais tu passes souvent par ici ? Ben j'ai élu domicile à Wollongong donc oui même si des fois je disparais mystérieusement... Et bien tu m'en vois fort heureux et tu penses quoi de mon royaume ? ton royaume ? ça va aller la folie des grandeur oui ! non mais c'est sympa sinon    Tu m'en vois fort heureux ! Finalement je vais te garder, tu m'as l'air fort sympathique. Une dernière chose a ajouté ? Je suis sûr que vous êtes trop heureux de voir ma Rory débarquer de nouveau   

   
Code:
<span class="avatarpris">☓</span> lucy kate hale • [i]rory z. forman[/i].
   


Dernière édition par Rory Z. Forman le Jeu 10 Juil - 23:40, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 32
☞ AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Sam 5 Juil - 22:05

Silence maraud, je parlemente.
   
when i was five years old, my mom always told me that happiness was the key to life. when i went to school,they asked me what i wanted to be when i grew up. i wrote down happy. they told me i didn't understand the assignment and i told them they didn't understand life

J’ai aligné mes crayons bien en ordre sur mon bureau. Mon tout petit bureau. Celui de papa est mille fois plus grand que le mien. J’aimerais bien en avoir un aussi grand comme ça je pourrais avoir beaucoup plus de place pour faire mes dessins. J’aime bien dessiner. Papa dit que j’ai l’âne d’une artiste. Moi je vois pas trop ce qu’un âne vient faire dans le fait que j’aime faire des dessins, mais bon… J’crois que c’est un genre de compliment alors je dis rien. Un jour je demanderais peut-être à Aspen ce que ça veut dire. Aspen elle sait toujours tout. C’est parce que c’est ma grande sœur, c’est normale. Même si ça m’énerve un peu des fois. Parce qu’elle me regarde comme si j’étais stupide. Mais c’est pas ma faute à moi ! J’ai pas avalé un dictionnaire, je suis petite, alors c’est normal que je sache pas tout. Mais quand j’arrête pas de lui poser des questions, au bout d’un moment elle lève les yeux au ciel et elle me regarde comme si j’étais stupide. Alors pour l’âne je sais pas trop, je vais attendre encore un peu avant de lui poser la question, histoire de voir si je peux comprendre toute seule. Et puis pour le moment c’est pas vraiment une leçon de vocabulaire qui m’intéresse. Non je suis très, très concentrée. Je vais bientôt finir mon dessin et faudrait pas que je le rate alors que j’ai tout bien fait jusque là. Je repose mon crayon bleu, bien à sa place entre le violet et le bleu clair, et j’attrape le rouge. C’est la partie la plus difficile. Si j’en mets trop, ça sera tout moche, il faut que je fasse attention. Mais ça va, parce que la maitresse dit que je suis appliquée. Je colorie bien dans les traits. Pas comme Becky, elle, elle colorie toujours à côté, mais ça la dérange pas. Elle dit que c’est pas elle qui sort des traits mais les traits qui refusent ses couleurs. Moi ça me fait rire, Madame Ridley beaucoup moins. Je sais pas pourquoi Becky énerve autant les gens, je suppose qu’ils aimeraient qu’elle soit un peu plus normale. Mais Becky, elle fait rien comme tout le monde. A croire qu’elle adore faire n’importe quoi. La semaine dernière, elle a utilisé la peinture pour mettre plein de couleur sur le mur. Elle a dit qu’il était beaucoup moins triste comme ça. Madame Ridley, elle l’a grondée tellement fort qu’on l’a entendu dans toute l’école. Mais moi je pense juste que Becky aussi à l’âne d’une artiste. Une artiste qui dessinerait pas dans les traits, c’est tout. Et même si les autres disent qu’elle est folle, moi je l’aime beaucoup ma petite Becky, alors je laisserais personne lui faire du mal. C’est pour ça que j’ai donné un coup de pieds à Joshua l’autre jour, parce qu’il avait tiré les cheveux de Becky. Je me suis quand même fait gronder, même si j’avais une très, très bonne excuse et moi je trouve pas ça juste mais bon… Au moins il y réfléchira à deux fois avant de venir nous embêter cette patate de Joshua. Je suis tellement concentrée sur ma feuille de papier et sur mon crayon rouge que j’entends pas la porte de ma chambre s’ouvrir. Alors du coup quand Aspen me pose une question, je manque de faire un arrêt du cœur. « Qu’est ce que tu fais Rory ? » Je fais un bond de deux mètres de haut sur ma chaise et je plaque ma main sur mon cœur, comme ils font à la télé quand ils ont peur. Je me tourne vers ma sœur, et j’ai les yeux comme des boules de billard. « ça va pas de me faire des frayeurs comme ça ! » Ma sœur dit souvent que je suis bizarre, parce que j’utilise des mots comme « frayeur » ou « couard » mais qu’en même temps je suis persuadée que mes peluches bougent la nuit. Moi je lui réponds que ça a rien à voir et que d’abord c’est tout à fait possible que les peluches soient vivantes quand on les regarde pas, comme dans toy story, et que c’est pas parce qu’on le voit pas que c’est pas vrai. « désolé ». « Je dessine, tu veux voir ? » Et toute fière, ma frayeur envolée, je lui montre mon chef d’œuvre. C’est plein de couleur dans tous les sens et moi je trouve que c’est très réussi. J’ai bien mis une heure à le faire alors y a plutôt intérêt que ça soit réussi en même temps. « Hum, hum… et c’est sensé représenter quoi exactement ? » Je tourne le dessin vers moi et le regarde une nouvelle fois, essayant de trouver ce que ma sœur n’a pas compris. C’est pourtant évidant ce que ça représente. « c’est quoi que tu reconnais pas ? Le dinosaure ? Ou le lapin de Pâque ? Ou alors c’est la soucoupe qui lance des rayons laser ? Pourtant moi je trouve qu’elle est réussi la soucoupe moi ! En même temps c’est vrai qu’elle est un peu caché par le château de la princesse qu’est entrain de se faire enlever par les extraterrestres, mais bon on devine quand même non ? Et puis si on a reconnu le petit chien là on sait bien qu’à côté, ça peut être que le prince charmant… » J’ai désigné tour à tour les différents détails du dessin pendant que je donnais mes explication. Et ce n’est qu’à la fin que je relève les yeux vers ma sœur pour la voir afficher un air complètement perdu. Ses yeux vont de ma feuille de papier à ma tête, de ma tête à ma feuille de papier, ect… « Ah oui… maintenant que tu me le dis, ça semble évident… » Je lui offre mon plus beau sourire, contente qu’elle ait enfin compris toute la subtilité de mon talent artistique. « Tiens, regarde, j’en ai fait un autre ! » Je lui tends aussitôt une autre feuille de papier et commence directement à lui expliqué chaque détail. Si elle n’a pas compris le dinosaure, je me doute bien que je vais devoir l’aider pour celui là aussi. « Alors tu vois là c’est Papa et il est entrain d’essayer de piquer les patates sautés dans l’assiette de maman, sans qu’elle s’en rende compte, et là dans le jardin c’est le chat et y a un autre chat sur le muret parce que c’est son ami et qu’il vient lui rendre visite. Et là c’est moi. Et à côté c’est toi. Et puis tu portes bébé Jake dans tes bras. Je porte une robe de princesse parce que tu m’as habillée pour que je sois la plus jolie de l’école et tu m’as mis des nœuds dans les cheveux et je porte les chaussures très, très haute de maman, d’habitude j’ai pas la droit mais là elle veut bien parce que ça va bien avec la robe que vous m’avez choisi. Et tout là haut il y a un soleil parce qu’il fait beau… Voila…. Il te plait ? » Je vois que Aspen sourit et ça me fait plaisir parce que j’aime bien quand ma sœur est contente. « oui beaucoup. Tu sais quoi, t’es complètement folle mais je suis contente d’être ta sœur. » J’hausse les épaules, les gens me disent souvent que je suis folle. Même s’ils me le disent moins souvent qu’à Becky. Mais c’est juste que j’ai beaucoup d’imagination. C’est maman qui le dit. « moi aussi je suis contente d’être ta sœur. » « tu viens on va jouer dans le jardin. » Je repose le crayon rouge à sa place, entre le marron et le orange, je range bien toute mes feuilles et je me lève avec un grand sourire qui montre toute mes dents. « d’accord »

   
There would be no passion in this world if we never had to fight for what we love

« Oh regardez qui vient défendre son petit frère ! Ton père t'as jamais dit de pas venir te frotter à plus fort que toi ? Allez dégages !» Je le regarde et j’essaye de mettre dans mes yeux toute la haine que je ressens pour lui en ce moment. Pauvre con ! Connard ! Fils de pute ! Arriéré congénital ! Et ton père à toi, il t’a jamais dit qu’il regrette tous les jours que les neurones ai été en option dans ta fabrication ? Ou alors c’est de famille et vous arriver à peine à atteindre un Q.I. de 60 en vous y mettant à deux ? j’aimerais lui cracher ses mots au visage. J’aimerais lui faire bouffer ses dents, lui arracher sa putain d’arrogance. Pour qui il se prend pour s'attaquer à mon petit frère ? Pour qui il se prend pour lui piquer son repas ? Je laisserais personne faire du mal à Jake. Parce que c'est mon petit frère et que c'est à moi de le défendre comme Aspen elle l'a fait quand j'étais pas capable de le faire toute seule. Il est encore tout petit Jake, je laisserais personne lui faire du mal, jamais ! Mais l'autre connard, il joue au dur, il fait son malin. Il s’éclate l’enfoiré. Parce que c’est facile. Facile de jouer au caïd quand on a en face de soi un moustique haut comme trois pommes. Une fillette de neuf ans. Facile d’ouvrir sa grande gueule quand toutes ses victimes ont au minimum un an de moins. Facile de se croire fort quand tout ce que je suis capable de faire c’est lancer des éclaires avec mes yeux. Même pas de vrais éclaires, juste des faux que personne ne voit, des qu’on s’imagine dans sa tête. « Je me demande comment ta mère fait. Si j’étais à sa place je t’aurais laissé à la DASS avec ton frangin. Enfin elle s’est peut-être habituée avec le temps. Y avait déjà un essai raté avant toi à ce que j’ai cru comprendre. Toute une famille de dégénéré. Après tout la tare vient peut-être d’elle. » « Ta gueule » C’est tout ce que j’arrive à dire. Un tout petit, ridicule, minuscule, ta gueule. De quel droit, il vient me parler de ma famille, de quel droit il vient me cracher à la gueule des horreurs sans nom. Qu’est ce que ça lui apporte ? Je suis sûr qu’il fait ça aujourd’hui parce que Aspen n’est pas là. Elle est malade. Sinon il n’aurait jamais eu les couilles de venir me dire ça. C’est injuste, moi aussi j’aimerais pouvoir me défendre. Mais je suis une fille et je suis trop petite alors qu’est ce que je peux faire ? Même Becky n’est pas là pour me soutenir. C’est vraiment pas mon jour. Et les autres, ils se content de nous regarder et de se marrer. Pas un seul ne me viendrait en aide. Ils sont pathétiques, je les déteste. Ils ne savent rien de ma famille. Ils ne savent pas que Aspen est la meilleure grande sœur au monde, ils ne savent pas que Jake est le gamin le plus adorable du monde et qu'il vient toujours dormir avec moi les soir d'orage au cas ou j'ai peur, même si j'ai jamais peur. Ils ne savent rien. De nous, de nous traditions, de nos habitudes, de tout ce qui fait qu’on est une famille.  « T’as dit quoi ?! » Je sens ma respiration qui s’accélère, je sens la colère qui monte et mes poings qui se serrent. Après tout rien à foutre qu’ils soient plus grand, plus nombreux, plus fort. Rien à foutre de savoir que j’ai aucune chance. J’ai rien à perdre. J’ai même pas peur. Je les hais. Ils ont pas le droit de dire ça. Ils ont pas le droit de s'en prendre à nous juste parce qu'on est plus petit, juste parce que Jake il est pas encore capable de se défendre tout seul. Mais ça viendra. Un jour Jake ça sera le plus fort de tous. Et on verra s'ils font toujours les malins après ça. Mais en attendant ils en profitent et je les déteste. Et c'est à moi d'être la plus forte de tous. Je relève la tête et je leur fais ma tête de quand je suis pas contente. Parce que là, je suis vraiment, vraiment pas contente. « J’ai dis ta gueule, connard ! » Je bondis sur mes pieds, lui saute au cou. Mais pas vraiment pour un câlin. Ouais je suis un poids plume, ouais je fais deux têtes de moins que lui, ouais j’aurais pas du. Mais j’ai la haine. Et mes petits poings ridicules s’écrasent quand même sur sa tête de con. Et je me dis qu’au moins pendant trente secondes, trente petites secondes, il a regretté d’être un tel enfoiré.

[…]

«… Ils refusent de nous dire pourquoi ils se sont battus, mais vous devez comprendre madame Forman que de tel incident ne peuvent pas se produire dans cette école ! » « Je comprends, bien sur je comprends, je… » « je suis obligée de la renvoyer pour une semaine, vous comprenez, elle lui a tout de même cassé le nez ? » « oui bien sûr je comprends, mais vous savez ce n’est pas facile pour elle en ce moment, c’est… » « Nous avons tous nos problèmes Madame Forman, tous. Et les règles sont les règles. Elles doivent s’appliquer pour tout le monde. » « bien sûr, bien sûr, mais… » « ça sera tout Madame Forman. » Ma mère reste un instant la bouche ouverte, prête à sortir une autre phrase, prête à me défendre encore un peu. Puis elle renonce, se lève prend ma main et me traine derrière elle. Sûr qu’elle est pas contente. Personne n’est content après moi aujourd’hui. C’est parce que mes petits poings ridicules ont fait un peu plus de dégât que prévu. Je voulais pas ça moi. Pas vraiment. Je pensais pas qu’on serait obligé d’appeler l’ambulance et qu’il saignerait beaucoup, beaucoup. J’espère qu’il est pas mort quand même. On peut mourir d’un coup dans le nez ? Moi je voulais pas ça. Je voulais juste qu’il se taise. Et maintenant je me suis fait gronder et je sais bien que je vais me faire gronder encore. Parce que Maman elle fronce les sourcils, et elle marche très vite, comme quand elle est vraiment en colère. Comme quand j’ai cassé la fenêtre de la voisine. Elle ouvre la portière de la voiture et me fait entrer dedans avant de s’assoir au volant. Elle ne m’a pas encore dit un mot et ça fait encore plus peur que si elle avait crié. On roule en silence. Sans un bruit. Juste le moteur. Je vais devenir dingue. « C’était pas ma faute ! C’est lui, il me provoquait. Il… Il a voler le repas de Jake et il lui a fait mal et il a dit que... il a dit que...on était qu’une famille de raté ! et que tu…» Je parle vite, très vite. Sans respirer parce que si j’arrête elle me laissera pas continuer et si elle entend pas tout elle sera encore fâchée. Mais pourtant je ne finis pas ma phrase, je me tais et je regarde par la fenêtre. Finalement c’est pas grave si je me fais gronder. Finalement rien n’est grave, parce que je ne peux pas finir de raconter. Faut que je la protège ma petite maman. Elle doit pas entendre toutes ces horreurs. Mais j’ai beau me taire, ses mains se serrent sur le volant, tellement fort qu’elles deviennent toute blanche. J’aurais du me taire.
On se gare devant la maison et on descend toutes les deux en silence. Jake, Aspen et papa nous attendent dans le salon et j’ai l’impression que tout le monde me regarde. Alors je baisse la tête et je regarde mes pieds. « Ce soir on mange chinois ! » Aspen, Jake et moi on se regarde avec des yeux ronds comme des soucoupes. A la maison on mange chinois que quand on a quelque chose à fêter, pas quand l’une de nous fait une très, très grosse bêtise. Je me demande si le choque de découvrir que sa petite fille est en réalité une dangereuse psychopathe n’a pas rendu ma mère complètement folle. Elle se penche vers moi et m’embrasse le front « Ton frère a beaucoup de chance d'avoir quelqu'un prête à le défendre comme tu le fais. Même si tu n'as pas vraiment choisi la meilleure solution pour ça...». Puis elle se retourne et se dirige vers le téléphone pour passer commande. « Oh et chérie ?… La prochaine fois que tu casses le nez de quelqu’un je te prive de sortie jusqu’à ta majorité… » Je la regarde un peu abasourdi. C’est bizarre, j’ai l’impression que tout est oublie, qu’il n’y a plus d’incident, et que tout est redevenu normal. Je pourrais poser la question mais j’ai bien trop peur qu’il change d’avis. Alors je ne dis rien, je souris, et je vais les rejoindre pour choisir ce que je veux manger ce soir.

Ah t’es pas mort ! Très bien salut !

Papa voudrait que je défasse mes cartons. Mais j’ai vraiment, vraiment, pas le courage de le faire. Y en a trop, beaucoup trop ! Je sens que ça va encore me prendre trois plombes et j’ai pas envie. Je crois que je les ouvrirais quand je n’aurais vraiment plus le choix. Quand je devrais trouver un livre ou encore ressortir mes affaires pour le collège. Ouais quand vraiment il faudra que je trouve quelque chose au milieu de tout ce bazar je m’y mettrais, mais pas maintenant. Je me faufile hors de ma chambre et jette un coup d’œil dans l’escalier pour voir si la voie est libre. J’entends la voix de mon père qui sort de la cuisine, et maman doit être dans son bureau, si je me débrouille bien, je devrais réussir à sortir sans que personne ne me voit. Je me mets en mode commando et commence à descendre l’escalier sur la pointe des pieds. Le problème c’est que je ne connais pas encore très bien la place. Les marches qui grincent, tout ça, tout ça… A Woonona je savais exactement par où passer pour que personne ne me remarque mais là… Je vais devoir redoubler de prudence. Heureusement la maison est neuve, c’est pas une de ces vielles baraques qui couinent de toute part à peine on pose le pied sur un bout de plancher. J’arrive donc à atteindre la sortie sans trop de difficulté. Je jette un dernier regarde derrière moi et prend la poudre d’escampette. Rory part à la conquête de Wollongong ! Rangez les poussettes et les déambulateurs parce que ça va swinguer grave ! ou pas. En vérité je ne connais rien de cette ville. Pas encore. Mais ça va venir. Parce qu’on s’installe ici. Même si pour l’instant tout ça ne me semble pas vraiment passionnant. Je m’attendais pas vraiment à un truc extraordinaire, du genre attaque d’extraterrestre ou pom-pom girl qui défilent dans les rues déguisées en télétubbies, mais j’espérais quand même trouver un peu d’animation. Sauf que non. Rien. Que dal. Nada. Le néant absolu du divertissement. Bon en même temps, c’est vrai on est dimanche, il fait gris, et je pense même qu’il va se mettre à pleuvoir, mais quand même ?! Pas une âme qui vive à trainer dans les rues ! Tu parles d’une désillusion ! Je ne perds pourtant pas espoir et continue de déambuler dans les rues, laissant mon regarde trainer de droite à gauche pour me familiariser avec le coin. Je dois au moins reconnaitre que c’est plutôt joli dans l’ensemble, les petites maisons, tout ça, tout ça… ça a du potentiel… Bon bien sûr si je pouvais tomber sur un truc du genre maison délabré et sûrement remplis de fantôme je trouverais ça encore plus cool. Mais je suppose que pour ça, il faudrait que j’aille un peu plus vers la périphérie de la ville, bizarrement les fantômes préfèrent la campagne que les centres villes. Donc ça ne sera pas pour aujourd’hui, si je reste dehors trop longtemps quelqu’un va finir par remarquer ma disparition et ils vont s’inquiéter. D’ailleurs je ferais bien de rentrer. Sauf que pour ça il faudrait que je sois capable de retrouver mon chemin. J’étais pourtant persuadée d’avoir tourné à droite tout à l’heure… A moins que ça ne soit à gauche…. Bien Joué Rory ! Je crois que pour ta première sortie en ville, tu viens de prouver que ton sens de l’orientation était inexistant ! Lucky you ! « Hey ! Salut ! Je t’ai jamais vu dans le coin, t’es nouvelle en ville? » Mon cœur rate un battement et je me retourne légèrement flippée. Ouais j’aime bien les fantômes mais ça n’empêche que quand j’en croise un, même moi j’ai le droit d’avoir une petite montée d’angoisse ! Parce que je vous jure, il n’y avait personne, strictement personne dans cette rue il y a deux secondes de ça, donc c’est forcément un fantôme ou un truc du genre qui vient de me parler, CQFD ! Sauf qu’en fait non, c’est juste un garçon tout ce qu’il y a de plus normal qui me regarde en attendant une réponse. Je crois que je suis légèrement contrarié que ce ne soit pas un être surnaturel, et surtout un peu vexé qu’il ait réussit à me faire peur, c’est pourquoi je lui réponds un peu méchamment alors qu’il y est pour rien lui. « Non avant j’étais la fille invisible et on vient tout juste de trouver comment me faire réapparaitre ! » J’lui souris, trop fière de ma connerie. Et lui aussi me souris d’ailleurs, pas plus vexé que ça par ma réponse. Il semble même trouver ça drôle. En tout cas, il se démonte pas et enchaine sur une nouvelle question. « Ah c’était donc ça ! Et sinon mademoiselle la femme invisible, vous semblez un peu perdue, auriez-vous besoin d’aide pour retrouver votre chemin ? » « Pourquoi tu te sens l’âme d’un saint Bernard ? » Ouah ! j’ui en forme dites donc aujourd’hui. Pauvre garçon, il essaye juste d’être gentil mais c’est plus fort que moi. Vous savez ce que c’est, la fierté et toute les conneries du genre qui me font dire que j’ai pas besoin d’aide alors que manifestement si ! J’ai besoin d’aide ! Les rues de cette ville sont pires qu’un labyrinthe. « Oh non tu sais moi je demandais juste ça comme ça, vu que ça fait trois fois que je te vois passer dans la rue dans un sens puis dans l’autre… Enfin si t’as pas besoin de moi tant mieux. A plus mademoiselle la femme invisible. » et le voila qui me tourne le dos et commence à se diriger vers la maison qui se trouve juste à côté de nous. Le moment où il pose le pied dans l’allée de son jardin est le moment précis où la première goutte d’eau s’écrase sur mon front. Et merde ! ]« Euh... Hey ! Attends ! Hey toi ! » Je cours vers lui et lui attrape la manche pour qu’il se retourne vers moi. « J’ui désolé. Euh… ouais en fait, je suis perdue et il pleut et… Tu veux bien me dire comment rentrer chez moi ? » Il se marre et je dois reconnaitre qu’il a tous les droits pour ça. Je me sens un peu ridicule à l’heure actuelle mais bon… pendant que je lui parlais la pluie s’est mise à tomber beaucoup plus fort et on commence à être trempé tous les deux. Il enlève sa veste et la met au-dessus de nos têtes. Puis on part tous les deux en courant à travers les rues de Wollongong, suivant le chemin que le garçon qui n’est pas un fantôme nous fait prendre pour me ramener chez moi. On finit enfin par aller s’abriter sous mon porche. « merci » « mais de rien ! Allez salut mademoiselle la femme invisible et prends une carte la prochaine fois que tu sors, je serais pas toujours là pour jouer les saint Bernard ! » Je lui souris, amusée, et le regarde repartir, son manteau toujours au-dessus de la tête. Je réalise que je connais pas son nom juste au moment où il s’arrête pour me lancer un dernier regard. « En fait je m’appelle Lincoln » Ah croire qu’il lit dans mes pensées. « J’m’appelle Rory. » Il me fait un signe de la main et part en courant pendant que je me dépêche d’aller me réfugier au chaud dans la maison.

- Tu as déjà été amoureux, non ? - Une seule fois... - Bien. - Et c’était de toi. - Bon ça va être difficile mais je vais essayer de faire abstraction.

« LIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNN  !!!! » Mon cri résonne dans toute la maison et on pourrait presque croire que je suis en train de me faire attaquer par un sérial killer psychopathe (oui je sais c’est un pléonasme mais c’est pour être sûr que vous compreniez bien). Sauf qu’en fait, non. Rien de tout ça. Je me fais juste attaquer par un de mes meilleurs amis qui n’a pas trouvé meilleure idée que de laisser glisser des glaçons dans mon dos. Vous trouvez ma réaction exagérée ? ON EST EN PLEIN HIVER !!! A cause de lui je pourrais attraper froid, tomber malade et mourir d’une pneumonie ! Alors non ma réaction n’a rien de déplacé. Même si je suis chez lui et que ses parents vont sûrement me prendre pour une folle. Mais ça ce n’est qu’un détail, après tout, je suis presque sûr qu’ils sont habitués, c’est pas comme si je passais la moitié de mon temps chez eux, mais presque, alors des crises de folie de ma part, ils en ont vu d’autre. Je me secoue dans tous les sens pour faire tomber les cubes de glace de mon pull. Je dois avoir l’air passablement ridicule et quiconque passerait par-là se demanderait sûrement si je ne suis pas en train d’inventer une nouvelle danse. Mais j’m’en fous, parce que le ridicule ne tue pas alors que les pneumonies si ! Et oui je fais une fixation sur les pneumonies, si ça vous pose un problème… ben c’est pareil. Et pendant que m’agite, Link en profite pour prendre la tangente. « Si je te chope, Bing, t’es un homme mort ! » Alors tremble pauvre mortel ! C’est pas parce que je fais trois centimètres de haut qu’il ne doit pas avoir peur et normalement il le sait ! Je veux dire, ma vengeance sera terrible ! Je sais pas encore ce que je vais lui faire mais je suis sûr que je trouverais quand je l’aurais attrapé. D’ailleurs en parlant de ça… Je m’élance à sa suite et commence à gravir les escaliers. Il n’est pas vraiment dur à suivre, je l’entends glousser d’où je suis tellement il est fier de sa connerie. Et puis ça a beau être sa maison, il n’est pas très malin ce petit, il arrive à foncer droit dans un mur, avec moi sûr ses talons. « Ahah ! t’es fait comme un rat mon p’tit ! » Je le vois joindre les mains devant lui et me regarder avec un air de chien abandonné sous la pluie, mais l’effet est légèrement mis à mal par le fait qu’il n’arrive pas à s’arrêter de rire. « Je vous en supplie votre grandeur, soyez indulgent, c’était un accident ! » Un accident mon cul ! Il va pas réussir à me faire croire que les glaçons ont sauté tout seul de sa main pour atterrie dans mon t-shirt ! « Je m’appelle Inigo Montoya ! Tu as tué mon père prépare toi à mourir ! » J’ai pris un parfait accent espagnol pour sortir ma dernière réplique. Bon d’accord, elle semble un peu déplacée vu le contexte mais c’est juste qu’on a regardé Pincess Bride ensemble pour la millième fois hier et qu’il fallait vraiment que je ressorte cette citation. « Comme vous voudrez princesse ! » il a l’air d’avoir aussi peur que s’il était devant d’adorables chatons mais c’est pas grave, je ne me démonte pas et me jette sur lui. C’est pour ça que deux secondes plus tard, je me retrouve la tête en bas sur son épaule entrain de m’étouffer à moitié tellement je rigole. Je suis décidément un poids plume. « Lâches moi ! Lâches moi ! Ou ma vengeance sera terrible ! » D’accord j’ai déjà été plus convaincante, mais c’est l’un de mes principaux traits de caractère : ne jamais s’avouer vaincu et ne jamais montrer de faiblesse. Je me débats comme je peux, mais Link me tient fermement. « Vous êtes mignon les amoureux, mais vous savez quoi, vous bloquez le passage… » Link se retourne aussi sec (et donc moi avec puisque je suis toujours sur son épaule, je vous le rappelle) et on se retrouve nez à nez devant Zazou. Son grand frère Zazou. Il me faut à peu près un dixième de seconde pour devenir rouge tomate. L’avantage c’est que vu que j’ai la tête en bas, je peux toujours dire que c’est à cause du sang qui me monte au cerveau. Mais en faite c’est pas tout à fait pour ça. D’abord c’est parce que je me sens tout du coup un petit peu con, accrochée comme ça à l’épaule de Link. En suite c’est aussi parce que c’est Zazou. ZAZOU ! Si vous ne comprenez pas c’est sûrement parce que vous n’avez jamais vu Zazou. Ce mec est un dieu vivant, Apollon réincarné je vous dis. Quand je le vois, je peux pas m’empêcher de rougir, c’est vraiment plus fort que moi. Pourtant y a rien de surprenant à ce qu’il soit canon, je veux dire Link a pas à avoir honte à côté de lui, bien au contraire. Parce que Link est carrément aussi canon que son frère, mais c’est différent parce que Link je le connais. Enfin… différent, faut le dire vite et c’est bien ça le dernier problème. Ces temps-ci j’arrête pas de me dire que Link est vraiment mignon, genre vraiment ! Sauf que je suis pas sensée penser ça, c’est juste un ami, on est pas sensé trouver ses amis affreusement mignons. Alors forcément quand Zazou nous appelle les amoureux ben moi ça me rend toute bizarre. Parce que je sais que Link va juste se marrer en lui disant qu’il dit de la merde. Et que je vais sûrement faire la même chose. Sauf que… Est-ce que Zazou dit vraiment de la merde ? C’est un peu le bordel dans ma tête et je suis pas sûr de pouvoir le jurer sur la tête de ma grande sœur que je ne ressens pas un peu plus que de l’amitié pour lui. Oh God ! Je sens que tout ça va devenir très compliqué si je continue d’y penser. Link fini par me reposer par terre et je remets discrètement mes vêtements en place, pendant qu’on s’écarte pour laisser passer son frère. « Tu viens on va regarder les cartoons ! » j’hoche la tête, cet incident m’aillant momentanément fait oublié mes idées de vengeances, et je le suis, l’observant pendant qu’il ouvre la marche. Sérieusement, qu’est-ce que je ressens réellement pour Link. Je le connais depuis que je suis arrivée à Wollongong, et il y a pas si longtemps tout était clair pour moi mais maintenant… C’est vrai qu’il est incroyablement beau, je sais que d’autres filles pensent la même chose, puisqu’elles m’ont parfaitement fait comprendre qu’elles étaient jalouses de notre relation. Mais il n’est pas juste beau, il est aussi drôle, gentil, attentionné, il adore regarder les dessins animés avec moi, il n’a pas peur des histoires d’horreur, il est prêt à faire toute les conneries que je lui propose et puis il est adorable, intelligent, charmant, en…. Et merde… Je crois bien que je suis amoureuse. « OH OUI !!! Bip Bip ! » On dirait un gamin le jour de noël ! Je ne suis pas du genre à prendre la fuite et à tourner trois plombes autour du pot mais pour une fois je vais faire une exception. Je lui dirais ce que je ressens mais demain, pas ce soir, ce soir on regarde les cartoons ! Je le rejoins sur le canapé et commence à regarder l’épisode sans un commentaire de plus.

Ne freinez jamais, une voiture c’est fait pour rouler pas pour s’arrêter.

Des fois je m’impressionne moi-même. De toutes les idées débiles que j’ai un jour eu, celle-là est définitivement la meilleure. Je peux pas m’empêcher de sourire rien qu’en me rappelant à quel point je suis géniale. Et aussi, je dois bien l’avouer, en me remémorant la gueule qu’a tiré mon petit jedi quand je lui ai expliqué mon idée lumineuse. Je vous jure c’était tordant, il a fait ce truc bizarre avec son sourcil et une sorte de moue indescriptible, je pense que son corps essayait d’exprimer le fond de sa pensée, à savoir que je suis complètement barge. C’était vraiment énorme, même en essayant de me l’imaginer j’aurais pas pu rêver mieux comme réaction. En même temps faut dire que j’ai cogité un petit bout de temps avant d’enfin trouver un défi à la hauteur de mon petit Anakin. J’lui ai déjà fait le coup de bouffer trente-deux piments d’un coup, de crier au viole au milieu du centre commercial, de se teindre les cheveux en vert et même de défiler dans la rue déguiser en nazi. Ouais je lui en ai fait voir des vertes et des pas mûres alors forcément quand il s’agit de renouveler le style ça demande un peu de réflexion. Je suis un génie mais même moi je ne trouve pas toujours l’inspiration juste en claquant des doigts. Sauf que quand je suis passée devant la maison du vieux MacCornac, ça a fait tilt. Cet homme est une légende dans le coin. Sérieusement on entend tellement d’histoire circuler sur son compte qu’on pourrait presque en tirer un roman. Enfin ce qui revient le plus souvent c’est quand même qu’il est alcoolique, misanthrope et qu’il possède un Beretta qu’il rêverait de pouvoir utiliser sur autre chose que sur des animaux. Joey Brackford m’a raconté l’autre jour que le vieux MacCornac lui aurait couru après en menaçant de lui arracher les couilles et d’en faire de l’engrais parce qu’il avait eu l’audace de s’aventurer dans sa propriété. Moi ce que j’en pense c’est que les légendes se doivent d’être vérifiée. Et que tant qu’à faire si je peux trouver quelqu’un pour les vérifier à ma place c’est encore mieux. Je crois que ce que j’aime le plus chez Anakin c’est que malgré le fait qu’il soit persuadé que j’ai un pète au casque, il ne dit pourtant jamais non à ce que je lui propose de faire. Parce que techniquement il pouvait refuser. J’y serais allée toute seule chercher une pomme au fond du jardin de l’homme au Beretta. Bon, oui, je l’aurais sûrement traité de poule mouillée jusqu’à la fin de ses jours mais ça c’est une autre histoire. Après tout je lui ai quand même laissé le choix : prouver à tout le monde que j’ai plus de couille que lui ou se faire canarder par un dangereux psychopathe pour avoir tenté de voler une pomme. J’y suis pour rien s’il est aussi timbré que moi et qu’il a choisi la seconde option. Des fois je trouve ça vraiment dommage que Dark Vador ne débarque à Wollongong que le temps des vacances d’été, s’il était là toute l’année sûr qu’il y aurait moyen de bien se marrer. Mais bon, c’est la vie, tout ce qui compte c’est qu’au moins quand il est là, on en profite bien ! Ça doit faire dix minutes qu’il a escaladé le grillage et qu’il s’est faufiler dans l’antre de la bête. Je suis sûr qu’il met autant de temps parce qu’il s’amuse à jouer au sioux. Il doit être en train de ramper dans l’herbe pour ne pas se faire repérer, ce gars adore se prendre pour James Bond. « COUUUUUUUUUUUUUURS !!! » Le cri d’Anakin me tire de mes pensées et je me redresse pour comprendre ce qu’il a à hurler comme s’il avait le feu au cul. Le truc justement c’est que ce qu’il a au cul c’est pas le feu mais un doberman adulte qui doit pas peser loin de cinquante kilos et qui, apparemment, rêve de planter ses crocs dans l’arrière train de mon ami. Je crois que ce moment restera à jamais gravé dans ma mémoire ! Sérieusement c’est un moment historique ! A croire que mes rêves les plus fous se réalisent. Vous trouvez que je suis horrible ? Non mais comprenez-moi, vous allez pas me dire qu’il n’y a pas quelque chose de légèrement comique dans cette scène, si ? Je suis sûr qu’en ce moment Dark Vador remercie tous les dieux de la création que ses parents lui aient payé des cours de sport plutôt que des jeux vidéo. C’est qu’il court sacrément vite ce petit. Enfin je pense qu’à sa place aussi je me découvrirais soudainement des ailes. Mais pour l’heure moi je suis bien tranquille derrière une barricade qui me protège, en train de regarder mon pote de connerie battre son propre record de vitesse. Arrivé au niveau de la grille, il lui faut un peu près un dixième de seconde pour l’escalader et sauter à côté de moi. Le chien quant à lui se retrouve très frustré de louper les fesses d’Anakin de quelque seconde et se jette sur le grillage, espérant le faire céder sous son poids et aboyant tout ce qu’il peut. « Putain te marre pas Forman ! J’ai failli me faire bouffer par un chien à cause de tes conneries ! » Mais y a rien à faire, je peux pas m’empêcher de rire comme une conne. « Oh putain mais t’aurais vu ta… » un coup de feu vient interrompre ma phrase et on se retourne tous les deux dans un sursaut pour voir que le maitre du doberman à l’air encore plus féroce que son chien. « Si je te chope mon gars, je te fais frire les roubignoles ! » Le vieux MacCornac avance vers nous d’un pas déterminé en abaissant son Beretta dans notre direction. Anakin et moi, on échange à peine un regard avant de se barrer en courant en dignes jedis que nous sommes. Parfois la fuite et la meilleure des solutions. Je crois bien qu’on coure comme on n’a jamais couru de notre vie. Enfin surtout moi parce qu’Anakin vient de se faire courser par un doberman alors forcément il a déjà expérimenté la vitesse de la lumière. Pour moi en tout cas c’est une grande première. On finit par s’arrêter au coin d’une rue, vidés de toute notre énergie. Je me laisse tomber au sol, morte de rire. On a beau dire, mais des frayeurs dans le genre ça nous fait nous sentir vivant. Mon petite Hawaïen préféré se laisse tomber à côté de moi et me jette une pomme dans les mains. « Y a plutôt intérêt qu’elle soit bonne. » Ce qui me fait rire de plus belle, un peu plus et je vais finir par étouffer. Je croque dedans et lui la repasse aussitôt. « mouais… pas mal… » Je le regarde en souriant et lui se contente de lever les yeux au ciel avant de prendre un bout de la pomme à son tour. « Tu viens, on va sauter de la falaise ! » Je me relève et lui tends une main pour l’aider qu’il saisit sans hésitation. Sauter des falaises, tiens encore une bonne connerie à faire ça. Papa me l’a formellement interdit mais que voulez-vous je n’écoute jamais ce qu’on me dit. Et puis jusqu’à présent on ne s’est encore jamais rompu le cou…

- Ta robe est un peu anachronique. - C’est vintage, je te signale. - C’est pas parce que c’est vintage que c’est beau.

« Aïe… Aïe, Aïe, Aïe, Aïe, Aïe… Mais Aïeeeeeeeeeeee ! » Je plaque une main sur ma tête pour soulager le tiraillement de mes cheveux et lance un regarde noir à Aspen qui me le rend sans aucune gêne. « Tu veux pas arrêter de te plaindre Rory ? Et puis enlève ta main, je vais jamais y arriver sinon ! » On reste quelque seconde à se fusiller du regard puis je finis par renoncer et laisse retomber mon bras à mes côtés fixant au passage une tâche sur le mur. Se concentrer sur autre chose pour oublier la douleur. De toute manière je n’ai pas vraiment le choix. J’ai beau avoir un caractère bien trempé, bizarrement face à Aspen ça ne sert à rien. Je n’ai aucune chance contre elle. Cette fille obtient toujours ce qu’elle veut, ça me fascine. Par contre pour ce qui est de subir en silence, elle rêve et en couleur qui plus est. Pour le moment faire savoir à tous les habitants de cette maison que je suis en train de souffrir le martyr est mon seul plaisir alors je ne vais certainement pas m’en priver. J’ai l’impression que le supplice dur depuis des heures. Sûrement parce que c’est un peu le cas. Avant qu’Aspen décide de faire un sort à mes cheveux, je suis passée par l’étape maquillage, habillage, chaussurage (oui ce mot existe surtout si votre sœur s’appelle Aspen et qu’elle a en sa possession plus d’escarpin-sandale-botte-ballerine-basket-bottine-et-autre-soulier que le magasin du coin de la rue), le coiffage est juste la dernière ligne droite avant que j’atteigne la perfection. Et quand je parle de perfection, ce ne sont pas mes mots mais bien sûr ceux de ma styliste attitrée. Dire qu’à la base tout ça est entièrement ma faute ! Parce que, oui, après des années à servir de poupée Barbie à ma sœur, j’ai enfin, de ma propre initiative, demandé qu’elles me viennent en aide. Là tout de suite présentement au moment exact où je vous parle, je pourrais pas jurer que je ne regrette pas. Mais de toute manière c’est trop tard n’est-ce pas ? Alors puisque je ne peux pas revenir en arrière, je me contente de me trémousser sur ma chaise, de manifester bruyamment mon mécontentement et de souffler aussi souvent que je le peux. Et Aspen n’arrête pas de me dire de tenir en place et d’arrêter de grogner parce que ça ne l’aide vraiment pas à aller plus vite. Je sais bien que je devrais l’écouter, parce qu’après tout on n’a pas toute la nuit et que je suis un peu attendue quelque part alors si je ne suis pas prête à temps… tout ça n’aura vraiment servi à rien. Mais le problème justement c’est que je ne suis pas sûr du résultat. Pas que je doute des capacités de Bee et d’Apsen mais… Elles ont caché tous les miroirs ! TOUS ! Comme quoi, il ne faudrait pas que je me vois avant le résultat final et blablabla et blablabla. Non mais franchement ! Est-ce qu’elles ont la moindre idée de ce que ça me fait de les voir s’agiter autour de moi sans avoir le droit de regarder ce qu’elles sont en train de faire ? Je veux dire c’est quand même ma tête qui est en train d’être transformée, je considère que je devrais être en droit de voir l’avancée du chantier. Sauf que non. Et que de toute manière j’ai pas mon mot à dire. J’ai perdu tout pouvoir sur la situation au moment où j’ai fini ma phrase « vous voulez bien m’aider à me préparer ? » J’ai l’impression d’être tombée dans un traquenard. Je suis sûr qu’elles préparent tout ça depuis le début ! Oui le début exactement ! C’est-à-dire le jour de noël, l’année de mes trois ans quand Aspen a commencé à me préparer pour la fête ! Et Bee avec sa petite tête d’ange ! Vous pensez bien, c’est pas la meilleure amie de ma sœur pour rien ! Quand j’ai fini par arrêter de devenir rouge tomate quand elle me parlait – parce qu’elle m’intimidait trop – elle a pas attendu très longtemps pour rattraper toutes les années où je n’avais pas pu lui servir de poupée Barbie. Je suis sûr qu’Aspen l’a mise dans la conspiration ! C’est un plan machiavélique de leur part et elles n’ont fait depuis lors qu’attendre ce jour fatidique pour moi ! Et non je n’en rajoute pas un petit peu, elles en sont capables ! J’aurais dû lutter et déjouer leur projet mais je suis faible et je n’ai rien vu venir. Parce qu’après tout, les cheveux lâchés, une basique robe noire et un trait de crayon sous les yeux (mis sans m’éborgner) c’était largement suffisant non ? Vu qu’en temps normal je ne suis pas la fille la plus féminine de la terre, la différence aurait déjà était énorme ! « ça y est j’ai trouvééééééééééé ! » Et voilà ma deuxième tortionnaire qui revient, nous montrant fièrement une fleur blanche comme si elle nous présentait le saint graal. Aspen réagit d’ailleurs exactement comme si c’était le cas et une deuxième paire de main vient s’afférer sur mon crâne. Mon Dieu mais que quelqu’un me vienne en aide ! « Et voila ! C’est fini ! » Pour de vrai ? C’est pas une blague ? Je suis libre ? Bee et Aspen me prennent chacune par une épaule et viennent me placer devant la glace que ma sœur dévoile théâtralement. J’en ai le souffle coupé ! Je retire tout ce que j’ai dit ! Ça valait le coup de souffrir un peu, c’est mille fois mieux qu’une basique robe noire et qu’un trait de crayon. Je suis magnifique. Non vraiment on dirait une princesse ou un truc dans le genre. Pas que je rêve d’être une princesse mais… Mais c’est tout simplement parfait. C’est comme si j’étais une autre moi. Une moi dans une robe de soirée rouge déjà c’est pas tous les jours ! Une moi qui serait une vrai femme, enfin presque une vrai femme, une petite femme de dix-huit ans prête à faire tourner toutes les têtes. Je n’ai pas vraiment l’habitude de me mettre en valeur. Pas que je sois négligée mais j’aime mieux les jeans aux jupes et le pratique à l’ultra esthétique et tape à l’œil. Je me fais bien assez remarquer avec mon caractère, je n’ai pas besoin d’en rajouter plus que ça. Sauf que ce soir est différent et je suis vraiment contente de pouvoir montrer à tout le monde que finalement moi aussi je peux avoir un maquillage sans bavure, une coiffure sophistiqué, des talons de dix centimètres et une robe qui explique plus que parfaitement que je fais bien partie de la gente féminine.« Alors c’est qui qui va être la plus belle de sa promo ? » Je rigole à la remarque d’Aspen et réponds sans hésiter. « Y a pas photo ça peut être que moi ! » je me retourne et attrape mes deux habilleuses (en faisant tout de même attention à ma coiffure !) « Vous êtes les meilleures ! » « Bien sûr qu’on est les meilleures ! on a ça dans le sang que veux-tu ! » On rigole toutes ensemble et à ce moment précis je n’ai pas le moindre doute là-dessus, j’ai la meilleure famille du monde (oui pour moi la famille ça englobe aussi nos amis) ! J’entends sonner à la porte et je sais que c’est Link. « Je crois que ton cavalier est arrivé poulette ! Allez, va le faire baver ! » Je relâche enfin mon étreinte et après un dernier sourire je me dirige vers l’escalier. Bee et Aspen me suivent, je sais déjà qu’elles ont préparé l’appareil et j’espère que les photos seront réussite. Papa et maman me regardent descendre et je suis sûr qu’ils ont les larmes aux yeux. Papa me sert dans ses bras. « Ma petite fille… » Instant nostalgie. Je suis la petite dernière. Aspen a beau être passé par là avant moi, ça l’émeut toujours autant. Nous voir grandir. « Tu es magnifique chérie ! » Il vient déposer un baisé sur mon front. « Papa ! Ma coiffure ! » « Désolé, désolé, allez va ouvrir avant que ton cavalier ne s’enracine derrière la porte. » Je lui souris et m’avance vers la porte. J’ai hâte de voir mon petit Link en costard, j’espère qu’il m’aura choisi une orchidée rouge. Tout doit être parfait. Après tout, un bal de promo ce n’est pas tous les jours que ça arrive.

Parfois, il faut savoir quitter les gens que tu aimes. Mais ça ne veut pas dire que vous ne devez plus vous aimer... Parfois, il faudra être sûr que tu l’aimes plus que tu ne le penses.

« Avoues moi tout Rory chérie, tu fuis parce que tu n'arrives plus à vivre en cachant l'amour débordant que tu me portes ? » Que répondre à tant de connerie ? Rien. Une morne indifférence, c ‘est tout ce qu’il mérite. Je continue de plier méthodiquement mes affaires en lui tournant obstinément le dos. Ça ne va jamais renter. Jamais. Que quelqu’un m’explique comment j’ai pu fermer cette valise en partant de Wollongong ! Je veux bien comprendre qu’en un an on accumule des affaires mais à ce point-là…C’est pas comme si j’avais acheté des doudounes pour l’hiver ! On est a Hawaï bordel de merde ! Je me suis achetée quoi…quelques maillots de bain, des paréos, des shorts, bref rien de bien volumineux. Et pourtant j’ai l’intime conviction que je n’arriverais jamais à fermer cette valise. Et quand bien même j’y arriverais, elle ne sera jamais réglementaire pour aller dans l’avion. « Ok donc en clair c’est ton dernier jour sur la terre promise qu’est Hawaï, ton dernier jour en mon illustre compagnie et tu as juste décidé de me snober honteusement ? » «Tout à fait. » « Femme sans cœur.» « Ça s’appelle un sevrage progressif, histoire de t’habituer au manque que tu ressentiras forcément une fois que je serais partie» « Arrête de dire n’importe quoi Rory chou on sait tous que c’est toi qui va être en manque de ma sublime personne » « Non c’est toi. » «Non toi ! » Pour ce qui se poserait la question : oui on peut continuer très longtemps comme ça. « Non, toi…» « Non… » Tiens, il se tait, comme quoi des choses surprenantes arrivent tous les jours. « Pour une fois je vais me montrer plus mature que toi et je vais dire arrêtons là les conneries… Parlons sérieusement… tu vas pleurer à l’aéroport en abandonnant ton mec ? » C’est ça qu’il appelle parler sérieusement ? Il manque clairement des neurones à ce garçon.   « Oh oui ! Je suis sûr que vous allez faire comme dans les films ! Il courra à travers les barrières de sécurité et essayera de te retenir avant de finalement monter dans l’avion parce qu’il ne supporte pas l’idée de vivre loin de toi !» Je finis par lâcher le jeans que j’étais en train de plier et me tourne vers Anakin, mon visage exprimant clairement toute mon affliction. « Quoi ? Ça serait trop romantique ! » D’accord, mon visage plein d’affliction n’est apparemment pas suffisant. J’attrape donc un cousin qui traine et lui jette au visage. Peut-être que Dark Vador comprend mieux la violence que les expressions faciales. « Rappelle-moi la dernière fois où tu m’as vu être romantique ? » « Non c’est vrai, toi tu es une femme sans cœur… mais Elie… » Elie ? ELIE ?! Romantique ? Je vais finir par croire qu’Anakin a refait des spacecake sans moi, je vois pas d’autre solution. Bon qu’on soit d’accord, je ne dis pas ça parce que Elie, mon « copain », est un connard sans nom. Mais déjà notez les guillemets. Elie et moi c’est… je suppose que comme nous ne formons pas un couple classique certaines personnes diraient compliqué. Sauf que justement c’est l’inverse de compliqué. C’est facile, simple, pas prise de tête. Il suffit de voir comment tout ça a commencé. Des cours de surf. Comment quelque chose qui commence par des cours de surf pourrait devenir compliqué. Et puis il y a eu les soirées sur la plage, l’alcool, la première fois où on s’est embrasé, la deuxième. Et puis les aprèm passés ensemble. Le sexe. Oh mon dieu le sexe ! Ça, ça va surement me manquer. Faut dire qu’en toute modestie on avait une bonne alchimie tous les deux. Alors oui je suppose que les gens nous considéraient comme étant un couple. Je suppose même que d’une certaine façon nous l’étions. On n’a juste jamais formulé les choses de cette façon. En fait on s’est jamais posé la question, jamais mis de mots sur tout ça. Je crois que j'en avais besoin. Après ma rupture avec Link, j'avais besoin de quelque chose de nouveau. Est-ce que Elie va me manquer ? Oui sûrement. J’adore ce gars. Est-ce que je vais pleurer à l’aéroport ? Sûrement que non. Pas plus que je ne pleurerais pour Anakin. Je ne suis pas amoureuse de Elie. Ça n'a juste rien à voir avec les sentiment que j'ai pu avoir pour Link. Et même si on n’en a pas parlé, je ne pense pas non plus qu’Elie soit amoureux de moi. C’était bien le temps que ça a duré. Maintenant il faut passer à autre chose. J’espère juste que je le reverrais bientôt. Si je reviens a Hawaï ou s’il passe en Australie. « Tu dis tellement de connerie à la minute mon petit Kikin que ça pourrait presque être inquiétant. » « Rooh, ça va ! c’est ta faute aussi ! Avant que tu t’incruste chez moi, je regardais pas vraiment de comédie romantique vois-tu… » Yep, je dois reconnaitre ma culpabilité sur ce point-là. Mais même s’il le nierait, je sais dans le fond qu’il adore ça. Un grand sentimentale ce petit Dark Vador.  Il vient s’assoir sur le lit à côté de ma valise et commence à m’aider avec mes affaires. « Toujours pas moyen que je te convainques de venir avec moi pour les vacances. ? » Il dit ça mine de rien mais je sais bien qu’en vrai, si je lui disais que finalement je partais faire le tour de l'Australie avec lui il serait fou de joie. Peut-être même qu’il me ferait une petite danse du bonheur pour célébrer l’évènement. Et si vous n’avez jamais vu Anakin faire une danse du bonheur, alors vous avez clairement manqué quelque chose. Je me contente de lui sourire un peu désolé. Je lui ai déjà expliqué en long et en large pourquoi je ne pouvais pas venir avec lui. J’ai déjà eu une année de vacance. Il faut que je retourne à la vraie vie maintenant. Et puisque j’ai décidé de ne pas rentrer à Wollongong et de m’installer à Sydney, il faut bien que je m’organise pour la rentrée. Trouver un appart, prendre mes marques… J’ai été prise dans cette école de cinéma et je sais que j’ai plutôt intérêt à me bouger le cul pour tout déchirer l’année prochaine. C’est une chance pas croyable que j’ai et je n’ai définitivement pas le droit de la gâcher. Alors non, je ne partirais pas en road trip avec Anakin mais bon, il passera me voir à Sydney à la fin de son voyage, juste avant de partir pour Wollongong. Il me l’a promis. « Allez rends toi utile, assis toi sur cette valise que je puisse la fermer. » Mon avion est dans 24h et on n’a encore ma grande soirée de départ a préparé. J’ai déjà perdu bien assez de temps avec cette foutu valise.

Mais Charles Darwin a dit : « On ne fait pas une omelette sans casser quelques œufs ». C’est d’ça qu’il s’agit au bout du compte : Casser des œufs. Et casser des œufs ça veut dire se déchirer la tronche avec un cocktail de dur.

« On va faire une soirée ! On va faire une soirée ! » Je m'agite dans tout l'appart, sautant sur le canapé, escaladant la table base et secouant les bras comme une possédé. Ceci mes amis est une digne danse du bonheur tel que me l'a enseigné Anakin. Il serait fière de moi ce petit. Surtout s'il me voyait faire une danse de la joie pour célébrer la futur soirée qui doit avoir lieu. Bon ben sûr vous autres, rabat-joies que vous êtes, vous me demanderez sûrement pourquoi tant d'excitation pour une simple soirée ? Et c'est là que vous ferez erreur ! Ce n'est pas une simple soirée ! Oh que non ! C'est la première soirée que Thalia et moi faisons dans notre nouvelle appartement. La première soirée en tant que coloc. La première soirée organisée par nous même à Sydney ! Et ça mes amis, en soit même ça mériterais déjà d'être célébré par une soirée ! Mais bon, célébrer la tenu d'une soirée en faisant une autre soirée... c'est un peu un cercle sans fin. N'empêche que je suis heureuse ! Depuis mon retour de Hawaï tout semble s'enchaîner merveilleusement bien. J'étudie dans l'école de mes rêves, je suis en colocation avec ma meilleure amie et maintenant on connaît même assez de monde pour faire nos propre soirée ! (oui ce dernier point semble anodin mais ça veut dire qu'on a réussi à s'intégrer à la vie à Sidney et ça c'est le pied!) Oh et puis bien sûr, puisque Thalia et moi sommes les organisatrice de cet événement ça ne peut être qu'épique ! Fantastique ! Extraordinaire ! Donc forcément c'est une soirée déguisée. Ben oui, faut ce qui faut pour faire une bonne soirée, de l'alcool, des gens cool, potentiellement quelque truc à fumer et des déguisement. La base quoi. Et même que Thalia et moi on a les déguisements les plus cool du monde ! Si, si, je vous jure ! J'ai réussi à trouver des pyjama intégrale de dracaufeu et bulbizar ! Et dracaufeu il a les ailes qui s'ouvrent, trop bien hein ?! Je suis sur que vous êtes tous jaloux mais je m'en fous, ils sont à nous ! « TADA !! » Thalia surgit dans la pièce vêtu de son déguisement pour ce soir. Et je confirme, elle déchire tout en pokémon ! Si j'avais une pokéball je l'attraperais direct, moi je vous le dis ! J'applaudis des deux mains avant de lui faire signe de tourner sur elle même, ce qu'elle fait avec plaisir. « T'as réussi à faire les morito pendant que je me changeais ? » « Yep, Aspen m'a envoyé la recette, on a l'alcool, les déguisements, manque plus que les gens pour lancer la soirée de l'année ! » j'ai à peine fini ma phrase qu'on sonne à l'interphone.

[…]

Je laisse retomber ma capuche de dracaufeu et attrape la bouteille que Thalia, aka mon adorable Bulbizar, est entrain de me tendre. Le goulot arrive jusqu'à ma bouche et le liquide brûle ma gorge pendant que mes yeux parcourt notre appartement. Je crois honnêtement que l’apocalypse à commencé dans notre salon. Il faudrait que j'aille voir par le fenêtre s'il s'est étendu au reste de Sydney mais pour ça il faudrait déjà que j'atteigne la dite fenêtre mais j'ai carrément la flemme. Les cadavres de bouteille s'éparpille aux quatre coins de la pièce – et j'imagine que ça ne s'arrête en réalité pas à notre salon – la table basse est retourné, le sol est tellement poisseux qu'on dirait de l'attrape mouche a taille humaine et des gens dorment un peu n'importe où en tas éparse. « Je dois t'avouer que je sais pas trop à quel moment ça a dérapé. » Je lui tend de nouveau la bouteille sur la fin de ma phrase et elle l'attrape sans se faire prier. « Honnêtement, moi non plus. » On reste un moment silencieuse se contentant de faire tourner la bouteille. « Faudra qu'on remette ça. » « Ouais enfin... faudra d'abord qu'on arrive à sauver l'appart. » « Ouais.... » « D'ici samedi prochain ça devrait être bon... » On se regarde un grand sourire jusqu'au oreille avant d'exploser de rire. Je sens que le reste de l'année va être mouvementé !
   .


Dernière édition par Rory Z. Forman le Jeu 10 Juil - 22:55, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 89
☞ AVATAR : Mini Franco ♥

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Dim 6 Juil - 3:38

                                         

J'ai fait une heure de route pour te prouver mon amour    Non en vrai c'est pas vrai, j'aime trop mon lit et je peux pas me passer d'ma chose qui ronfle et qui me colle partout J'vous dis : MAMY non mais je préfère faire la route et après dormir que de dormir et refaire la route, faut pas chercher dans ma tête ça paraît logique et censé

Moi j'suis pas d'accord, sur une ile déserte, elle doit emporter Link ! Et puis c'tout ! Non mais oh c'est quoi s'délire ? C'est qui la coloc hein hein ?  Suspect 

Tention j'te surveille, aime moi un peu plus, je le mérite plus j'trouve (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 32
☞ AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Dim 6 Juil - 13:53

Tu sais si elle emporte une caméra, elle aura peut-être des images intéressantes à montrer à Link quand elle reviendra de son île déserte... Enfin moi je dis ça, je dis, rien, si Link veut pas voir de vidéo de Rory hein...   (et puis sérieusement Link est un boulet, il servirais encore moins qu'une caméra sur une île déserte et en plus il faudrait lui trouver à manger   ) (mais sinon tu sais bien que je l'aime mon petit Link !!   )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 235
☞ AVATAR : Willa Holland

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Dim 6 Juil - 14:09

RORRRRRRRRRRYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY                                                                                                                                                                                                                                              (si ça c'est pas de l'amour, alors j'suis pas une fille Arrow )
OUELKOME MA BEEEEEELLE ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 89
☞ AVATAR : Mini Franco ♥

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Dim 6 Juil - 14:33

Une caméra et un film de Rory ? Non, mais j'avoue que là on peut négocier et puis imagine Link a une révélation. Il devient un homme ? Hein tu y as songé à ça ? Oui bon moi aussi j'ai dû mal à croire que d'un coup il est une illumination mais on peut toujours espérer

J'ai bien rêvé que Debby avait un Brant, d'ailleurs je le vois pas.  Rolling Eyes Et puis Deb tu exploites les mecs pas mes Rory   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 69
☞ AVATAR : Emma Stone.

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Mer 9 Juil - 12:44

POUEEEEET!

Vu que j'ai décidé d'assumer mon statut de meuble et dès lors de passer sur toutes les fiches de présentation pour souhaiter la bienvenue à tout le monde (même si ya beaucoup d'ancien de chatta, mais ils comptent pas, c'est pas grave!), et bien je débarque même sur ta fiche! Bon ya pas des tonnes à dire à part que Kikin originaire d'Hawaii, ça passe plutôt bien!
Dépèche-toi de finir Rorynette, et passe à Yugo!! Quoi? C'est pas le prochain sur ta liste    En fait, fait qui tu veux en prochain, je les aime tous tes persos de toute façon, même si ceux en relation avec Zazou m'intéressent moins dans l'immédiat. Fait Clem sinon! Ma Suzette attends sa meilleure amie avec impatience     (non, je te fous pas du tout la pression t'façon  Rolling Eyes   Et puis je sais que tu vas disparaître avec une horde de miniature alors bon, c'est pas comme si j'étais pas préparée   )
Allez j'me tais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 32
☞ AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Jeu 10 Juil - 23:46

J'avoue que ça fait beaucoup d'amour tout ça !!! Si je ne me trompe pas, va falloir qu'on se trouve un lien toi et moi ! (même si j'ai pas tout compris à ton lien avec Link   )

Link a écrit:
tu exploites les mecs pas mes Rory
mes Rory ? MES Rory ?!!! D'où t'as plusieurs Rory toi !! Déjà je te signale que je suis unique ! Oui mon petit non mais oh !!   fais gaffe à tes fesses toi   (ou je pique le lance flamme de la frangine !)

C'est vrai qu'on est des meuble Suzette va falloir que je fasse comme toi dis donc... ENfin pas ce soir j'ai la flemme, j'ai déjà finis ma fiche ça suffit pour le moment !!! Et oui ça sera Clem pour la suite pas Yugo, désolé ! La faute aux miniatures aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 140
☞ AVATAR : Sheldon Cooper, maggle !

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    Ven 11 Juil - 11:31


Devine quoi ! T'es validée l'amie !
Et oui tu l'auras compris, je valide tes papiers, à présent tu es sous la responsabilité de Ross Geller. Attention à toi, je te surveille quand même, je t'ai dit j'ai l'oeil partout. Je sais, tu es heureux d'être passé du côté fou de la force, mais n'oublie pas qu'il te reste encore des tâches à accomplir. Si tu n'es pas venu seul, tu peux aller chercher tes compagnons de route, n'oublie pas de les recenser une fois finis. Tu aimes dormir sous les ponts ? Moi pas vraiment, je te conseille donc, d'aller demander un logement et par la même occasion, recenses ton métier. J'aime que tout soit en ordre. Hum... Il me semble que j'ai oublié quelque chose ! Ah oui, je sais que tu es un petit joueur, alors si tu veux participer aux défis, fais toi plaisir et puis n'oublies pas de récupérer tes points par la même occasion. A présent, circule, ton odeur m'insupporte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wollongong.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Rory ~ Trouver sa moitié exige-t-il au préalable de se couper en deux morceaux de volumes equivalents ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment trouver le+ de mes arrieres grands parents
» Où trouver ces marques de vernis?
» comment trouver un atelier ?
» Comment trouver des dates introuvables ?
» Besoin de trouver un ral qui s'approche le plus de cette photo!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WOLLONGONG :: ∞ Mais je n’ai aucune envie d’aller chez les fous ! :: 
La question est qui es-tu toi ?
 :: 
tout le monde est fou, ici
-