Partagez | 
 

 So much have change ♒ ASPEN ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
☞ CONNERIES : 57
☞ AVATAR : Wilson *tropsexycanon* Bethel

MessageSujet: So much have change ♒ ASPEN ♥   Mar 15 Juil - 0:49



and your heart is the heart of a life
« Aller ! Debout gros tas ! » J’ai un sursaut. Bordel, qu’est-ce qui se passe ici ? Je suis où ? J’étais pourtant sûr de bien m’être endormi chez moi hier soir… Et cette voix ne m’est pas inconnue aussi. J’ouvrais les yeux, doucement. La lumière du soleil m’attaquait tout de suite. Je tournais donc la tête vers l’autre côté de la chambre. Je ne m’étais pas trompé, c’était bien elle. « Bee ? Mais… Qu’est-ce que tu fous là ? » Comment est-ce qu’elle était rentrée ? Ah oui, elle avait les clés, c’est vrai. « Bah sympa ! J’viens juste payer le p’tit déj’ à mon frère chéri et voilà ! Tu m’y reprendras pas ! » Et voilà, madame allait faire la gueule encore. Non mais si elle veut, mais pas le matin. Je levais les yeux au ciel et attrapais ma montre posée sur la table de nuit. Dix heures ? Il était vachement tôt. « Sérieusement ? T’es venue juste pour le bonheur de me réveiller ou… » Elle me balance un jogging dans la figure. « Non j’ai un truc à te dire, enfin à te proposer. Mais fringue toi d’abord ! » Je soupirais et relaissais ma tête tomber sur mon oreiller, fermant les yeux pour essayer de me rendormir. « Aller grouille toi ! J’ai pris des croissants, ils sont chauds ! » Bon, ok l’appel de la bouffe, ça me réussit pas mal. Je me levais, péniblement, alors que Bee était déjà en bas. J’enfilais mon jogging, restant torse nu, et je descendais, mais passais voir d’abord ma beauté avant de rejoindre ma sœur. Dans ce garage, elle était magnifique, elle avait l’air d’aller plutôt bien. Maintenant que sa révision avait été faite, elle allait même à merveille finalement. Bref, je rejoignais Bee dans la cuisine, elle avait déjà servi le café, je n’avais plus qu’à mettre les pieds sous la table.

Bee restait debout alors que je m’étais assis, croquant une première bouchée dans mon croissant. Elle posa ses mains sur la table. « Bon ! » On aurait dit un commando d’unité qui se prépare à la guerre de sa vie. « Bee… » « L’affaire est on ne peut plus sérieuse, monsieur Taner ! Nous savons, vous et moi, la raison de votre retour précipité en ces terres, à Wollongong… » Ca y est, elle était partie… Elle allait encore une fois me parler d’Aspen et ce serait une discussion qui ne mènerait à rien. Il fallait que je me sente près à faire le premier pas, et je l’étais, mais je manquais de confiance, et je me voyais mal me pointer chez elle. « Bee arrête, tu sais très bien que… » « SILENCE ! Soldat, le jour est venu de faire face à l’ennemi. Votre cible : mademoiselle Aspen Forman-Baxter, plus connu sous le nom de Belette. » Je ne pouvais m’empêcher de sourire au comportement de Bee. Elle aurait fait fureur en temps que chef d’escouade je pense. « Bon aller… » Elle souriait à l’idée de me voir baisser la garde, mais ce n’était pas chose faite pour le moment. « Votre mission, si vous l’acceptez, soldat, est de vous rendre sur les lieux de travail de la jeune femme, j’ai nommé la maison de traduction de l’éditeur pour lequel elle travaille en ce moment même. Elle y sera précisément à partir de midi et ce jusqu’en fin d’après-midi. Soldat, acceptez-vous la mission ? » Je rentrais dans son jeu, après tout, ça me faisait bien rire. Et puis revoir Aspen… J’attendais ça depuis un moment. « Chef ! Oui ! Chef ! » Elle tapait dans ses mains, en riant et en sautillant. « Ahah ! T’as vu, je suis trop convaincante en commandant hein ? » Je souriais et finissais mon croissant, puis avalais une gorgée de café. Une question subsistait quand même : comment ? « Mais Bee, comment veux-tu que… » « FACILE ! Je me suis tournée et retournée toute la nuit, et j’ai trouvé ! Tu vas appeler à la maison de traduction où elle bosse, et tu vas te faire passer pour un célèbre auteur russe, et prendre rendez-vous pour cet après-midi. Et hop ! C’est dans la poche. Et dans un rendez-vous au moins, vous serez tranquille ! » Ah la la, Bee, la tête pensante de notre duo. « Bon, ok, pour le coup, j’avoue que tu gère pas mal… » « Alors tu vas le faire ? Dis ouiiiiii ! Aller steuplééééé ! » Ça allait être chaud patate cette histoire, mais d’un autre côté, il était temps que je me bouge pour la revoir, elle. « Bon, ok, j’appellerai toute à l’heure. » « NON ! T’appelles maintenant, va falloir que je parte moi après. » Elle me tend un morceau de papier avec le numéro du bureau d’Aspen, prend mon portable aussi qui est dans la cuisine, et compose le numéro, puis me tend le téléphone après avoir décroché. « Mais t’es folle ! Je fais quoi je… » « Démerde toi ! » « Allô ? » Merde ! J’essaye au mieux de prendre un accent russe. « Privet ! Je suis monsieur Vladimir Kashanakoff, j’aurais aimé avoir un rendez-vous avec mademoiselle Forman… » « BAXTER ! » me criait Bee en chuchotant. « Baxter. » Ça m’arrachait la bouche de le dire, mais il fallait essayer de rester crédible au mieux. « Bien sûr, ce serait pour un livre ? Un mémoire ? » « Non, un livre. Je suis un auteur très réputé en Russie vous savez ? » Bee me faisait signe de ne pas en faire trop. Je rentrais juste dans mon rôle enfin… « Euuuh oui ! Bien entendu. Quand cela vous arrangerait-il ? » « Cet après-midi. » « Très bien à deux heures ? » « Oui parfait merci ! » Et je raccrochais. « Eh ben ! Ton accent est plus que convaincant ! » « Ahah bon maintenant, toi, tu te tires, et je vais me préparer mentalement à tout ça ! » « Quoi ? Tu me fous à la porte ? » « Oui, aller ! Oust ! Je te tiens au courant de toute façon. » Et en reposant le portable, je le reconduisais vers la porte en l’embrassant sur la joue. La vérité était que j’avais vraiment besoin d’un petit moment de solitude là maintenant, histoire de récapituler. J’allais aller voir Aspen. Enfin. La voir. Elle.

Quelques heures plus tard, j’avais sorti le costard cravate histoire de ne pas faire trop tâche auprès de la secrétaire. Déjà que je n’avais pas franchement un charisme très russe, il fallait au moins que je sois convaincant en tant qu’auteur en rendez-vous. Mais par-dessus, je revêtais mon habituel veste en cuir pour chevaucher ma beauté noire. Je roulais au vent, pensant à ce qui allait se passer, à ce que j’allais bien pouvoir lui dire, par quoi  est-ce que je pourrais commencer ? Trop de question pour un trajet si court. J’arrivais devant le bureau d’Aspen. Je prenais mon portable pour envoyer un sms à Bee : « Je suis devant, prie pour moi ! » J’entrais me présentant en tant que Vladimir Kashanakoff, auteur russe, avec un accent approximatif. La secrétaire se leva alors pour me conduire vers la porte qui menait au bureau d’Aspen. Aspen Forman-Baxter. C’était écrit. Je remerciais la secrétaire et restais seul quelques secondes, ma veste en cuir. Aller, il fallait que j’y aille. Je regardais mon portable. Bee avait répondu : « Déchire tout ! Sauf son chemisier, elle doit avec d’autres rendez-vous après… » Je frappais trois coups. « Entrez ! » Je m'éxécutais. Elle était sur son ordinateur et ne levait pas la tête. Je la regardais rapidement, puis me retournais lentement pour fermer discrètement la porte à clé. Je ne voulais pas qu’elle s’en aille, et je ne voulais que personne n’interrompe ce moment. « Monsieur Kashanakoff je suis ravie de faire votre… » Elle leva la tête et s’arrêta net. Elle était bouche bée. Et moi je ne parvenais pas à trouver mes mots non plus. Je restais à la regarder. Elle était ravissante, comme toujours. Certaines s’enlaidissaient avec l’âge, mais c’était loin d’être son cas. Elle était plus belle que jamais. « Bonjour Aspen… » Je m’avançais vers elle, ne faisais qu’un pas, un simple pas. Elle ne disait rien. « Je sais que tu ne t’attendais pas à me voir, et jusqu’à ce matin je ne pensais vraiment pas me retrouver là, mais il fallait que je te vois. Je vis ici maintenant, et je ne pouvais pas ne pas te voir, rien qu’une fois. Tu sais très bien ce que ça me fait, d’être ici, dans cette ville, avec toi… » C’était peut être un peu fort pour commencer, et elle allait probablement vouloir partir, si elle n’avait pas trop changer, mais tant pis… J’étais prêt à courir le risque..
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 67
☞ AVATAR : Rachel Bilson

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Lun 21 Juil - 21:05



and your heart is the heart of a life
"Et côté sexe ?" Hein ? Pardon ? Je recrache mon café dans ma tasse, manquant de peu de m'étouffer. Emma me regarde avec des yeux tout ronds, elle va pas bien aujourd'hui. "Fais pas ta prude, je sais que tu es loin d'être une petite sainte." Je ne vois pas du tout de quoi elle parle. Je touffe un bon coup et attrape un mouchoir pour m'essuyer les mains. "Et puis vu ton mari, ça doit y aller." Elle lève les sourcils, c'est bon j'ai compris ton message. Je vois parfaitement où tu veux en venir Bing et je ne dirais rien. Je vais être une tombe. "Rho aller ! J'ai besoin de ça." J'arque un sourcil. "Tu as besoin de ça quoi ? Ma vie sexuelle ?" "Oui parfaitement et vu que tu es une amie aimant et adorable, tu vas me donner ma dose de sexe. Là tout de suite maintenant, allez balance Forman-Baxter ! Tu sais que je m'y habituerais jamais à dire les deux noms, je vais t'en trouver un autre. Un truc plus court, non parce que je voudrais pas que Tyler se sente offenser si je ne dis pas Baxter. Et les deux c'est long, il faut un truc plus direct ! Oh je sais !" Là j'ai peur, pourquoi est-ce qu'elle me regarde ainsi. "Déesse du sexe !" Je me fige un instant et soupire en silence. "Emma." "Oui ?" "T'es en manque ?" "Carrément ! C'est le néant en c'moment." On se demande bien pourquoi. J'attrape une de mes frites. "Ça ne serait pas dû au retour du comment qu'il s'appelle déjà ? Carteman ?" "Cartwright !" Elle plaque sa main devant sa bouffe, rien qu'en voyant mes yeux. Et toc ! Je le savais."Ah ah ah ! Et même pas d'abord !" Mais oui bien sûr, comme si elle pouvait me faire croire ça à moi, c'est que je la connais la petite Bing depuis le temps. Ce qui est bien c'est qu'elle ne le prend pas lorsque je dis petite, vu qu'on fait la même taille. Nous sommes des sœurs de taille et ça c'est cool, non parce que Bee fait une tête de plus que moi, je m'y suis habituée, mais ça n'en reste pas moins frustrant. Surtout quand elle voit les choses avant, c'est à dire tout le temps."Non j'te jure c'est pas à cause de son retour, enfin.. non ce mec est trop parfait pour moi. " "Laisse moi deviner, tu as encore failli le tuer ? C'était dû à quoi cette fois ?" Elle me balance une frite et je ne peux m'empêcher de rire. "Même pas vrai, je me suis juste étalée sur lui et je me suis complètement ridiculisée, mais hormis ça, rien." "Ouais ça ne change pas d'habitude en fait." Je lui offre mon plus beau sourire et elle fait sa moue presque boudeuse avant de siroter son soda. "Ouais fin bref balance des infos." "Sur ?" Je veux bien, mais faut qu'elle soit plus claire. Éclaire ma lanterne sainte Emma. "Bah sur ta vie sexuelle ! Histoire de voir si le mariage ne change rien à la vie à deux ou si la vie à deux ne change rien au couple. Fin bref !" Et la revoilà avec ça ! Quand elle a quelque chose en tête celle là, j'avais oublié qu'elle pouvait-être pire que moi. "Tout va bien dans mon lit si c'est ça que tu veux savoir !" Elle paraît vexer."Quoi ? Tu veux que je te dise quoi de plus ? Notre libido est toujours la même, un peu moins vu qu'on a un enfant et qu'on est tous les deux pas mal pris." Ce qui est vrai, mais ça ne veut pas dire qu'on rentre dans un schéma de routine. Je suis contre ça et Tyler aussi. "Et l'étincelle ?" "Tu sais bien que je fonctionne à induction." Elle lève les yeux au ciel. Quoi il fait faut reconnaître qu'elle était bonne celle là. "Je suis morte de rire ! Sérieux Aspi !" "Oui parlons sérieusement, il faut qu'on organise ça." "Quoi ?" "Le mariage entre ton frère et ma soeur." Elle ouvre grand la bouche. "Tu sais quelque chose ?" Mouahahah ! Comment lui faire changer de sujet ! "Qu'ils sont toujours dingue de l'un de l'autre ? Il faudrait être fou pour pas le voir, non je dirais idiots, comme eux en fait." Ah l'amour ! Ça peut vraiment faire perdre la tête, il suffit de voir ma soeur. "Ils vont bien ensemble." Oh oui je ne peux qu'approuver. "Bon ma petite Binguette, je vais te laisser, j'ai un rendez-vous cette aprem et j'ai pas encore préparé le dossier." J'attrape mon soda et embrasse ma Em. "Oublies pas de me tenir au courant ! Non parce qu'Andy c'est mort de ce côté là aussi, il n'y a plus que toi, tout repose sur toi Aspi ! Ma vie sexuelle est entre tes mains." Et voilà qu'elle recommence, je rigole et la salue tout en me dirigeant vers mes bureaux. Bien sûr que l'étincelle est toujours là, ce n'est plus comme avant, mais c'est toujours là.

Bon alors voyons voir, Kashanakoff ça me dit rien, je vais aller faire quelque recherche. Il faut tout de même que je connaisse l'auteur avant de le rencontrer. Who c'est lui ? Il est sacrément... vieux. Je m'attendais pas à ça, tiens en plus il fait des compositions musicales. J'espère qu'il a pas confondu, enfin j'en saurais bientôt un peu plus. Quelle heure déjà ? Quatorze heures, soit dans dix minutes. Bloc notes, on ouvre une nouvelle page, dentition okay. Merde j'ai oublié de répondre à Tyler. Téléphone. C'est bon, ça sonne. "Oui c'est moi, désolé j'ai mangé avec Emma." Il sait comment je suis lorsque je mange avec Emma, la terre s'arrête de tourner. Et c'est encore pire avec Bee. "L'institutrice de Will a demandé à nous rencontrer, elle m'a dit ça ce matin, je sais pas pourquoi." Merde j'ai un truc entre les dents. "Non je sais pas, j'avais pas le temps, j'avais un rendez-vous tôt ce matin, je te l'ai dit. Du coup, je lui ai dit qu'on passerait vendredi, c'est le seul créneau qu'on a ensemble. Elle veut absolument nous voir tous les deux." Ils sont marrants les profs parfois, ils peuvent pas penser aux parents qui n'ont pas forcément un emploi du temps adaptable. "Du coup on sera en retard chez mes parents." Ce qui n'est pas bien grave en soit. Et merde j'ai une tâche. "Bah je les appellerai, sinon ça reporte à la semaine prochaine et on arrête pas de reporter. Tu connais ma mère, elle va croire qu'on en fait exprès, elle va dire que son gendre ne veut plus la voir." Ah je sais qu'il mange ! Il a pas encore fini ? Ah non c'est vrai, il avait un cours avant. "Donc voilà, je les préviens qu'on sera un peu en retard, on va voir la prof et tout sera bouclé !" Tu parles d'une organisation, pire qu'à l'armée, je déteste ce genre de semaine. "Oki je te laisse, j'ai un rendez-vous dans cinq minutes... Un russe, un vieux, je connais pas... On verra bien... Bisous à ce soir, oublies pas le pain !" Et hop on repose le téléphone dans le sac. Et on retourne à ses papiers, merde je vais pas être prête si ça continue. Et ça frappe. Qu'est-ce que je disais. "Entrez !" Il faut que je finisse ça, voilà une signature ici et là. "Monsieur Kashanakoff je suis ravie de faire votre…" Je... je rêve ou quoi. Je referme ma bouche aussitôt. Je lâche mon stylo au passage. Je m'attendais à un vieux pas lui ! Absolument tout sauf LUI ! "Bonjour Aspen…" Il se souvient de mon prénom, c'est déjà ça. J'arrive pas bouger, j'ouvre la bouche, mais la referme aussitôt. Je dois rêver ce n'est pas possible ! C'est quoi ? Un rêve ou un cauchemar, je sais même pas. Je dois bien avouer que j'ai rêvé de lui et c'était des bons rêves, parfois un peu... Who Aspen tu dérives là."Je sais que tu ne t’attendais pas à me voir, et jusqu’à ce matin je ne pensais vraiment pas me retrouver là, mais il fallait que je te vois. Je vis ici maintenant, et je ne pouvais pas ne pas te voir, rien qu’une fois. Tu sais très bien ce que ça me fait, d’être ici, dans cette ville, avec toi… " Double Woo ! Il veut que je fasse une crise cardiaque ou quoi ? J'attrape mon soda, il me faut un truc là. Je reste assise, je ne sais pas quoi faire ou quoi dire. On va déjà reprendre ses esprits, ça serait un bon début. "Ce qui est sûr c'est que tu es pas vieux !" Pourquoi je dis ça moi ? Il me regarde, il n'a pas l'air de comprendre, on est deux. "Joey je..." Je ne sais pas quoi dire, voilà ce qui se passe. J'ouvre la bouche une nouvelle et la referme aussitôt. Il me coupe l'herbe sous le pied ! Je suis littéralement sur le cul !  Heureusement que je suis déjà assise. Je suis censée faire quoi ? Je suis partagée entre la joie de le revoir et le reste... "Tu veux quoi ?" Je ne baisse pas mon regard. Je pourrais tout de même être plus gentille. "Tu es parti pendant cinq ans, tu n'as jamais répondu à mes mails, tu n'es pas venue à mon mariage. Tu es sortie de ma vie, tu..." Ralenti demoiselle, n'oublies pas que TU lui as brisé le coeur. "Je suis désolé." Je me lève et me dirige vers lui. C'est plus fort que moi, il faut que je le constate par moi même. Je souris en le voyant et me dirige dans ses bras. Je... Wait ?! "C'est bon de te voir." Attendez, on rembobine. Je fais quoi là ? Je viens bien de câliner Joey. On se reprend. Oui voilà et maintenant je le giffle ! Euh... "Ça c'est pour l'absence!" Oui donc là j'ai perdu les pédales.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 57
☞ AVATAR : Wilson *tropsexycanon* Bethel

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Mer 23 Juil - 15:48



and your heart is the heart of a life
Je sentais que mon estomac se nouait. Devant cette porte, j’attendais patiemment de pouvoir entrer, enfin, j’attendais surtout de me sentir prêt. Je l’étais. Je le savais. J’avais juste peur de voir comment est-ce qu’elle allait réagir en me voyant. Cinq ans… Cinq ans qu’on ne s’était pas vu, qu’on ne s’était pas non plus parlé. Si ça se trouve, elle m’avait peut être oublié. Ou alors, peut-être qu’elle ne me reconnaitrait pas. Je ne savais pas. Je sentais mes mains trembler. Je sentais mon cœur battre comme jamais. Elle était là, juste de l’autre côté de cette porte. J’allais la voir, lui parler, pouvoir sentir son odeur qui me manquait depuis cinq ans maintenant. « Entrez ! » Il ne fallait pas me le dire deux fois. Je respirais un grand coup, et je rentrais. J’avais l’impression que le temps s’était arrêté quand je la voyais. Elle était là, devant moi, assise à son ordinateur. Je me retournais pour verrouiller la porte, je n’avais pas fait tout ce chemin depuis la Russie pour être dérangé en pleine discussion. Il en était hors de question. « Monsieur Kashanakoff je suis ravie de faire votre… » Elle lève la tête vers moi. Je me tiens devant elle, sans bouger. Je vois ses yeux, de nombreux souvenirs me remontent en tête. Des souvenirs que je n’ai jamais pu oublier. « Bonjour Aspen… » Elle restait devant moi, bouche bée. Ca me faisait sourire de la voir comme ça. Elle ne bougeait pas. Elle n’avait pas changé. Elle était toujours aussi belle, toujours aussi séduisante. « Je sais que tu ne t’attendais pas à me voir, et jusqu’à ce matin je ne pensais vraiment pas me retrouver là, mais il fallait que je te vois. Je vis ici maintenant, et je ne pouvais pas ne pas te voir, rien qu’une fois. Tu sais très bien ce que ça me fait, d’être ici, dans cette ville, avec toi… » Sa tête me fait beaucoup rire. Enfin, je me retiens de même sourire devant elle, car si elle a toujours le même caractère, elle me sauterait à la gorge. Je ne disais rien, je me contentais de la regarder. La revoir… J’avais l’impression de vivre quelque chose dont j’avais rêvé pendant longtemps. Elle ne parlait pas non plus, elle ne s’attendait visiblement pas à me voir. Mais ce n’est pas étonnant. Quoi que, des gens qui se prétendent russe, il ne doit pas non plus y en avoir des millions ici, à Wollongong. « Ce qui est sûr c'est que tu es pas vieux ! » Je sors de mes rêveries et la regarde. Qu’est-ce qu’elle raconte encore. « Quoi ?! »

J’avais pas trop compris ce qu’elle avait dit, mais au moins, elle semblait reprendre doucement ses esprits. Sa voix aussi m’avait manqué. Elle n’était pas toujours aussi… Calme, et posée. Mais elle était unique en son genre. Arrêtant de rester coller à la porte, j’avançais d’un pas vers elle. « Joey je... » Elle ne disait rien de plus. C’était gênant, ce silence, mais moi non plus, je n’arrivais pas à le combler. J’étais tellement heureux de la voir, mais en même temps, j’avais dans la tête tout ce que je devais lui dire, tout ce que je pensais, ce pourquoi j’étais là, et il y en avait des choses. Mais par où commencer ? Elle ne se lève pas et reste assise à son bureau. « Tu veux quoi ? » Ok… Je déchantais un peu. Je savais bien qu’elle ne s’attendait pas à me voir, mais quand même. C’était si bizarre que ça que je sois là ? Je ne savais pas vraiment si Bee lui avait dit que j’étais rentré. « Aspen, je… » « Tu es parti pendant cinq ans, tu n'as jamais répondu à mes mails, tu n'es pas venue à mon mariage. Tu es sortie de ma vie, tu... » Elle n’avait pas tord. Je ne répondais rien. Elle avait raison, car je n’avais pas pris la peine de prendre de ses nouvelles, et ce pendant cinq ans, même si, même si elle ne le savait pas, j’étais bel et bien présent à son mariage, mais ça, je ne pense pas qu’elle était prête à l’entendre. « Je suis désolé. » Je ne disais rien, mais elle n’avait pas de quoi s’excuser. Je ne savais pas si il fallait que je lui dise quelque chose ou non, s’il fallait que je lui parle, mais j’étais bien à l’écouter, à la regarder. Elle se lève se dirige vers moi, et se jette dans mes bras. Une seconde, je ne comprends pas, mais il ne m’en fallait pas moins pour enrouler mes bras autour de sa taille et la serrer contre moi. J’avoue que je ne boudais pas mon plaisir, je souriais à l’idée de l’avoir dans mes bras. « C'est bon de te voir. »

Mais en contraste avec ça, elle se recule, et là... « Aïe ! » Elle venait de me foutre une gifle. Aucun doute, l’ancienne Aspen n’avait pas totalement disparue, parce que des filles qui te prennent dans les bras et qui te giflent la seconde suivante, il n’y en a pas partout. Je me passe la main sur ma joue parce que oui, ça brûle. Elle a de la force mine de rien la petite. « Ben t’as vraiment pas changé toi… » Je restais debout devant elle, posant mes mains sur mes hanches. Nous étions proches, ce qui était un peu déstabilisant, mais je faisais avec. « Je reviendrai pas te voir comme ça si c’est pour me prendre de telles claques ! » Je me passais une main dans les cheveux et je la regardais, plongeant mon regard dans le sien. Cher Joey, il était temps d’être un peu sérieux. « Aspen, je sais que tu ne t’attendais pas à me voir. Mais je suis là, définitivement maintenant. J’ai ré-emménagé ici, à Wollongong. Et c’est pour toi que je suis là… J’ai tellement de chose à te dire… » Elle me regardait toujours avec la même tête que quand elle m’a vu arrivé. Elle allait finir par gober des mouches. J’avais du mal à tout lui dire comme ça, surtout en voyant sa tête, elle ne réagissait pas. « J’ai beaucoup de trucs à te dire, et je sais que tu ne voudras pas forcément les entendre, mais je t’en supplie, écoute moi jusqu’au bout. Si après tu ne veux plus me voir ou me parler, oui, ça m’embêtera, mais tu feras ce que tu veux… » Je m’avançais vers elle et lui prenais les mains. « Par contre, tu devrais peut être t’assoir d’abord… » Là, elle me regardait avec sa tête de « attention, je vais faire une crise cardiaque »…
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 67
☞ AVATAR : Rachel Bilson

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Lun 4 Aoû - 20:17



and your heart is the heart of a life
Pincez moi je rêve. Joey se trouve dans mon bureau, que dis-je devant moi ! Cinq ans et le voilà qui se présente devant comme si de rien n'était. Je dois rêver, ce n'est pas possible, il ne peut pas être là. Pourtant il l'est ! Bee aurait pu me prévenir, ce n'est pas rien, ce n'est pas n'importe qui... Je reste ébahie devant lui. Il va falloir que je réagisse et vite. Je n'arrive juste pas à y croire, il est là. J'en ai rêvé, mais je l'ai jamais réellement imaginé. Je sais que je lui ai fait de la peine, je sais que je lui ai brisé le cœur, d'où le fait que je m'excuse. Il revient et moi je l'agresse. Décidément, je ne vais pas bien, je débloque, je perds les pédales, je perds pieds en sa présence et ce n'est pas bien. Pas bien du tout. Je ne sais pas ce qui me prend, je sens tellement d'émotions en moi à ce moment précis. Je suis à la fois furieuse, heureuse, malheureuse, surprise, en colère, j'ai tout qui me passe par là tête. Je ne sais pas ce qui l'emporte. Surement la joie, puisque je me retrouve à l'enlacer. "C'est bon de te voir." Ce qui est vrai. Seulement je suis moi et je ne tarde pas à reprendre le dessus, il ne m'a pas donné de nouvelle pendant cinq ans. La gifle est donc justifiée. Il me dévisage de la tête au pied. Oui je n'ai pas changé et OUI j'ai perdu la tête. C'est de sa faute, je ne sais pas comment je dois réagir. Il n'y a pas de livre qui explique comment faire face à ce genre de situation. Je pensais qu'il m'avait réellement oublié, qu'il ne voulait plus de moi. Bee ne mentionnait plus son nom lors de nos conversations, elle m'avait dit qu'il avait refait sa vie. Qu'il était loin, en Russie si ma mémoire est bonne... Oh la con ! J'aurais dû tilter avec le pseudonyme. Parfois je suis vraiment un boulet, j'étais juste loin de pensée qu'il reviendrait. Au début, j'espérais le revoir, je savais que je lui avais fait de la peine et qu'il m'en voulait terriblement, ce que je peux parfaitement comprendre. J'ai tout fait pour qu'on reste en contact, pour qu'il me pardonne, qu'il revienne. J'ai peut-être choisi Tyler, mais je n'ai jamais cessé de penser à lui. Il fait parti de mon passé, il me connait tel que je suis et puis c'est Joey. Mon meilleur ami... Enfin il l'était. Je doute qu'à présent, je puisse l'appeler ainsi, tout à fait changer, j'ai merdé, je suis la seule responsable. J'ai tout fait merdé et j'en paye le prix, chaque jour ce mensonge me ronge. Plus je vois Will grandir, plus je m'en veux d'avoir agis ainsi. Je n'étais pas prête à l'époque, je ne sais pas si je le suis maintenant. Je ne sais plus rien. Je sais juste qu'il va m'en vouloir lorsqu'il saura la vérité et le retour de Joey n'arrange rien. C'est fou comme ils se ressemblent... Je me racle la gorge, change de pensée Aspen. Ce n'est pas le moment de penser à ça, surtout pas. "Ben t’as vraiment pas changé toi…" J'esquisse un petit sourire, ça c'est sûr, je n'ai pas changé, alors que lui... Il semble différemment, son attitude est différente. Il est différent, même dans son regard, c'est étrange. "Je reviendrai pas te voir comme ça si c’est pour me prendre de telles claques ! " Je ne peux m'empêcher de rire tout en levant les yeux au ciel. Il ne pouvait pas revenir plutôt ? Enfin je ne vais pas me priver, c'est bon de le voir, réellement, les rêves ne sont rien comparer à la réalité. "Aspen, je sais que tu ne t’attendais pas à me voir. Mais je suis là, définitivement maintenant. J’ai ré-emménagé ici, à Wollongong. Et c’est pour toi que je suis là… J’ai tellement de chose à te dire…" Je fronce les sourcils en le regardant. Il a l'air sérieux, je ne sais pas si c'est bon signe. Je suis toujours dans l'incapacité de réagir, je dois avoir l'air d'une cruche. Il va falloir se bouger ma vieille, il va finir par croire que tu as le cerveau qui a grillé. "J’ai beaucoup de trucs à te dire, et je sais que tu ne voudras pas forcément les entendre, mais je t’en supplie, écoute moi jusqu’au bout. Si après tu ne veux plus me voir ou me parler, oui, ça m’embêtera, mais tu feras ce que tu veux…" Euh... "Par contre, tu devrais peut être t’assoir d’abord…" Je me laisse guider. Là j'ai peur, réellement peur. Qu'est-ce qui veut me dire. "Joey, tu me fais peur d'un coup ?" Je le regarde, il est plus que sérieux. "Tu vas pas m'annoncer que tu as une maladie ou un truc du genre ?"Il est pas revenu pour m'annoncer une mauvaise nouvelle."Si t'es revenu m'annoncer que tu vas mourir dans je ne sais combien de mois, ce n'était pas la peine de venir..." Je le regarde. Je ne saurais dire ce qui se passe dans sa tête. Il est différent et ça me fait peur. Il a l'air plus... mature."Joey..." Il dit plus rien d'un coup. J'ai peur. Il veut me dire quoi. Tout se bouscule dans ma tête, pitié qu'il crève le silence, ça me rend dingue. Il lâche mes mains et se recule, je les récupère, je veux rester proche de lui. Je ne sais pas pourquoi, j'en ai besoin. Il m'a manqué, je ne peux pas le nier, j'ai encore besoin de cette proximité, de plonger mon regard dans le sien, de sentir son odeur, de doucher sa peau. Je plonge mon regard dans le sien à nouveau, je le supplie de tout me dire, maintenant, qu'il me rend dingue. Je détestais lorsqu'il faisait ça, il commence un truc et se tate de le continuer. Il sait que ça m'énerve, je préfère qu'on balance tout d'un coup. Okay il veut me protéger et me dit de m’asseoir, je lui désigne le siège à côté de moi. Je le lâche pour autant, j'ai besoin de l'avoir près de moi. Cinq ans ! Cinq ans que je n'ai pas pu le toucher ou lui parler, hors de question de me priver. Quand bien même je lui en veux, le bonheur et la joie l'emporte sur ma fierté...
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 57
☞ AVATAR : Wilson *tropsexycanon* Bethel

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Lun 4 Aoû - 23:24



and your heart is the heart of a life
J’étais bouleversé, je n’arrivais pas vraiment à réfléchir. J’en oubliais presque pourquoi est-ce que j’étais là. Mais je l’avais, devant moi, rien que pour moi. L’avoir dans mes bras, j’avais l’impression d’avoir rêvé ce moment encore et encore pendant ces cinq dernières années. Mais je redescendais rapidement de mon petit nuage avec cette claque, du grand Aspen… Je ne voulais plus qu’elle s’éloigne, maintenant que je l’avais pour moi. Je voulais la garder à tout jamais, même si je savais pertinemment que ce que j’allais lui dire n’allait pas forcément lui plaire. Mais il fallait que je le lui dise, il fallait qu’elle voit à quel point je ne l’avais pas oublié pendant ces cinq dernières années, à quel point elle m’avait manqué, et à quel point je n’avais jamais arrêté de penser à elle et à cette nuit que nous avions partagé. Elle souriait et riait même à mes mots, et je ne pouvais m’empêcher de répondre à son sourire, même si j’avais difficilement envie de sourire en ce moment. Enfin, si, j’étais heureux, car elle se trouvait là, devant moi. Mais je ne pouvais lui cacher plus longtemps ce pourquoi j’étais venu. Non, il fallait que je lui dise. Je lui prenais les mains, lui disant qu’elle ferait mieux de s’asseoir. Elle me regardait avec une de ces têtes. Je baissais les yeux. Je savais que ce que j’allais lui dire allait peut être lui faire du mal, car après tout, je venais secouer sa vie de couple paisible. Il valait donc mieux qu’elle s’assoit plutôt qu’elle ne me fasse une syncope ou tout autre truc du genre. « Joey, tu me fais peur d'un coup ? » Je relevais les yeux vers elle, ne lâchant pas ses mains. Sa peau était tellement douce, de nombreux souvenirs remontaient jusqu’à mon cerveau. Je lui faisais peur, je m’en doutais, mais je ne savais pas trop quoi faire ni quoi dire, je reportais mon regard sur nos mains. Je relevais doucement les yeux. Elle me regardait. « Tu vas pas m'annoncer que tu as une maladie ou un truc du genre ? » Je souriais. Quelle idée elle venait d’avoir ! Je savais que je lui faisais peur, d’accord, mais quand même… « Si t'es revenu m'annoncer que tu vas mourir dans je ne sais combien de mois, ce n'était pas la peine de venir... » Je lui souriais, tentant un sourire apaisant, mais je ne savais pas trop si j’arrivais vraiment à la rassurer ou non. « Non, ne t’inquiète pas, tu ne vas pas te débarrasser de moi grâce à une maladie !! Je suis en pleine forme. » Je lui souriais une nouvelle fois, et retrouvais mon sérieux. Il fallait que je lui dise, mais par où commencer… « Joey… »

Je ne savais plus ni quoi dire, ni quoi faire. Je me retrouvais là, je ne savais presque plus pourquoi. Je lâchais les mains d’Aspen, et reculais d’un pas. Bon sang, ressaisis-toi. Dis-lui. Montre-lui à quel point tu tiens à elle. Aussitôt, elle rattrape mes mains et plonge son regard dans le mien. Là, je sens que je perds complètement mes moyens. J’avais envie d’aller vers elle, de la prendre encore une fois dans mes bras, même de l’embrasser, mais il ne fallait pas. Je ne pouvais pas. Pas maintenant, c’était trop tôt. Mais elle venait de faire un pas vers moi, de quelle manière est-ce que je devais interpréter ça… De nouveau, mon regard croisait le sien. Je n’en pouvais plus, j’avais beaucoup de mal à lui résister. Son regard, ce regard me rappelait des tas de choses. Des tas de choses, surtout cette nuit-là. Elle s’asseyait, sans pour autant me lâcher, alors je la suivais. Elle me désignait un siège à côté d’elle. J’hésitais une seconde, je voulais rester debout, histoire d’avoir une sensation de supériorité. Je ne pouvais pas me laisser aller totalement, je restais moi-même. Mais finalement, je ne pouvais me résoudre à m’asseoir à côté d’elle. Je gardais ses mains dans les miennes, passant mon pouce, caressant le dos de sa main. « Aspen je… » J’avais du mal à parler, une boule se formait dans ma gorge, mais il fallait que je passe au dessus de cela. Je respirai un bon coup et replongeai mon regard dans le sien. « Ca fait cinq ans. Cinq ans que je suis parti sans vraiment te donner d’explication. Je n’ai jamais vraiment su si Bee t’avait tout raconté ou pas, bien que je lui aie demandé de ne rien te dire, on connait Bee donc bon… » Je souriais, sacrée Bee. J’avais beau avoir une confiance aveugle envers elle, je savais qu’elle ne pouvait pas vraiment fermer sa bouche, mais bon… « Bref. Il y a cinq ans, je suis parti vivre à Saint Pétersbourg. Et j’ai rencontré une femme. On s’est très vite bien entendu, on s’est installé ensemble même, elle a été ma plus longue relation. Elle s’appelait Eileen. On commençait à parler d’avoir des enfants ensemble, de se marier… Et elle est partie. » Je faisais une pause, me remémorant malgré moi cet après-midi où elle était partie. Je baissais les yeux. Bien que cela faisait longtemps maintenant, les souvenirs ne pouvaient s’effacer complètement. « Elle est partie, m’a laissé il y a trois ans. Et c’est à ce moment là que ma sœur m’a convaincu de revenir, ici, à Wollongong. Pour une certaine occasion… Un certain mariage… Dans une certaine église… Avec la femme la plus belle du monde… Et son fils… Qui avait deux ans… » Je voyais sa tête se décomposait doucement. Je serrais un peu plus ses mains dans les miennes. Je lâchais sa main droite et passe ma main sur son visage, écartant une mèche de cheveux. Puis je reprenais sa main. « J’étais là… Je voulais te parler, te voir, et essayer de te convaincre de ne pas épouser l’homme qui est ton mari aujourd’hui. Mais je l’ai vu… Ton fils… Et toi… et je suis reparti… » Je baissais les yeux. J’avais du mal à la regarder. Je ne savais plus quoi dire ni quoi faire. J’y étais presque, elle savait presque tout, et il fallait que je termine. « Je suis rentrée. Il y a un an, Eileen est décédée. Elle était malade, et j’ai appris il y a un mois qu’elle m’avait quitté à cause de sa maladie. Elle m’avait écrit une lettre, dans laquelle elle me disait qu’il ne fallait pas que je m’apitoie sur mon sort et que je retrouve une personne à qui je tenais… Et je suis là… » Je n’arrivais pas à la regarder. Mais je savais que son visage se décomposait. Ses mains glissaient hors des miennes. Je m’adossais dans mon siège. Je passais mes mains dans mes cheveux. Je réalisais que je l’avais peut être définitivement perdu, alors que j’étais si heureux de la retrouver après ces cinq années tellement longues. Et si j’avais vraiment tout foutu en l’air ? Et si elle décidait de me foutre à la porte, là, maintenant ? Je ne pouvais pas rester là. Je m’agenouillais devant elle. Je reprenais ses mains dans les miennes et relevais son visage pour plonger mon regard dans le sien. « Aspen, je sais que ça fait cinq ans que je ne t’ai rien dit, que je ne t’ai pas donné de nouvelles. Mais je suis là maintenant, et ça fait cinq ans que je ne pense qu’à toi, tout le temps. » Mais elle ne disait rien. Je relâchais ses mains et me relevais, passant une main dans mes cheveux. J’avais tout fait foiré… Encore une fois…
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 67
☞ AVATAR : Rachel Bilson

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Mar 5 Aoû - 15:50



and your heart is the heart of a life
"Joey" J'appuyais mon regard. J'ai toujours détesté lorsqu'il faisait ce genre de chose, il sait que je suis moyennement patiente. L'arrivée de Will a un peu aidé, mais pas complètement, je ne peux pas cacher ma vraie nature. Le truc c'est qu'avec un enfant, on se doit de devenir patient, sinon on finit à l’hôpital et je ne suis pas au bout de mes peines. Il n'a que cinq ans et je redoute déjà quand il va être dans les bras d'une autre fille. Espérons qu'il ne soit pas comme son père... Je regarde Joey à ce moment là. S'il savait... enfin je pense qu'il sait, il m'a toujours dit que j'étais une très mauvaise menteuse. Y a qu'avec lui que j'ai jamais réussi à mentir, je lui ai jamais avoué la vérité. Enfin il faut que je me reprenne, Tyler est son père. Oui voilà ! Je dois garder cet objectif, je ne vais pas foutre encore plus le bordel dans ma vie, même si c'est déjà le cas et que Will ressemble de plus en plus à Joey... Je ne vais pas mentir, je connais Joey depuis que je suis gamine, Will est son portrait craché. C'est ce qui me fait le plus mal. Tout ça pour dire que j'espère qu'il ne sera pas comme son père, soit un séducteur, je ne suis pas encore prête à le voir partir de la maison et de mes bras. C'est mon bébé. On se reconcentre Aspen, ce n'est pas le moment de penser à toutes ses choses. Je reporte mon regard sur Joey, il hésite une nouvelle fois, respire un bon coup. "Aspen je… " Tu ? Pourquoi est-ce qu'il fait ça ! Ce suspense est insoutenable, non franchement, là il joue avec mes humeurs. Il veut vraiment que je finisse folle. Son regard se plonge à nouveau dans le mien, je ne le quitte pas des yeux, hors de question qu'il s'échappe à cette discussion. C'est lui qui a commencé après tout, il commence, il finit, même si cela doit m'achever. "Ça fait cinq ans. Cinq ans que je suis parti sans vraiment te donner d’explication. Je n’ai jamais vraiment su si Bee t’avait tout raconté ou pas, bien que je lui aie demandé de ne rien te dire, on connait Bee donc bon… " Euh... Bee est censée m'avoir dit quoi ? Qu'il vivait ailleurs, qu'il avait refait sa vie ? Oui bon cette partie là, j'étais au courant, mais il sait que sa sœur évite son sujet en ma présence ? Non il ne doit pas savoir qu'il est plus ou moins devenu un sujet tabou dans ma vie. Ce n'est pas que je ne veuille pas parler de lui, juste que je ne préfère pas. Je suis toujours incapable de dire ce que je ressens, juste qu'il me manque et ce sentiment est atroce. "Bref. Il y a cinq ans, je suis parti vivre à Saint-Pétersbourg. Et j’ai rencontré une femme. On s’est très vite bien entendu, on s’est installé ensemble même, elle a été ma plus longue relation. Elle s’appelait Eileen. On commençait à parler d’avoir des enfants ensemble, de se marier… Et elle est partie." Double euh... Je suis censée dire quoi ? Pire faire quoi ? Il me fait quoi là ? Non ce n'est pas que ça me dérange de savoir tout ça... à vrai dire un peu, un picotement au cœur en sachant qu'il était près à faire sa vie sans moi. Enfin je veux dire sans m'inclure dedans, je n'ai rien à ... je m'embrouille. On va s'arrêter là et écouter ce qu'il a encore à me dire. Il veut vraiment m'achever, pour le coup j'en suis certaine. "Elle est partie, m’a laissé il y a trois ans. Et c’est à ce moment là que ma sœur m’a convaincu de revenir, ici, à Wollongong. Pour une certaine occasion… Un certain mariage… Dans une certaine église… Avec la femme la plus belle du monde… Et son fils… Qui avait deux ans…" WOW ... Là s'en est trop. La proximité m'étouffe sans que je comprenne pourquoi. Je retire mes mains, je ne suis pas prête, pas prête pour cette discussion, non, non, il peut pas faire ça. C'est trop tôt. Enfin non c'est juste que... Non, je t'en supplie ne continue pas... "J’étais là… Je voulais te parler, te voir, et essayer de te convaincre de ne pas épouser l’homme qui est ton mari aujourd’hui. Mais je l’ai vu… Ton fils… Et toi… et je suis reparti…" Je le fixe. Il ne peut pas être sérieux... Il ne peut pas me dire ça... "Je suis rentrée. Il y a un an, Eileen est décédée. Elle était malade, et j’ai appris il y a un mois qu’elle m’avait quitté à cause de sa maladie. Elle m’avait écrit une lettre, dans laquelle elle me disait qu’il ne fallait pas que je m’apitoie sur mon sort et que je retrouve une personne à qui je tenais… Et je suis là… " Il faut que je sorte et vite. Non là c'est trop... Il se place devant moi, pourquoi est-ce qu'il pose un genou à terre. Il me fait quoi là ? Je ne préfère même pas regarder, il va pas oser ? Détourne le regard. Oui voilà c'est fait ! Il fait quoi... Non arrête, je t'en supplie arrête. Je vois à nouveau ses yeux et me pince la lèvre. "Aspen, je sais que ça fait cinq ans que je ne t’ai rien dit, que je ne t’ai pas donné de nouvelles. Mais je suis là maintenant, et ça fait cinq ans que je ne pense qu’à toi, tout le temps." Réanimation et vite. Non de l'air avant, il me faut de l'air. J'étouffe. C'est trop tôt ! Pourquoi ? Je détourne le regard à nouveau. Je dois réagir et vite. Il faut que je fasse quelque chose, oui, mais quoi ? Je n'étais pas préparer à ça ! Il n'y a rien qui explique comment réagir face à ce genre de situation. Et puis de toute façon ça servirait à quoi ? Chaque situation est différente, il y a des similitudes, mais tout est différent. Il faut que je sorte. Il faut que je m'extirpe de là. Je me décale et sors de son emprise. "Joey... je..."Je passe une main dans mes cheveux. Je dis quoi ? "Je... je sais pas quoi te dire hormis que je suis désolé." Ah nouveau. Décidément je suis désolé pour BEAUCOUP de chose. Je lui ai brisé sa vie, j'ai agis en égoïste et j'en paye encore les prix. "Je suis désolé pour ce que tu as vécu, je suis ..." Je m'adosse à mon étagère, passant une main sur mon front. On se reprend Aspen. Tu es désolé pour quoi exactement ? "Joey... je... je peux. Je.." Je ne sais pas quoi dire. Je vois à son visage qu'il est déçu et une fois de plus je le déçois, je le blesse. Je ne vais donc jamais arrêter ? "Joey..." C'est plus fort que moi il faut que je m'approche de lui. "Je suis sincèrement désolé pour ta perte et surtout pour ce que je t'ai fait. J'ai... je... je sais pas, je peux pas te donner ce que tu veux... je sais pas." Je sais pas beaucoup de chose surtout. Oui j'aime Tyler, mais je sais pas. Je sais pas quoi, bonne question. Je me retourne et fixe le mur. "C'est trop tôt. Je suis pas prête..." Il a été honnête, à mon tour. Je lui dois bien ça. Je souffle un bon coup. "Tu as été honnête envers moi et tu mérites que je te dise ça. Je sais pas Joey, je sais pas ce que tu attends de moi. Si tu veux savoir si tu m'as manqué oui ! Est-ce que j'ai pensé à toi ? Oui tous les jours. J'avais besoin de toi, j'avais besoin de ta présence à mes côtés. Mais je l'aime..." Je baisse mes yeux. "Joey je peux pas..." Je ne peux pas continuer à lui mentir, j'ai envie de lui dire, je sais qu'il va me détester une bonne fois pour toute, mais je peux pas... Je suis pas prête. Je peux pas. Si je le dis tout haut, ça voudra dire que c'est vrai, qu'il s'est bien passé quelque chose entre nous. Tout ceci deviendra réel et ça me fait foutrement peur, je ne suis pas prête. Je passe mes mains sur mon visage. Je lui fais mal une fois de plus et ça me tue.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 57
☞ AVATAR : Wilson *tropsexycanon* Bethel

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Mar 5 Aoû - 21:14



and your heart is the heart of a life
Voila je lui avais dit, je lui avais tout dit. Elle avait lâché mes mains, et je me retrouvais à genoux devant elle. Qu’est-ce que je venais de faire ? Je ne savais pas, je ne comprenais pas, je ne me reconnaissais même pas. Pourquoi est-ce que j’avais fait ça, maintenant ? Je veux dire, on venait tout juste de se retrouver, et j’allais la faire fuir. Je me sentais mal, même très mal. J’aurais dû attendre. Attendre de la revoir au moins une fois, de pouvoir avoir une discussion normale, de prendre de ses nouvelles. Attendre d’être sûr qu’elle ne partirait pas en apprenant tout cela, qu’elle n’allait pas me filer entre les doigts. Mais là, je n’étais plus sûr de rien. Je savais que c’était terminé, que j’avais foiré, et qu’elle allait vouloir s’en aller et ne plus jamais me revoir. Elle se levait et partait s’appuyer contre une étagère de son bureau. Je baissais les yeux, passant une main dans mes cheveux que je faisais descendre sur mon visage, pour mieux me rendre compte de la bêtise que je venais de commettre. J’avais envie de la prendre dans mes bras, de lui dire à quel point j’étais désolé, que je n’aurais jamais dû partir, que je n’aurais jamais dû la laisser là, seule, mais que je ne pouvais pas la sachant avec cet homme. Je voulais juste qu’elle sache que même si je ne pouvais plus la voir comme une simple amie, j’avais été là pour elle depuis le début, et je n’avais juste pas eu le cran d’aller vers elle, de prendre de ses nouvelles, et de donner de mes nouvelles. Je n’avais pas eu le cran de lui montré à quel point j’étais prête à tout pour elle, et rien que pour elle. Mais maintenant, je savais que c’était trop tard. « Joey... je... » Je relève mon regard. Je pensais qu’elle ne dirait rien, mais apparemment si. Je craignais ce qu’elle allait me dire. Je ne savais pas si elle voulait me foutre à la porte ou non. J’espérais vraiment que non. J’avais envie de passer encore du temps avec elle, bien que cela m’étonne, si elle voulait encore de moi ici, dans son bureau… « Je... je sais pas quoi te dire hormis que je suis désolé. » Je m’y attendais… Elle n’avait pas changé, et malgré elle, même si elle savait qu’elle n’avait rien à se reprocher, elle allait s’excuser. Je me pinçais les lèvres. Je ne voulais pas qu’elle se sente désolée, car ce n’était pas de sa faute. Enfin, si, un peu, mais elle n’avait pas à s’excuser. «Je suis désolé pour ce que tu as vécu, je suis ... » Ses phrases étaient coupées, elle n’était pas sure de ce qu’elle disait, et je ne savais pas trop quoi penser. J’avais l’impression qu’elle se perdait elle-même. «Joey... je... je peux. Je… » La voir comme ça, ça me faisait mal. Si elle bégayait, ça voulait dire qu’elle était perdue. Je la connaissais. J’avais envie de la prendre dans mes bras, de sentir son odeur, et de lui dire que ce n’était rien, que je ferai avec et que de toute façon, tant que je pouvais la voir, ça me suffisait, plus ou moins. «Joey... » Elle me faisait face puis faisait un pas vers moi. Je voulais avancer, mais je n’y arrivais pas, je voulais me sentir encore plus proche d’elle, mais j’avais la sensation d’en avoir fait assez comme ça. « Je suis sincèrement désolé pour ta perte et surtout pour ce que je t'ai fait. J'ai... je... je sais pas, je peux pas te donner ce que tu veux... je sais pas. »

J’allais avancer vers elle, mais elle se retourna. Je ne pouvais pas. « Aspen… » « C'est trop tôt. Je suis pas prête... » Pas prête ? Je ne comprenais pas. Ca faisait cinq ans, comment pouvait-elle me dire qu’elle n’était pas prête ? Je pensais plutôt qu’elle n’en avait pas envie. Qu’elle préférait ne pas y penser. « Tu as été honnête envers moi et tu mérites que je te dise ça. Je sais pas Joey, je sais pas ce que tu attends de moi. Si tu veux savoir si tu m'as manqué oui ! Est-ce que j'ai pensé à toi ? Oui tous les jours. J'avais besoin de toi, j'avais besoin de ta présence à mes côtés. Mais je l'aime... » C’était le coup de grâce. L’entendre dire ces derniers mots me faisait mal. Je ne pensais pas que cela aurait pu m’atteindre, connaissant le « moi » d’avant. Mais là… Je ne savais plus quoi dire, j’avais l’impression que l’intégralité de mon corps se dérober. Je ne voulais pas l’admettre, je ne pouvais pas croire qu’elle était parfaitement heureuse avec lui. « Joey je peux pas... » Je levais les yeux au ciel. Je crois que je ne m’étais jamais senti aussi mal. Je ne pouvais pas l’admettre. Ce mec ne pouvait pas la rendre heureuse. Il n’avait rien à voir avec elle, ils ne pouvaient pas se correspondre. J’avais eu du mal à accepter leur mariage, mais là… Elle me dit qu’elle l’aime… Je ne peux pas. « Je peux pas y croire… » Je baissais les yeux, passant de nouveau une main dans mes cheveux. « J’arrive pas… Je peux pas me dire que tu es heureuse avec lui. Il ne te va pas… Il n’est pas l’homme qu’il te faut… » Mes pensées s’emmêlaient. Je voulais éviter cette discussion, d’avoir à parler de son mari, de cet homme qui me l’avait prise. Mais je ne me contrôlais plus, et je ne disais que ce que je pensais. « Je sais que tu es heureuse, et je te crois sur ce point là. Tu as un fils, une vie de famille, un travail qui a vraiment l’air de t’épanouir. Mais je ne peux pas… Je ne peux pas admettre que ce soit lui, l’homme qui te rende heureuse. » Je me rendais compte de ce que j’étais en train de lui dire. Je reportais mon regard sur elle, et plongeais mes yeux dans les siens. Je voyais qu’elle n’était pas bien. « Je suis désolé. Je… Je ne voulais pas dire ça… » Son regard… Je ne savais plus ce que je ressentais. Je faisais un pas vers elle. « Aspen… Je… » Je m’avançais encore, je me retrouvais presque collé à elle. « Je ne veux pas que tu te sentes prête ou pas, il n’y a rien pour quoi tu dois te sentir prête. Je… J’ai attendu cinq ans, alors s’il fallait que tu sois prête, tu le serais je pense… Alors… J’en sais rien… je vais laisser tomber, du moins essayer… » Je m’approchais encore, j’avais l’impression de ne plus vraiment me contrôler. Je plaçais mes mains de chaque côté de son visage et déposais un baiser sur son front. Puis je replongeais de nouveau mon regard dans le sien. « Mais même si je n’arriverai jamais à tirer un trait sur toi, et sur cette nuit… Je serais toujours là pour toi, il faut que tu le saches… » Je me rendais soudainement compte de la proximité qui s’était créée entre elle et moi. Elle était proche de moi, très proche de moi, trop proche. Je ne pouvais pas. J’ôtais immédiatement mes mains de son visage et reculais d’un pas. « Je… Je suis désolé pour… tout ça… » J’avais l’impression de m’enfoncer de plus en plus, sans savoir d’avantage où est-ce que tout cela allait me mener…
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 67
☞ AVATAR : Rachel Bilson

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Mar 12 Aoû - 21:37



and your heart is the heart of a life
Je n'ai jamais été sur les champs de guerre, mais pourtant j'ai l'impression de m'être prise une bombe. Celle ci est différente, elle ne réduit pas mon corps en cendre, non c'est mon âme qui trinque. Tout ce qui vient de me dire, vient de m'exploser à la figure. Cette conversation que j'ai toujours redouté, que j'ai chassé de mon esprit, arrive et j'ai peur. Peur de ce que je vais devoir lui dire et surtout de la vérité. Je ne suis pas prête pour cette discussion. En cinq ans, j'ai eu le temps d'imaginé tous les scénarios et dans aucuns tableaux, ça se finissait en happy end. Je finirai par blesser quelqu'un et je ne veux plus, pourtant c'est ainsi que ça va se terminer. J'ai été égoïste et j'en paye le prix. Je peux pas croire qu'il ait osé me dire tout ça, c'est un autre homme. Il a eu l’honnête de m'avouer ce qu'il a vécu et ce qu'il ressent et moi ? Je suis incapable d'avoir cette discussion ou plutôt confrontation. Si je pouvais fuir, je le ferais, pourtant je ne peux pas. Je ne peux pas agir en lâche une nouvelle fois, il y a trop en jeu cette fois. Je sais que je vais finir par en faire souffrir un, voir les deux. Pourtant je ne peux pas m'empêcher de penser à lui et à son bonheur, c'est ce à quoi je pense avant tout. En lui cachant la vérité, je le prive de son véritable père, Tyler est super dans ce rôle. Will est son fils, il l'aime, il ferait n'importe quoi pour lui. Pourtant s'il savait la vérité, je doute que tout serait pareil... Je mens à deux personnes et surtout je me mens à moi même. Tout semblait facile avant, il n'était pas là, c'était plus facile pour moi de garder ce secret. A présent, qu'il se trouve sous mes yeux, que je me plonge dans son regard... Tout ce que je vois, c'est Will, la ressemblance, plus il grandit et plus il lui ressemble. Combien de temps, je vais pouvoir garder ce secret pour moi ? Ce n'est qu'une question de temps. "Tu as été honnête envers moi et tu mérites que je te dise ça. Je sais pas Joey, je sais pas ce que tu attends de moi. Si tu veux savoir si tu m'as manqué oui ! Est-ce que j'ai pensé à toi ? Oui tous les jours. J'avais besoin de toi, j'avais besoin de ta présence à mes côtés. Mais je l'aime... " Je baisse mes yeux, s'en est trop pour moi. Je ne peux pas être aussi franche et honnête que lui. Je ne suis pas aussi courageuse que lui, je ne suis juste pas prête... "Joey je peux pas..." "Je peux pas y croire… " Et pourtant c'est la vérité. Je ne suis pas prête. Si nous en parlons, alors tout sera réel et je ne suis pas prête pour rendre tout ceci réel. C'est trop. Son retour et sa déclaration. J'explose littéralement de l'intérieur. "J’arrive pas… Je peux pas me dire que tu es heureuse avec lui. Il ne te va pas… Il n’est pas l’homme qu’il te faut…" Je relève les yeux. L'homme qu'il me faut ? Pourquoi me dit-il tout ça ? "Je sais que tu es heureuse, et je te crois sur ce point là. Tu as un fils, une vie de famille, un travail qui a vraiment l’air de t’épanouir. Mais je ne peux pas… Je ne peux pas admettre que ce soit lui, l’homme qui te rende heureuse." Wow... il faut vraiment qu'il arrête. Il cherche à me tuer ou quoi ? "Je suis désolé. Je… Je ne voulais pas dire ça…" Je vois bien qu'il est sincère. Je connais son regard et malgré son changement, je le connais lui. J'ai beau avoir un nouveau Joey devant moi, il n'en reste pas moins le Joey que j'ai connu. "Aspen… Je…" Je ne quitte pas ses yeux. J'attends la suite. Il va bientôt devoir creuser ma tombe. Je ne suis pas prête pour tout ça, cette discussion me consume petit à petit. Pourquoi maintenant ? Il ne pouvait pas me parler de son retour, de sa vie là bas ? Pourquoi aborder ses sujets là maintenant ? Je suis déjà perturbée par son retour, je ne sais toujours pas quoi penser. Est-ce bien ? Est-ce mal ? "Je ne veux pas que tu te sentes prête ou pas, il n’y a rien pour quoi tu dois te sentir prête. Je… J’ai attendu cinq ans, alors s’il fallait que tu sois prête, tu le serais je pense… Alors… J’en sais rien… je vais laisser tomber, du moins essayer…" Je.. Je comprends plus rien. De quoi est-ce qu'il me parle ? Ses lèvres se posent sur mon front, un frisson me parcourt tout le corps. Ses mains sur mes joues, ses yeux se reportent dans les miens. "Mais même si je n’arriverai jamais à tirer un trait sur toi, et sur cette nuit… Je serais toujours là pour toi, il faut que tu le saches…" Je sens une larme qui s'échappe de mon oeil droit. Je le regarde s'éloigner à nouveau. J'ai l'impression de revivre cette séparation. Ce qui est bête puisque là, il est juste sous mes yeux, il vient juste d'enlever cette proximité. Je ne pensais pas ressentir tout ceci. Son retour me chamboule de l'intérieur, mes pensées se mélangent et ça ne donne rien de bon. "Je… Je suis désolé pour… tout ça…" J'essuie ma larme. Je sais qu'il est sincère, mais je ne supporte plus le voir s'excuser. Il n'est pas responsable de tout ce merdier, moi si. "Arrête de t'excuser. Je suis la responsable pour tout ceci, j'ai agis en égoïste." Je m'approche de lui. Pourquoi je sais pas. Surement par sécurité, je ne veux pas parte une nouvelle fois. "J'aurai pas dû te mentir, j'aurai dû tout faire pour te faire revenir, j'aurai dû me battre pour toi. Je sais que..." Je baisse les yeux, il ne faut pas trop que je m'aventure sur ce terrain là. "Joey ce n'est pas que je suis pas prête, c'est juste que si je te le dis tout haut, ça va devenir réel et j'ai peur de ça. J'ai peur de la suite, j'ai peur des conséquences que ça va entraîner. J'ai merdé, j'ai menti, je m'en lisse tous les jours dans ce mensonge qui me ronge de l'intérieur. Je vois ce mensonge grandir et je suis incapable d'agir..." J'approche ma main contre sa joue, plongeant mon regard dans le sien. "Tu n'es en rien responsable. J'aurai dû prendre conscience de certaines choses bien plutôt et agir bien avant. Je suis la seule responsable dans l'histoire et mon erreur va faire souffrir deux personnes et toi une nouvelle foi... Si tu savais ô combien je m'en veux..." Je le regarde plus intensément. "Joey je me suis pas battue pour toi comme tu l'aurais aimé ou espéré, mais je n'ai jamais cessé de..." Mon téléphone se met à sonner au même moment. Je me recule, tout comme Joey. Pourquoi je sais pas. "Je... je suis désolé." Je regarde le numéro. Ce n'est pas le bon moment. "Je... je dois prendre ce coup de fil... est-ce que..." Il me regarde et je sais qu'il a saisi. Cette conversation n'est pas finie, nous la mettons sur pause... La suite au prochaine épisode comme on le dit si bien. Je le regarde une nouvelle fois, il s'éloigne de moi et j'ai l'impression qu'on m'arrache une partie de moi. Je m'écoule sur mon siège, ne pouvant plus me contenir. Il va pourtant falloir que je me reprenne... Pourtant je ne peux pas...
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☞ CONNERIES : 57
☞ AVATAR : Wilson *tropsexycanon* Bethel

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   Lun 18 Aoû - 19:50



and your heart is the heart of a life
Au moins, maintenant, elle savait tout. Est-ce que j’avais bien fait ou pas de tout lui déballer comme ça, je ne suis pas sûr mais au moins c’était fait. Elle savait ce que je pensais, ce que je ressentais. Elle ne pourrait pas se plaindre de mon manque d’honnêteté. Bien sûr, j’aurais préféré qu’elle y voie plus clair, elle, et de pouvoir résoudre cette situation tout de suite, mais je savais que ce n’était pas si simple. Mais je ne pouvais m’empêcher de me dire que peut être, elle n’avait pas cessé d’y penser, tout comme moi, pendant ces cinq dernières années. Penser à cette nuit, à ce que je lui avais dit, et à la manière dont elle était partie et m’avait laissé. Bien sûr, on avait parlé, mais au fond, ça ne changeait pas grand-chose. Si seulement elle n’avait pas eu ce mec, ce Tyler à qui elle est marié, et il la retient au finale. Je suis sûr que s’il n’était pas là, elle aurait fait son choix. Je la regardais, une larme se formait sur le coin de son œil. Je ne voulais pas ça, je ne voulais pas lui faire de mal. Mais je ne pouvais pas le garder pour moi. J’avais suffisamment attendu comme ça. « Arrête de t'excuser. Je suis la responsable pour tout ceci, j'ai agis en égoïste. » C’était faux, mais je n’arrivais pas à le lui dire. Elle n’était pas la seule responsable. J’aurais très bien pu rester avec elle et essayer de comprendre. Elle s’approche de moi, et même si je sais qu’à cause de cette tentation, il faudrait une certaine distance entre nous, je ne pouvais pas reculer. « J'aurai pas dû te mentir, j'aurai dû tout faire pour te faire revenir, j'aurai dû me battre pour toi. Je sais que... » Je n’arrive pas à parler. J’ai du mal à comprendre. Me mentir ? A quel sujet ? J’essayais de réfléchir, l’une des seules choses à laquelle j’arrivais à penser, c’était son fils. Je m’étais souvent poser la question, mais je me suis toujours dit qu’elle me l’aurait dit. A moins que… « Joey ce n'est pas que je suis pas prête, c'est juste que si je te le dis tout haut, ça va devenir réel et j'ai peur de ça. J'ai peur de la suite, j'ai peur des conséquences que ça va entraîner. J'ai merdé, j'ai menti, je m'en lisse tous les jours dans ce mensonge qui me ronge de l'intérieur. Je vois ce mensonge grandir et je suis incapable d'agir... » Elle s’approchait de moi, et moi, je ne comprenais plus rien. Je n’arrivais plus à la suivre. Et je me disais que oui, peut être que je n’aurais pas du revenir. J’ai l’impression de lui faire trop de mal, et ce n’était pas ce que je voulais. Elle déposait sa main sur ma joue, mon cœur ratait un battement et ma respiration se faisait plus intense. Sa main était si douce. « Aspen… » Je voulais la prendre dans mes bras, mais je n’arrivais pas à sauter le pas. « Tu n'es en rien responsable. J'aurai dû prendre conscience de certaines choses bien plutôt et agir bien avant. Je suis la seule responsable dans l'histoire et mon erreur va faire souffrir deux personnes et toi une nouvelle foi... Si tu savais ô combien je m'en veux... » Nous avions les yeux plongés dans ceux de l’autre. Malgré moi, mon visage s’approchait dangereusement du sien, mais je ne pouvais pas me contrer moi-même. Son regard me faisait chavirer, je ne pouvais plus résister. « Joey je me suis pas battue pour toi comme tu l'aurais aimé ou espéré, mais je n'ai jamais cessé de... » Et une sonnerie se fit entendre. Je me reculais instinctivement, comme si j’étais soudainement revenu à la réalité. Et c’était douloureux. Je baissais les yeux. « Je... je suis désolé. » Pas autant que moi… Je ne voulais pas mettre un terme à cette conversation. Je ne pouvais pas. Je la regardais de nouveau. Qu’est-ce que j’étais censé faire moi, maintenant ? « Je... je dois prendre ce coup de fil... est-ce que... » Je passais une main dans mes cheveux. Elle allait vraiment faire ça ? J’allais encore me retrouver comme un con, et je ne voulais pas, mais je n’avais pas le choix. « Ouais… je vais y aller. » Sans même la regarder, je me tournais vers la porte, et sans réfléchir, je déverrouille la porte et je sors en la refermant derrière moi. J’avais envie de taper dans quelque chose. Je n’étais pas mon genre de m’énerver, mais là… Je n’avais juste pas envie que ce moment s’arrête. Je savais que je la voulais elle avant de venir, mais là, j’en suis encore plus convaincu. Je ne voulais juste pas la laisser partir, et pourtant, je me retrouvais hors de son bureau, là, maintenant. J’avais presque envie de rentrer de nouveau, de la prendre dans mes bras, de l’embrasser, là, maintenant tout de suite. Mais non, je n’osais pas. Au lieu de ça, je reprenais conscience et je m’en allais, sans vraiment savoir si on allait se revoir ou non…
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


FIN DU SUJET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: So much have change ♒ ASPEN ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

So much have change ♒ ASPEN ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je change tout le temps d'avis...
» Bon plan Réunions troc/échange à domicile
» pour que la balle change de couleur
» Caen-la-Mer change avec ses six nouvelles communes
» Notre corps change

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WOLLONGONG :: ∞ Wollongong, New South Wales :: 
Keiraville
-